Sommaire

C'est une voie de contamination insolite qu'on n'avait pas imaginé. Alors que des chercheurs avaient déjà évoqué la possible présence du virus dans les matières fécales des personnes ayant été contaminées, des ministres britanniques redoutent désormais que les pets puissent être un vecteur de contagion de la Covid-19. Les ministres craignent en effet que le virus puisse être propagé par des personnes émettant des flatulences dans des espaces confinés tels que les toilettes. L'un d'entre eux aurait confié en privé au Telegraph avoir lu des "trucs d'apparence crédible à ce sujet" dans d'autres pays, notamment en Australie. La source interrogée a confié qu'il y avait eu des preuves d'un "lien en rapport à la génomique entre deux individus ayant utilisé une cabine de toilettes en Australie". Des suggestions de propagation du virus par flatulences sont apparues pour la première fois en Australie l'année dernière lorsque Norman Swan, un médecin australien, a conseillé sur un podcast ABC de ne "pas péter fesses nues".

Pour appuyer cette théorie insolite de transmission du coronavirus, un des ministres britanniques aurait notamment évoqué "des cas bien documentés de maladies se propageant par les conduites d'évacuation à Hong Kong". Aucun article scientifique n'existe pourtant à ce sujet et un autre ministre a assuré au Telegraph que le coronavirus était "une maladie respiratoire" et que "sa transmission" se faisait donc "principalement par la bouche et en réalité principalement par le nez". Interrogé par le journal britannique, le porte-parole de Boris Johnson a déclaré qu'il n'était pas au courant de ces allégations selon lesquelles le virus pourrait se propager via les flatulences. "Nous gardons les dernières preuves scientifiques à l'étude", a-t-il toutefois précisé.

Flatulences : un mode de transmission "jamais démontré"

Le Dr William Schaffner, professeur de maladies infectieuses à l’Université Vanderbilt du Tennessee, aux États-Unis, a quant à lui indiqué à USA Today que la transmission du coronavirus par flatulences n’a "jamais été démontrée". "Cela devient un exercice hautement théorique pour en discuter", a-t-il déclaré, expliquant que selon lui "c'est très improbable". Les Centres de contrôle et de prévention assurent quant à eux qu'il n'y a pas non plus de preuve confirmée de "transmission fécale-orale" du virus. De même, l'Organisation mondiale de la santé classe le risque d'attraper la Covid-19 par contact avec les selles d'une personne infectée comme "faible". Même si des matières fécales peuvent être trouvées dans les pets émis, Le Telegraph assure en outre que "le risque de propager le coronavirus de cette manière est moindre car le port de sous-vêtements et de vêtements aurait pour effet de filtrer les particules nocives de la même manière qu'un masque" le fait sur le visage.

"Les vêtements agissent comme un filtre"

Le British Medical Journal relate d'ailleurs à ce sujet l'expérience d'un microbiologiste de Canberra, en Australie, nommé Luke Tennent. Il a ainsi demandé à un collègue d'émettre une flatulence à cinq centimètres de distance dans deux boîtes de Pétri. Il était la première fois habillé et portait un pantalon, et avait la seconde fois le pantalon baissé. Résultat, des bactéries présentes dans les intestins et sur la peau ont germé dans la deuxième boîte de Pétri, mais il n'y avait aucun germe dans la première boîte, "ce qui suggère que les vêtements agissent comme un filtre".

Le Dr Ravina Kullar, experte en maladies infectieuses pour l'Infectious Diseases Society of America et membre adjoint du corps professoral à l'UCLA, a déclaré à USA Today que la transmission des infections par les gaz intestinaux était "anormale". Elle en veut notamment pour preuve le cas du clostridium difficile, une infection bactérienne contagieuse et trouvée dans les selles qui ne s'est pas révélée contagieuse de cette manière.

Transmission du Covid : le danger de certaines langues étrangères

La transmission par les flatulences ne serait pas la seule transmission insolite de la Covid 19. En effet, des chercheurs français, Manouck Abkarian et Simon Mendez, se sont penchés sur les risques de propagation du virus par les postillons, et notamment par certaines prononciations… Ainsi, certaines langues étrangères seraient plus susceptibles d’émettre des micro-gouttelettes dans l’air. Plus précisément, l’anglais, le norvégien, l’allemand et le japonais, qui possèdent de nombreuses consonnes occlusives : “p”, “b”, “k”, “d”, ou encore “g” ; seraient donc en cause. D’ailleurs, d’après les chercheurs, le son “p” serait le plus dangereux. Une autre étude a comparé le nombre de cas de Covid-19 dans 26 pays avec la présence de consonnes occlusives dans les langues des pays étudiés. Les chercheurs ont ainsi remarqué que les pays ayant de nombreuses consonnes occlusives étaient davantage touchés par le coronavirus mais l’hypothèse reste encore à vérifier.

