Coronavirus chinois (COVID-19) : symptômes, causes, traitements, transmission, carte en temps réel

Certifié par nos experts médicaux MedisiteDétecté en décembre 2019 en Chine, le coronavirus COVID-19 a fait 33 925 morts dans le monde. On dénombre selon les derniers chiffres du ministère de la Santé le 30 mars 2020, 3 024 décès en France. Quelles sont les règles de confinements et les déplacements autorisés par l'attestation du gouvernement ? Symptômes, gestes barrières, traitements, carte en temps réel par régions françaises du nombre de cas confirmés, décès à l'hôpital, malades hospitalisés et en réanimation, mais aussi des pays et villes du monde (États-Unis, Italie, Inde, Chine, Afrique...) les plus durement toucshés, actualité en direct… Le point.
Coronavirus chinois (COVID-19) : symptômes, causes, traitements, transmission, carte en temps réelIstock
Sommaire

L'essentiel 

  • L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que l'épidémie de Covid-19 est une "pandémie".
  • Les recommandations sanitaires pour se protéger du Covid-19 sont disponibles sur le site www.gouvernement.fr/info-coronavirus. Pour toute information générale sur le coronavirus, le numéro vert national est accessible 24h/24, 7j sur 7 au 0800 130 000 (appel gratuit). En cas d'urgence vitale, les autorités conseillent de composer le 15. En cas de symptômes bénins, elles invitent à contacter par téléphone son médecin traitant et à rester confiné avec ses proches. Le ministère de la Santé rappelle que des mesures d'hygiène répétées constituent une "barrière efficace contre la propagation et le risque de contracter le virus". Il rappelle par ailleurs aux personnes présentant des symptômes de type toux ou fièvre d'éviter tout contact avec des personnes fragiles ou âgées et de ne pas emmener des enfants leur rendre visite.
  • Les mesures suivantes doivent être prises sérieusement : limiter les contacts permet de sauver des vies. En fonction des situations, chacun doit appliquer les recommandations suivantes :

- Je n’ai pas encore été exposé au Covid-19 à ma connaissance : j’applique en permanence les gestes et comportements qui permettent de freiner l’épidémie.

Je reste chez moi et je limite mes déplacements au maximum (courses, essence…) et j’évite tous les rassemblements. J’applique les gestes barrières : je me lave régulièrement les mains, je tousse et éternue dans mon coude, j’utilise des mouchoirs à usage unique et les jette immédiatement, je ne salue pas les autres par une poignée de main ou par une embrassade, je respecte une distance de 1 mètre avec toute autre personne.

- J’ai été en contact avec un cas confirmé de Covid-19 ou je vis avec un cas confirmé de Covid-19 : je m’isole et je surveille mon état de santé.

Je reste à mon domicile, je m’isole 2 semaines, je respecte scrupuleusement les gestes-barrières, je surveille ma température 2 fois par jour, je surveille l’apparition éventuelle de symptômes (toux, difficultés respiratoires, fièvre) et j’adopte le télétravail. Si des symptômes surviennent, je peux appeler mon médecin, mais je ne me déplace pas jusqu’à son cabinet, ni au laboratoire ni aux urgences.

- J’ai des symptômes (toux, fièvre) qui me font penser au Covid-19 :

Je reste à domicile, j’évite les contacts, j’appelle un médecin si besoin et ne me rends pas directement au cabinet, au laboratoire ou aux urgences ou j’appelle le numéro de permanence de soins de ma région. Je peux également bénéficier d’une téléconsultation. Si les symptômes s’aggravent avec des difficultés respiratoires et signes d’étouffement, j’appelle le SAMU- Centre 15.

  • Selon le Pr Gabriel Leung, de la Hong Kong University, 60 % de la population mondiale pourrait finir par contracter le virus, malgré les mesures actuelles. Ira Longini, statisticienne et conseillère de l'OMS, appuie cette hypothèse : "avec une contamination moyenne de 2,5 personnes par cas, le taux de contagion du coronavirus COVID-19 peut atteindre 60 à 80 %".  

Rappel des gestes barrière pour se protéger du coronavirus

Rappel des gestes barrière pour se protéger du coronavirus© Service de presse

Quels sont les signes du virus, comment se transmet-il ?

Quels sont les signes du virus, comment se transmet-il ?

Coronavirus : le direct 

[DIRECT : Mise à jour le 30 mars, 20h15] 

  • Voici le nombre de malades du coronavirus hospitalisés dans votre région. 

Coronavirus : le direct 

  • La France a franchi ce lundi la barre des 3000 décès à l'hopital depuis le 1er mars 2020 (3.024 au total). 
  • 22 757 patients sont actuellement hospitalisés, dont 5 545 en réanimation.
  • Le nombre cas de Covid-19 en France s'élève à 52 128. Le pays enregistre 499 nouveaux décès en 24 heures, soit 3 523 décès depuis le début de l’épidémie.

Dernières informations 

  • Le 30 mars, 19h30 : 20 946 patients sont actuellement hospitalisés, dont 5056 en réanimation. 7 924 patients hospitalisés ont pu rentrer chez eux.
  • Le 29 mars, 21h50 : 2 606 décès sont comptabilisés en milieu hospitalier depuis début mars et 19 354 personnes sont hospitalisées, dont 4 632 en réanimation ; 40 174 tests positifs ont été notifiés à santé publique france en semaine 12.
  • Le 28 mars, 20h50 : la France compte selon Santé publique France : 2 314 décès en hôpital dus au nouveau coronavirus, 17 620 hospitalisations dont 4 273 en réanimation et 37 575 cas de contamination confirmés par test PRC. 

