Ecouter l'article :

Certains antidépresseurs, notamment le Prozac, protégeraient les patients de formes graves de Covid-19. C'est ce que révèle une étude de chercheurs et de médecins français parue le 4 février dernier dans la revue Molecular Psychiatry. À son origine, Nicolas Hoertel, psychiatre, enseignant et chercheur à l’AP-HP, l’Université de Paris et l’Inserm. Il avait remarqué que ses patients hospitalisés en psychiatrie à l'hôpital Corentin Celton (AP-HP) étaient très peu touchés par l'épidémie.

"Dans mon service, nous avons 80 lits. Depuis début de l’épidémie jusqu’à aujourd’hui, nous avons compté quatre patients souffrant de Covid sévère. C’est très faible. Et le nombre de patients présentant un Covid-19 reste inférieur aux soignants du service infectés. Cette observation est confirmée par les données d’un hôpital à New York et d’autres services de psychiatrie en France", explique-t-il à 20 Minutes. Un constat qu'il peinait à justifier. "On sait que les patients hospitalisés en psy ont souvent d’autres comorbidités par exemple des troubles cardiaques. Par ailleurs, notre service de psychiatrie reçoit beaucoup de personnes âgées. On ne comprenait pas… Mais une hypothèse a émergé : une protection de certains psychotropes vis-à-vis du Covid-19", explique le psychiatre.

Afin d'exploiter cette piste, une équipe de chercheurs et de médecins du service de psychiatrie et addictologie de l’hôpital Corentin-Celton (AP-HP) a donc étudié l’association entre la prise de certains traitements antidépresseurs et la réduction du risque d’intubation ou de décès chez les patients hospitalisés pour Covid-19. Ils ont donc collecté les données de santé de patients hospitalisés dans les hôpitaux de l'AP-HP entre janvier et avril dernier. Résultat, sur les 7 230 patients étudiés, 345 patients seulement, soit près de 5%, avaient une prescription de traitement antidépresseur dans les 48 premières heures suivant leur admission, ce qui confirme la peu de patients Covid souffrant de troubles psychiatriques.

Un risque d’intubation ou de décès diminué de plus de 40%

Ce qui a surtout retenu l'attention des médecins, c'est que ces patients atteints de la Covid-19 et ayant pris des antidépresseurs avaient un risque d’intubation ou de décès diminué de plus de 40% comparé aux patients qui n’avaient pas pris de tel traitement. "L’étude suggère une réduction de ce risque pour certains antidépresseurs inhibiteurs de la recapture de la sérotonine (ISRS) (fluoxétine, paroxétine, escitalopram) et certains antidépresseurs non-ISRS (venlafaxine et mirtazapine), avec une réduction du risque comprise entre 42% et 78% selon la molécule", précise un communiqué de l'AP-HP.

L’étude souligne par ailleurs que les antidépresseurs (ISRS et non-ISRS) sont plus ou moins efficaces selon la molécule. La fluoxétine, commercialisée sous le nom de Prozac, serait particulièrement efficace. Les chercheurs suggèrent que les traitements antidépresseurs pourraient inhiber l’activité de la sphingomyélinase acide, une enzyme qui semble influencer la pénétration intracellulaire du virus SARS-CoV-2. Afin de confirmer ces données prometteuses, l’AP-HP va lancer un essai clinique de grande ampleur sur des centaines de patients.

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Sources

Association between antidepressant use and reduced risk of intubation or death in hospitalized patients with COVID-19 : results from an observational study, Molecular Psychiatry, 4 février 2021.

Coronavirus : Certains antidépresseurs pourraient protéger contre les formes graves de Covid-19, 20 Minutes, 8 février. 

Covid-19 : le Prozac pourrait-il limiter les formes sévères ?, Top Santé, 8 février 2021. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.