Transmission du Covid : le danger de certaines langues étrangères

SARS-CoV-2 : la transmission de la maladie

Le virus responsable de la Covid 19 est considéré comme dangereux car il est très contagieux. En effet, selon les informations du Gouvernement, “chaque personne infectée va contaminer en moyenne 3 personnes en l'absence de mesures de protection.” Ainsi, face au coronavirus, de nombreuses mesures de protection ont été mises en place afin de protéger la population.
La maladie se transmet par des sécrétions minuscules. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) indique que : “le virus peut se propager lorsque de petites particules liquides sont expulsées par la bouche ou par le nez quand une personne infectée tousse, éternue, parle, chante ou respire profondément. Ces particules sont de différentes tailles, allant de grosses « gouttelettes respiratoires » à des « aérosols » plus petits.” Ainsi, selon le site du Gouvernement, la covid 19 se transmet :

  • Par projection de minuscules sécrétions contaminées par une personne porteuse : en toussant, éternuant ou en cas de contacts étroits en l’absence de mesures de protection (distance physique, mesures barrières, port du masque). ;
  • Par contact direct physique (poignée de main, accolade, bise...) entre une personne porteuse et une personne saine. Le virus est transmis à la personne saine quand elle porte ses mains à la bouche ;
  • Par contact indirect, via des objets ou surfaces contaminées par une personne porteuse. Le virus est ensuite transmis à une personne saine qui manipule ces objets, quand elle porte ses mains à la bouche ;
  • Par l’air, essentiellement dans un espace confiné.

Aussi, même en étant vacciné, il est toujours recommandé de continuer à respecter les gestes barrières afin de se protéger du virus.

Les symptômes gastro-intestinaux du Covid

Si la Covid-19 ne pourrait pas se transmettre via les flatulences, de nombreux patients atteints du SARS-CoV-2 se sont plaints de symptômes gastro-intestinaux depuis le début de l'épidémie. D’ailleurs, selon une étude réalisée par des chercheurs de l'université d'Alberta au Canada parue dans la revue Abdominal Radiology, près de 18 % des personnes infectées par le coronavirus présentent des symptômes gastro-intestinaux. Ces symptômes peuvent être confondus avec une gastro-entérite et se traitent de la même façon. Il est essentiel de boire régulièrement pour éviter la déshydratation en choisissant notamment des boissons sucrées et/ou contenant du sel. Face à des troubles intestinaux, il est donc préférable de prendre rendez-vous que le médecin et se faire tester pour éviter de contaminer d’autres personnes.

Venez vous divertir autrement sur Hedony : Livres, jeux en ligne, cours en ligne et bien plus encore !

Sources

Covid could be spread through flatulence, say ministers, The Telegraph, 23 juillet 2021.

https://www.telegraph.co.uk/politics/2021/07/23/covid-could-spread-flatulence-say-ministers/?utm_content=telegraph&utm_medium=Social&utm_campaign=Echobox&utm_source=Twitter#Echobox=1627068178

Fact check: We know about coughs and sneezes. But can coronavirus spread through farts ?, USA Today.

https://eu.usatoday.com/story/news/factcheck/2020/04/23/fact-check-no-evidence-passing-gas-spreads-covid-19/5152813002/ 

Hot air ?, British Medical Journal, 22 décembre 2001.

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1121900/

Etude : https://link.springer.com/article/10.1007/s00261-020-02739-5?utm_medium=affiliate&utm_source=commission_junction&utm_campaign=3_nsn6445_brand_PID8224213&utm_content=de_textlink

https://www.who.int/fr/news-room/q-a-detail/coronavirus-disease-covid-19-how-is-it-transmitted

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC7263261/#!po=75.0000

https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(03)13874-3/fulltext

https://journals.aps.org/prfluids/abstract/10.1103/PhysRevFluids.5.102301

Voir plus
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.