Nombre de cas de nouveau coronavirus hospitalisés par régions française le 28 mars

Nombre de cas de nouveau coronavirus hospitalisés par régions française le 28 marsFace à la gravité de la crise, le Premier ministre Édouard Philippe et le ministre de la Santé, Olivier Véran ont tenu ce soir une conférence de presse de crise. Ils sont revenus notamment sur l'approvisionnement en masques, en tests et en traitements. "Un milliard de masques ont été commandés (...) un pont aérien a été mis en place avec la Chine (...). Nous produisons 8 millions de masques par semaine, nous en utilisons 40 millions", déclare Olivier Véran qui précise : "La France a passé une commande de 5 millions de ces tests rapides, pour procéder à 100 000 tests par jours au moins de juin. Ils viendront s'ajouter aux tests PCR (...)". Édouard Philippe, premier ministre déclare quant à lui : "Le combat ne fait que commencer, les 15 premiers jours d'avril seront plus difficiles que les 15 jours écoulés (...). Nous sommes installés dans un combat qui va durer et nous devons tous l'intégrer".

  • Le 27 mars 2020 la France cumule au moins 32 964 cas confirmés de coronavirus par tests PCR. Sont hospitalisées 15 732 personnes, dont 3 787 en réanimation. Le nombre de décès sur notre sol atteint ce soir 1 995 selon Jérôme Salomon, Directeur général de la Santé.

Nombre de cas de nouveau coronavirus hospitalisés par régions française le 28 marsLa prolongation du confinement a été confirmée jusqu'au 15 avril minimum. "Il est clair que nous n'en sommes qu'au début de la vague épidémique [...]. C'est pourquoi, avec l'accord du président de la République, j'annonce aujourd'hui le renouvellement de la période de confinement pour deux semaines supplémentaires, à partir de mardi prochain", a annoncé Edouard Philippe, Premier ministre. En Europe 265 421 cas ont été recensés et 15 798 décès. L'Italie comptabilise 80 539 cas et 8 165 décès.

  • Le 26 mars 2020, la France comptabiliste 29 155 cas confirmés par tests PCR et 1 696 décès notifiés. Une adolescente de 16 ans, en Ile-de-France, a été emportée par le coronavirus.
  • Le monde compte 416 916 cas de Covid-19 dont 216 298 en Europe et 18 865 décès, dont 11 933 en Europe et 6 820 en Italie. La France dénombre 1 331 décès et 25 233 cas confirmés par tests PCR.
  • Le 24 mars 2020 : le conseil scientifique estime que le confinement devrait durer au moins 6 semaines en France. Olivier Véran, Ministre de la Santé et des Solidarités annonce que les tests de dépistage se verront multiplier. Jérôme Salomon, directeur général de la Santé annonce plus de 400 000 cas de coronavirus dans le monde. L'Italie recence 69 000 cas et 6 820 décès. En France, on dénombre 22 300 cas confirmés. 2 516 personnes se trouvent en réanimation. 3 281 personnes sont sorties guéries de l'hôpital. Nous avons ce soir 1 100 décès observés en milieux hospitalier.
  • Lundi 23 mars 2020, l e monde compte 338 307 cas de coronavirus dont 256 658 hors de Chine et 14 602 morts. L'Europe dénombre 160 233 cas et 8 622 décès. En italie 59 138 personnes ont contracté le virus et déplore  5 476 décèsEn France 19 856 personnes ont été contaminées et 860 en sont mortes. Trois médecins sont morts.
  • Dimanche 22 mars 2020, la France déplore 16 018 cas et 674 morts. De nombreux protocoles de recherche de traitements sont en cours selon le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, qui ajoute "Le gouvernement soutient l'essai du Pr Raoult concernant la chloroquine". 
  • Le 21 mars Olivier Véran, ministre de la Santé, confirme 14 459 cas de coronavirus en France. On recense également 562 morts. Dans le monde, 271 364 cas sont confirmés. L'Italie est désormais le pays le plus touché par le virus : en 24h, on compte près de 800 morts. 
  • Le 20 mars Jérôme Salomon, Directeur général de la Santé confirme plus de 255 000 cas de coronavirus et 11 000 décès dans le monde. On recense 12 612 cas en France. Parmi les 5 226 personnes hospitalisées, 35% ont plus de 65 ans. Sur notre notre sol, 1 297 personnes sont en réanimation (état grave). On totalise 450 décès sur le territoire.
  • Le 19 mars, Santé publique France (arrêté le 18 mars, 14h00), nous comptons sur le sol français 10 995 cas confirmés et 372 décèsL'Europe présente 82 869 cas dont 35 713 en Italie et 4 049 décès, dont 2 978 pour la seule péninsule italienne. Dans le monde, près de 9 000 décès sont attribués au virus dont 4 627 hors de Chine. A l'échelle mondiale 214 915  personnes ont été contaminées.
  • Le 16 mars, 20h00 : le monde compte 190 000 cas de coronavirus. Parmi eux, 109 000 cas sont hors de Chine dont 65 000 avec près de 3 000 morts en Europe. L'Italie compte 2 503 décès et 31 506 cas. L'hexagone dénombre 175 décès (7% de moins de 65 ans) et 7 734 cas testés. Le nombre de cas continue de doubler tous les 3 jours. En cas de symptômes le Pr Jérôme Salomon, Directeur général de la Santé recommande "la téléconsultation". A comptez de demain elle sera prise en charge à 100%. Les femmes enceintes pourront aussi téléconsulter des sages-femmes.
  • Le 15 mars :  5 423 cas de coronavirus sont confirmés par test PCR. Plus de 400 cas graves sont hospitalisés et 127 personnes sont mortes du Covid-19. Les formes dramatiques sont signalées chez des personnes âgées ou fragiles, mais aussi chez des adultes sans pathologies antérieures.
  • Le 14 mars, 4 500 cas de coronavirus sont diagnostiqués en France. Le ministre de la Santé annonce 91 décès. Trois-cent patients se trouvent dans un état grave et la moitié d'entre eux a moins de 60 ans. Le gouvernement annonce la fermeture des lieux publics tels que restaurants, cafés, cinémas et même certains commerces. Il invite à limiter drastiquement ses contacts et déplacements.
  • Le vendredi 13 mars,  3 661 cas de coronavirus sont annoncés en France soit 800 de plus les dernières 24 heures. Le ministre de la Santé recence 79 décès, soit 18 de plus en 24 heures. 164 patients se trouvent actuellement dans un état grave en France. Le gouvernement restreint à 100 la taille limite des rassemblements en France, au lieu de 1 000 annoncés précédemment, pour freiner la propagation du virus.
  • Jeudi 12 mars, 20h00 Soixante et un décès et 2 876 cas de coronavirus sont confirmés en France ce jeudi 12 mars 2020. Le virus circule de plus en plus activement.
  • La France est toujours au stade 2 de l'épidémie.
  • Emmanuel Macron déclare qu'il s'agit de "la plus grave crise sanitaire depuis un siècle".
  • Le mercredi 11 mars : Quarante-huit décès et 2 281 cas de coronavirus sont confirmés en France.
  • Le mardi 10 mars : trente décès et 1 606 cas de coronavirus sont confirmés en France. Les zones les plus touchées restent la Haute-Savoie, l'Oise, le Haut-Rhin, et le Morbihan. La Corse est devenue un nouveau foyer de "regroupement". Le ministre de la Culture, Franck Riester, a indiqué être contaminé. La garde des Sceaux, Nicole Bellouet, est confinée en attendant les résultats du test effectué car elle était un peu fiévreuse. La France est toujours au stade 2 de l'épidémie.
  • Le lundi 9 mars 15h09 : v ingt-cinq décès et 1 412 cas de coronavirus sont confirmés en France ce lundi 9 mars 2020 au soir. Soixante-six malades sont dans un état grave selon Jérôme Salomon, Directeur général de la Santé. Plus tôt dans l'après-midi, le dernier point de Santé Publique France indiquait 1 191 cas et 2 personnes de plus décédées, en Corse et Auvergne-Rhône-Alpes. 
  • Le vendredi 8 mars 20h45 :  Olivier Véran, ministre de la santé déclare lors de son point presse au sortir du Conseil de Défense ce 8 mars à 20h37 : "nous sommes toujours au stade 2 (...) "A l'échelle nationale, tous les rassemblements de plus 1 000 personnes sont désormais interdits (...) Nous recommandons de passer par son médecin traitant, néanmoins dans les cas où il ne serait pas disponible (...) chaque patient pourra avoir accès à une téléconsultation". "Les semaines à venir seront sans doute difficiles", conclut le ministre. En France 19 décès étaient à déplorer ainsi que 1 126 cas de coronavirus selon Santé Publique France en fin d'après-midi. De son côté l'Italie avec 366 morts a pris des mesures drastiques pendant la nuit de samedi à dimanche : 15 régions du nord de la botte sont confinées. Les déplacements sont limités, les écoles fermées, les événements et mariages annulés…
  • Le 7 mars : au total, 16 décès et 949 cas de coronavirus sont confirmés en France, soit 336 de plus en à peine en 24 heures que la veille... 105 000 personnes sont contaminées dans le monde.
  • Le 6 mars 2020, 613 cas sont recensés en France, soit 190 de plus que la veille. 39 personnes sont en réanimation. Le premier ministre annonce la fermeture des crèches, maternelles et lycées pendant 15 jours pour l'Oise et le Haut-Rhin. Le plan blanc est déclenché dans toute la France dans les hôpitaux et cliniques : les visites aux personnes âgées sont déconseillées. Les pharmacies vont être autorisées à produire leur propre solution hydroalcoolique. 
  • Le 5 mars 2020 en soirée, 423 cas de coronavirus sont recensés en France, soit 138 cas de plus que la veille. Le pays déplore 7 morts. Vingt-trois personnes se trouvent alors dans un état grave... Les experts estiment que la France passera rapidement au stade 3 de l'épidémie. Le nombre de cas de contaminations était passé à 377 dans l'après-midi selon le Ministère de la Santé. 
  • Le 4 mars 2020, le nombre de cas de contaminations est passé à 285 en France. 15 personnes ont été placées en réanimation. 13 régions sont touchées, selon la direction générale de la santé, ce soir. Le coronavirus a fait 107 morts en Italie selon un bilan officiel, qui annonce 3 089 cas dans le botte, et fait du pays le troisième le plus touché au monde après la Chine et la Corée du Sud. Santé publique France, avait annoncé en milieu de journée 4 décès et 257 cas confirmés de contaminations au coronavirus sur notre sol.  Le Covid-19 a infecté à ce jour plus de 93 000 malades et fait 3 198 morts... 73 pays sont touchés.
  • Le Covid-19 fait un 4e mort le 3 mars 2020. Un homme de 92 ans dans le Morbihan  selon la Direction Générale de la Santé. La France compte le 3 mars au soir, 212 malades infectés par le nouveau coronavirus contre 191 cas la veille. Toutes les régions sont touchées à l'exception de la Corse.
  • Le directeur général de la Santé, Jérôme Salomon, annonce le lundi 2 mars 2020 en soirée, un troisième décès lié au coronavirus (une femme de 89 ans) et 191 cas d'infection. Emmanuel Macron annule tous ses déplacements extérieurs excepté au sujet du coronavirus.  L'épidémie de coronavirus Covid-19 touche alors 65 pays et cinq continents. 7 500 cas sont recensés en dehors de Chine. Plus tôt dans la journée 2 cas ont été détectés à Montreuil (93). Selon la ville : un père travaillant dans un hôpital parisien et sa fille de 12 ans scolarisé au collège Paul-Eluard. Deux cas positifs au Covid-19 ont aussi été détectés à Montpellier dont un enfant de 4 ans. Neuf cas ont été confirmés dimanche dans le Morbihan où tout rassemblement collectif est proscrit jusqu’au 14 mars, selon la préfecture. D'après un sondage Ifop publié par le Parisien ce lundi, la majorité de Français estime que le gouvernement occulte des informations. Pour 57 % des sondés il "a caché certaines informations". Tandis que 48 % estiment qu’il a communiqué de "manière claire" et "réagi rapidement". 
  • La France comptabilise le 1er mars, 130 cas officiels de coronavirus selon Santé Publique France. Cent-seize malades sont hospitalisés, douze sont guéris, 2 sont morts. Neuf individus sont dans un état clinique grave. L'hexagone est le second foyer épidémique après l'Italie. 
  • La France compte le 29 février, 2 morts et plus de 100 cas, 86 personnes sont hospitalisées, 9 sont dans un état graves. Dans les zones les plus touchées, l'Oise et la Haute-Savoie, le gouvernement prend des mesures drastiques. Les structures scolaires y sont fermées lundi 2 mars, les déplacements y sont limités, le télétravail y est conseillé. Tous les rassemblement de 5 000 personnes  sont annulés au niveau national.
  • "Nous avons ce soir 57 cas de coronavirus sur notre territoire, soit 19 cas de plus qu'hier à la même heure" annonce le 28 février en soirée, le ministre de la Santé Olivier Véran au terme d'un déplacement dans le département de l'Oise où un regroupement de cas (cluster) inquiète fortement les autorités. Et le ministre de préciser que la France a "franchi une nouvelle étape" dans l'épidémie. "Nous passons désormais au stade 2, c'est-à-dire que le virus circule sur notre territoire et nous devons freiner sa diffusion". L'Organisation Mondiale de la Santé quant à elle, porte en fin d'après-midi le niveau de menace planétaire liée au nouveau coronavirus à "très élevée". Il s'agit du degrès le plus important qu'ait défini l'organisme internationale. "L’augmentation continue du nombre de cas, et le nombre de pays touchés ces derniers jours sont clairement préoccupants", explique alors le directeur général de l’OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus.
  • L'un des patients infectés meurt à l'âge de 60 ans, à Paris durant la nuit du 25 au 26 février. Il s'agit d'un enseignant d’un collège de Crépy-en-Valois dans l’Oise, qui n'avait pas voyagé dans une zone touchée par le coronavirus. Le même jour, le ministre de la santé, Olivier Véran annonce : "l'épouse du patient hospitalisé à Annecy est également positive, mais il n'y a pas d'épidémie en France. Cette femme est donc le 18e cas en France. Nous avons également décidé de déstocker 15 millions de masques." Le mari, dont on avait appris la contamination dans l'après-midi, est un habitant de La Balme-de-Sillingy, commune située au nord d’Annecy.

Qu’est-ce que le coronavirus ou Covid-19 ?

Les coronavirus doivent leur nom à leur forme en couronne. Des petites protubérances, les spicules, se fixent et pénètrent dans les cellules humaines. La famille des coronavirus compte un grand nombre de virus, certains n’affectent que les animaux. On ne connaissait jusqu’alors que six coronavirus susceptibles d’infecter l’homme.

Les coronavirus à l’origine d’épidémies mortelles

  • Le SRAS-CoV (2002-2003), ou coronavirus à l’origine d’un syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), apparu en Chine : l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a rapporté un total de 8 096 cas dans 30 pays, dont 774 décès (soit près de 10% de mortalité). 437 cas possibles de SRAS ont été signalés en France entre mars et juillet 2003.
  • Le MERS-CoV (2012-2013), ou coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient : ce virus est identifié pour la première fois en Arabie Saoudite en avril 2012. 1 589 cas et 567 décès dans 26 pays ont été recensés (soit un taux de mortalité d’environ 30%).
  • Le SARS-CoV-2 : le virus a fait son apparition en Chine au mois de décembre 2019, dans la ville de Wuhan (dans le province de Hubei), qui compte 11 millions d’habitants. Les premiers cas recensés sont des personnes s’étant rendues sur le marché de Wuhan.  Dans une notification d’urgence, le comité de santé municipal de la ville fait état d’une “série de patients atteints de pneumonie  inexpliquée”. Une équipe d’experts de la National Health Commission (NHC) s’est rendue sur place en urgence, le 31 décembre 2019, pour mener des travaux d’inspection et de vérification. 

Le virus incriminé a été identifié par les experts comme un nouveau type de coronavirus, de la famille du SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère). Ils l’ont d'abord baptisé 2019-nCoV, avant de le renommer SARS-CoV-2. La maladie qu'il occasionne porte le nom de COVID-19, pour Coronavirus Disease 2019.  

Carte en temps réel du bilan des morts et cas de coronavirus par villes et pays du monde : Etats-Unis, Italie, Inde, Chine, Afrique, France... 

La carte ci-dessous montre la progression de l'épidémie de coronavirus par ville du monde  en temps réel, le nombre de personnes contaminées  et  décédées -selon les agences gouvernementales. Elle a été réalisée par l'éditeur de cartographie en ligne HERE Technologies. Les données qu'elle présente sont issues du Center for Systems Science and Engineering (CSSE) de l'Université Johns Hopkins et de DXY.

Chiffres : les cas recensés le 31 mars 2020 dans le monde

  • 720 117 personnes contaminées  dans le monde.
  • 33 925 personnes sont décédées
  • Le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) en 2002-2003, avait fait 774 morts dans le monde. Xi Jinping a déclaré que le coronavirus constitue "la plus grave urgence sanitaire" ayant frappé son pays depuis la fondation du régime communiste en 1949.
  • Les 5 continents sont touchés.

Coronavirus en France : bilan du nombre de cas confirmés, décès à l'hôpital, malades hospitalisés et en réanimation le 31 mars 

Coronavirus en France : bilan du nombre de cas confirmés, décès à l'hôpital, malades hospitalisés et en réanimation le 31 mars 

Quels sont les symptômes du coronavirus ?

Les symptômes les plus décrits sont ceux d'une grippe ou d’une infection respiratoire aiguë. D’autres formes plus sévères ont aussi été observées. Voici les signes d’alerte permettant de reconnaître une personne contaminée :

  • Fièvre (peu élevée et progressive), frissons ;
  • Toux sèche persistante ;
  • Malaise général, fatigue ;
  • Douleurs musculairescourbatures ;
  • Céphalées ;
  • Difficultés respiratoires ;
  • Anomalies pulmonaires détectables ; 
  • Éventuellement maux de gorgeécoulement nasaldiarrhée, vomissements ou anosmie ; 
  • Perte du goût et de l'odorat observée chez certains jeunes patients (23-45 ans).
  • Signes digestifs (type diarrhée) observés chez certains sujets âgés.
  • Etat confusionnel et chute, chez les patients âgés.

Ces symptômes apparaîssent après un temps d'incubation pouvant aller jusqu'à 14 jours. Les premiers signes observés sont souvent une fièvre, accompagnée de toux, signes présents dans la majorité des cas (mais pas toujours). 



Coronavirus COVID-19 : comment le différencier de la grippe ou du rhume ?


Coronavirus COVID-19 : comment le différencier de la grippe ou du rhume ?
Les symptômes du coronavirus COVID-19 sont très proches de ceux de la grippe et du syndrome grippal. Alors comment différencier ces pathologies ? Medisite fait le point.


Définition des cas possibles  

Santé Publique France définit les cas possibles comme suit : 

a) Toute personne présentant des signes cliniques d’infection respiratoire aiguë avec une fièvre ou une sensation de fièvre,
ET
Ayant voyagé ou séjourné dans une zone d’exposition à risque dans les 14 jours précédant la date de début des signes cliniques. Il s'agit des pays pour lesquels une transmission communautaire diffuse de Covid-19 est décrite. 

b) Toute personne présentant des signes cliniques d’infection respiratoire aiguë dans les 14 jours suivant l’une des expositions suivantes :

  • Contact étroit d’un cas confirmé de COVID-19, pendant que ce dernier était symptomatique ;
  • Personne co-exposée, définie comme ayant été soumise aux mêmes risques d’exposition (c’est-à-dire un voyage ou séjour dans une zone d’exposition à risque) qu’un cas confirmé.

Définition des cas confirmés

Santé Publique France définit les cas confirmés comme "toute personne, symptomatique ou non, avec un prélèvement confirmant l’infection par le SARS-CoV-2".

Un auto test fiable pour détecter le coronavirus est disponible en ligne

Un auto test en ligne du nom de maladiecoronvirus.fr, développé sous l'impulsion du ministère de la Santé et de l'insitut Pasteur est désormais disponible pour prediagnostiquer le coronavirus. Objectif : vous permettre d'évaluer si votre état est inquiétant et nécessite une prise en charge médicale en urgence.



Coronavirus : un autotest fiable en ligne pour détecter la maladie


Coronavirus : un autotest fiable en ligne pour détecter la maladie
Développé sous l'impulsion du ministère de la Santé et de l’institut Pasteur, ce test permet en à peine 3 minutes de détecter et orienter les malades graves. Son but : vous permettre d'évaluer si...


Se protéger du coronavirus : adoptez ces gestes !

Quelle prévention à l'échelle individuelle ? 

Un strict respect des précautions standard d'hygiène est recommandé. A savoir : 

  • Le lavage des mains régulièrement ; 
  • La désinfection des surfaces. 

Le port d'un masque par une personne saine n'est pas suffisant pour se protéger. En revanche, le port du masque par un cas confirmé est utile pour éviter la propagation du virus par la salive. 

© Istock

Traduction : Médisite

2019-nCoV : ces contacts augmentent vos risques d'être contaminé !

Dans la mesure où le virus se transmet par les gouttelettes de salive, avoir été en contact étroit avec un patient contaminé vous expose à un risque de développer la maladie. 

Santé Publique France définit les "contacts étroits" comme suit : 

  • les personnes ayant partagé le même lieu de vie que le patient malade lorsque celui-ci présentait des symptômes, ou ;
  • des personnes ayant eu un contact direct, en face à face, à moins d’1 mètre du patient malade au moment d’une toux, d’un éternuement ou lors d’une discussion ;
  • les flirts ; amis intimes ;
  • les voisins de classe ou de bureau ;
  • les voisins du cas dans un avion ou un train, ou les personnes restées dans un espace confiné avec le patient malade (voiture individuelle par exemple).

Malade du coronavirus : comment ne pas contaminer sa famille et ses proches ?

Jusqu'à présent, les personnes atteintes du coronavirus ont contaminé leur famille et leurs proches. Les individus se sont contaminés entre eux.

Si vous êtes contaminé ou êtes confiné avec une personne contaminée, voici les mesures anti coronavirus à suivre : 

  • La personne contaminée doit être mise à l'écart des autres. Elle doit être mise en "quarantaine" dans une chambre fermée. Il faut créer deux milieux de vie pour que l'un d'entre eux reste le plus sain possible.
  • Cette personne doit porter un masque chirurgical pour ne pas contaminer ses proches.
  • Ce masque doit être renouvelé tous les jours.
  • Le malade doit, chaque fois qu'il se rend aux toilettes, nettoyer les WC à l'aide d'un désinfectant après son passage. Même chose pour tout objet touché et partagé avec les autres membres (lavabo, douche, etc.).
  • Il doit limiter drastiquement ses contacts avec les objets communs à toute la famille s'il est contraint de sortir de sa zone de confinement : ne pas toucher aux poignées de portes, au meubles, à la télécommande, aux téléphones...
  • Les mouchoirs utilisés doivent être jetables, et jetés immédiatement après usage.
  • Une personne peut être désignée pour s'occuper du malade et limiter l'exposition directe au virus des autres membres.
  • Les lieux de vie doivent être aérés plusieurs fois par jour pour diminuer la présence des particules virales.
  • Le lavage des mains au savon ou avec une solution hydroalcoolique de tous les membres de la famille est indispensable, plusieurs fois par jour, idéalement toutes les heures. Cette mesure doit être appliquée par la personne s'occupant du malade chaque fois qu'elle sort de sa chambre.
  • Les objets utilisés par le malade ne doivent pas être partagés et régulièrement désinfectés (couverts, serviettes, etc.).



Coronavirus : j'ai un malade chez moi, comment me protéger du COVID-19 ?


Coronavirus : j'ai un malade chez moi, comment me protéger du COVID-19 ?
Alors que le coronavirus fait des ravages, vous êtes nombreux à chercher les meilleures solutions pour vous prémunir. Mais comment réagir si le virus contamine un de vos proche ? Comment éviter...


Stades épidémique 1, 2, 3 : quelles sont les mesures mises en place ?

Depuis la pandémie H1N1 en 2009, il existe 3 stades d'épidémie. Depuis le 14 mars, nous sommes au stade 3 compte-tenu de la flambée des cas. La porte-parole du gouvernement, Sibeth NDiaye, avait déclaré le 3 mars sur France Info qu'elle craignait "qu’il ne soit difficile d’échapper à la phase épidémique", dite de stade 3. Retour sur les 3 phases d'épidémie et ce à quoi correpond le niveau d'alerte le plus élevé... auquel nous sommes.

  • Stade 1 : ce stade se traduit par des mesures visant à freiner l'introduction du virus. Concrètement : les autorités recensent les patients suspects, les place en confinement, retrace en cas de positivité, leur parcours, et joint les personnes avec qui ils ont été en contact pour les soigner. En parallèle le gouvernement met en place des mesures pour protéger les personnels soignants, constituer des stocks de produits de santé, ouvrir des plateformes d'information, et contrôle l'état de santé des voyageurs.
  • Stade 2 : ce stade a pour but d'endiguer la propagation du virus  après l’apparition de foyers à différents endroits sur notre sol, avec des regroupements de patients dits "clusters". Objectif : freiner les contaminations et laisser le temps aux établissements de santé de se préparer à l’épidémie et un éventuel passage en stade 3. Concrètement : certains établissements scolaires à risques sont fermés, les déplacements de certaines populations peuvent être limités, le télétravail conseillé. Les manifestations publiques de plus de 5 000 personnes sont annulées. En cas de risques d'exposition au virus, les individus sont mis en quarantaine.
  • Stade 3 : c'est le stade dit "épidémique". Le virus circule activement sur le territoire. Il s'agit alors pour les autorités de limiter ses effets. Tous les efforts doivent être déployés pour contrôler la situation. Même s'il est difficile de se prononcer sur la durée de ce stade pour l'heure, le ministère de la Santé estime qu'il pourrait s'étaler sur  8 et 12 semaines.



Coronavirus : qu'est-ce que le stade 3 de l'épidémie ?


Coronavirus : qu'est-ce que le stade 3 de l'épidémie ?
Le coronavirus gagne du terrain en France. Vendredi 28 février 2020 dernier, le ministre de la Santé, Olivier Véran, a annoncé que la France passait au stade 2 de l'épidémie. Le 14 mars, cette dernière a atteint...



Le stade épidémique 3 : les conséquences au quotidien

Les cas de Covid-19 explosant, le gouvernement a changé de stratégie et est passé au stade épidémique 3. Objectif : limiter la contagion grâce à des mesures barrières, mais aussi réduire la charge sur le système de santé ou encore renforcer notre capacité de réponse sanitaire. 

Voici les mesures mises en place : 

La fermeture des structures suivantes :

  • Crèches,
  • Établissements scolaires, d'enseignement et de formation,
  • internats et établissements d'accueils collectifs de mineurs.

Le renforcement de la protection de populations fragilisées :

  • personnes âgées,
  • personnes handicapées,
  • enfants,
  • personnes sans domicile fixe…

La limitation de tous rassemblements :

  • Les moyens de transports individuels sont préconisés.
  • Les déplacements individuels non essentiels sont ultra restreints. Après une première attestation de déplacement dérogagoire rendue obligatoire le 17 mars 2020, les règles de confinements ont été durcies. Tout Français doit donc se conformer au strict respect d'une nouvelle attestation de déplacement dérogatoire plus restrictive, en ligne depuis le 24 mars 2020 au soir.
  • Le télétravail est vivement encouragé par exemple (sauf impossibilité).

Le stade 3 doit maintenir les secteurs d'activité vitaux

Le stade 3 implique également la mobilisation de personnels publics ou la mise en place de soutiens financiers aux foyers touchés par la pandémie. 

Enfin ce stade épidémique doit permettre de maintenir les secteurs d'activité vitaux (gouvernement, défense, distribution d'eau potable, traitements des déchets, santé, justice, services bancaires, gestion des énergies...).

Quelles sont les personnes à risque face à cette pneumonie virale ?

Selon les dernières informations de Santé Publique France pour l'heure, les personnes à risque d’être contaminées par le coronavirus 2019-nCoV sont celles :

  • Ayant eu un contact étroit avec un cas confirmé d’infection au nCoV, pendant que ce dernier était symptomatique ;
  • Ayant travaillé ou ayant séjourné dans un hôpital dans lequel un cas d’infection au nCoV a été confirmé ;
  • Souffrant de pathologies chroniques et fragilisées par leurs maladies (problèmes cardiaques, diabète, cancers...).
  • Étant âgées.
  • Ayant visité ou travaillé dans un marché d’animaux vivants à Wuhan, en Chine ou revenant de cette zone.

Coronavirus 2019-nCoV : combien de temps dure la maladie ?

La période d’incubation est le temps qui s’écoule entre l’infection et l’apparition des symptômes cliniques de la maladie. La durée d’incubation du coronavirus est d'environ 3 à 7 jours, mais elle peut atteindre 14 jours. L’Organisation Mondiale de la Santé recommande que les contacts des cas confirmés soient suivis pendant 14 jours. La durée de la maladie est encore incertaine.

Contagion : comment se transmet le coronavirus ?

Après des premiers tests de laboratoire, qui n’ont révélé “aucune transmission apparente d’homme à homme”, des experts ont finalement découvert que le virus pouvait bien être transmis entre humains

"La transmission interhumaine à Covid-19 se fait par la projection de gouttelettes (postillons, ndlr) et par un contact direct manu porté ou par l’intermédiaire de surfaces souillées", indique le Minisitère de la Santé dans un guide méthodologique à destination des professionnels de santé.

Le virus peut survivre quelques heures sur des surfaces inertes sèches, et pendant plusieurs jours en milieu aqueux. Une personne contaminée à Covid-19 n'est contagieuse que lorsqu'elle présente des symptômes. 

Un communiqué du National Health Commission of the People’s Republic of China, publié le 22 janvier 2020, précise : “les experts en santé conviennent qu'il existe une possibilité de mutation du virus”, ce qui pourrait accélérer sa propagation.



Masques anti-coronavirus : sont-ils vraiment efficaces ?


Masques anti-coronavirus : sont-ils vraiment efficaces ?
Alors que le coronavirus (COVID-19) fait des ravages, vous êtes nombreux à vous ruer sur les masques. Or, sont-ils vraiment efficaces ? Peuvent-ils vous protéger ? Où se les procurer ? Réponses avec le Pr Stéphane...


COVID-2019 : une contagiosité exponentielle

En février 2020, des scientifiques estiment que le coronavirus pourrait bientôt infecter 2/3 de la population mondiale. "Il y a une possibilité que 60 % de la population mondiale finisse par contracter le virus", indique le Pr Gabriel Leung, de la Hong Kong University. 

La statisticienne et conseillère de l'OMS, Ira Longini, va dans le même sens. "Avec une contamination moyenne de 2,5 personnes par cas, le taux de contagion du coronavirus COVID-19 peut atteindre 60 à 80 %", précise-t-elle.



Coronavirus : les aliments et objets importés de Chine peuvent-ils vous contaminer ?


Coronavirus : les aliments et objets importés de Chine peuvent-ils vous contaminer ?
Par sa propagation rapide dans le monde, le coronavirus nCoV inquiète, et soulève des questions. Peut-on l’attraper en allant au restaurant chinois ? En touchant des objets fabriqués...


Qui, quand consulter en cas de suspicion de contamination ?

Si vous présentez les signes d’un état grippal ou d’une infection pulmonaire et si vous rentrez de Chine, la première chose à faire est de rester chez vous confiné avec vos proches. Contactez le SAMU via le 15 si la situation évolue mal, si vous avez des difficultés à respirer.

Il ne faut en aucun cas vous rendre aux urgences ou chez votre médecin traitant sans l'appeler, afin d'éviter la propagation du virus. 

Quelles complications peut entraîner le virus 2019-nCoV ?

Chez les personnes âgées et les patients immunodéprimés, la maladie peut prendre une forme plus grave, et entraîner une insuffisance respiratoire ou des complications cardiaques, explique la Commission municipale de l'hygiène et de la santé de Wuhan sur son site Internet. Ce coronavirus peut également entraîner la mort du patient. 

Toutefois, le Covid-19 ne s'avèrerait mortel que dans 3,4 % des cas selon l'OMS.  L'infection au coronavirus serait bénigne  dans la majorité des cas. 

Coronavirus chinois : quels examens et analyses ?

Un test diagnostique dit PCR spécifique a été développé par le Centre national de référence des virus des infections respiratoires de l’Institut Pasteur. Celui-ci permet de détecter le virus SARS-CoV-2 sur des prélèvements d'origine respiratoire. Pratiqué par le personnel médical, il est effectué sur des personnes présentant des symptômes avancés. Deux autres types de tests sont attendus. D'abord des tests rapides dont le gouvernement a passé commande et qui devraient à partir d'un prélèvement sanguin pouvoir donner des résultats en quelques minutes seulement. Ensuite des tests sérologique qui permettent de savoir si l'on a été infecté ou non qu'on soit symptômatique ou pas. Ces derniers pourraient être particulièrement utiles au moment du déconfinement.

Quel est le traitement du virus ?

"Les patients potentiellement infectés par le SARS-Cov2 doivent être pris en charge dans l’un des établissements identifiés sur le territoire français pour la prise en charge des cas possibles et confirmés d'infections à MERS-CoV", indique l'Institut Pasteur. 

Les patients y sont accueillis dans des chambres à pression négative : la pression de la pièce est abaissée sous le niveau de l'extérieur, afin d'empêcher l'air et les potentiels agents pathogènes qu'il pourrait véhiculer de sortir.

Le traitement de Covid-19 est symptomatique

À ce jour, il n’existe pas encore de traitement contre 2019-nCoV. Dans la mesure où il s’agit d’une forme de coronavirus encore inconnue, les scientifiques doivent en apprendre davantage sur lui, pour pouvoir mettre au point un traitement. Ce dernier est donc, pour l’instant, symptomatique. En cas de détresse respiratoire, les malades sont mis sous respirateurs artificiels par exemple. Cela ne les soigne pas, mais les maintient en vie.

"Cela dit, la famille des Coronavirus est très grande et à ce jour on ne dispose d'aucun traitement efficace contre un coronavirus quelconque : ce n'est pas du tout gagné. En revanche, il sera peut-être possible de préparer un vaccin", précise le Dr Stéphane Gayet, infectiologue hygiéniste au CHRU de Strasbourg.

Essais clinique : la Chloroquine pourrait faire ses preuves

De nombreux programmes français et européens et des essais cliniques, sont en cours afin d’améliorer le diagnostic, la compréhension et la prise en charge de cette maladie, rapporte le gouvernement.

Au sein d’une étude parue dans la revue Cell research, des scientifiques chinois affirment qu’un traitement contre le paludisme pourrait soigner le coronavirus. Il s’agit de la chloroquine, médicament employé contre le paludisme, que ce soit en préventif ou en curatif. Si ce traitement ne fait pas l’unanimité chez les experts comme pour le prix Nobel de médecine Françoise Barré-Sinoussi qui appellelait à la plus grande prudence le 24 mars 2020, l’Institut Méditerranée Infection (IHU) à Marseille a utilisé ce médicament pour tenter de soigner le coronavirus.

Bien avant les propos du prix Nobel, une étude clinique a été lancée par le professeur Didier Raoult, directeur de l’IHU Méditerranée Infection (Marseille). Dans une intervention, déroulée le lundi 16 mars, l’expert livre les résultats préliminaires, qui semblent "spectaculaires" : au bout de six jours de traitement par Plaquenil, 25 % seulement des patients seraient encore porteurs du virus, la proportion étant de 90 % chez ceux ne recevant pas le traitement. La charge virale à J + 6 serait encore plus basse chez les malades traités en plus par un antibiotique, l’azithromycine. Une publication scientifique est attendue.

Néanmoins, plusieurs experts se montrent réticents face à ce traitement, au vu de ses effets indésirables. Sibeth Ndiaye, porte-parole du gouvernement, a indiqué que ces essais cliniques étaient "prometteurs" et seraient étendus sur un plus grand nombre de patients. "Ils seront réalisés avec une équipe indépendante du Pr Raoult", a-t-elle précisé à l’issue du Conseil des ministres, en soulignant néanmoins qu’à ce stade, "nous n’avons pas de preuve scientifique" que ce traitement fonctionne.

Quarantaine : qui fait l'objet de mesures de confinement et quand ?

Confinements, isolements, quarantaines... quelles différences mais surtout qui est concerné et à partir de quand ? 

Actuellement on différencie deux types de cas concernés par ce type de mesures d'isolement ("quarantaine" est un mot ancien et c'est un abus de langage. En effet la période de confinement de nos jours, ne dure plus 40 jours) : 

  • Les  cas sans symptôme, le plus souvent incité à rester chez eux. On parle alors de confinement ou d'isolement à domicile.
  • Les cas symptomatiques  qui, eux, doivent être placés en chambre isolée dans un hôpital habilité.

Le confinement ou isolement à domicile, c'est quoi ?

Tout individu revenant depuis moins de 14 jours d'une zone de circulation active duCovid-19, sans pour autant en présenter le moindre symptôme, doit rester confinée pendant 14 jours à son domicile. La règle est la même pour les personnes présentant un risque élevé d'avoir été en contact avec un cas confirmé de nouveau coronavirus.

Les mesures de confinement imposent alors au sujet concerné de :

  • Rester à domicile ;
  • Éviter tous contacts avec son entourage familial (sauf port d'un masque chirurgical) ;
  • Se laver les mains très souvent et/ou utiliser une solution hydro-alcoolique ;
  • Surveiller sa température fréquemment et l'apparition de symptômes.

Isolement à l'hôpital : quelles sont les personnes concernées ?

  • Tout cas suspect diagnostiqué par un professionnel de santé est signalé au SAMU. Ce dernier le met en relation avec un infectiologue qui le prendra en charge s'il est classé comme "cas possible" suite à un questionnaire. Dans le cas contraire, il est redirigé vers un médecin traitant.
  • Le SAMU prend sur le champ en charge tout patient diagnostiqué comme "cas possible", selon un protocole de transport stricte.
  • Le patient est ensuite  isolé dans l'un des services d'infectiologie présent dans les hôpitaux habilités Covid-19. Un  test diagnostic (RT-PCR SARS-CoV-2) permet alors de le définir comme "cas confirmé" ou non (si résultat négatif). En cas de résultat positif, le patient est hospitalisé dans une chambre isolée.

Origine et causes de l’épidémie de coronavirus 

La plupart des patients frappés initialement par le virus sont des commerçants du Huanan Seafood Wholesale Market, un marché de gros local spécialisé dans les fruits de mer. Ce dernier a été fermé dès la découverte des premiers cas de Covid-19. Le jeudi 23 janvier, les métropoles de Wuhan et Huanggang ont été placées en quarantaine. Le lendemain, 13 municipalités ont adopté des mesures de confinement. 

Les premières transmissions ont pu se faire par les animaux

Outre les fruits de mer, le marché de Huanan vendait également des oiseaux, des serpents, des lapins ainsi que leurs organes internes. La source première de cette épidémie pourrait donc bien être les animaux. Selon les hypothèses les plus probables, la chauve-souris et le pangolin seraient en cause dans la propagation de l'épidémie. 

"Un virus à 96 % identique au SARS-Cov-2 a été identifié chez des chauves-souris capturées en Chine. La chauve-souris est donc très vraisemblablement le réservoir du virus", indique le site de l'Institut Pasteur. Mais l'animal qui a permis sa transmission à l'homme serait le pangolin. 

Carte : la région du Wuhan, en Chine, épicentre de l'épidémie

Carte : la région du Wuhan, en Chine, épicentre de l'épidémie© Creative Commons

© CC - Auteur : CIA - Licence : https://creativecommons.org/publicdomain/zero/1.0/deed.fr

Coronavirus chinois : sites d’informations et associations

Source(s):
Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.