Il est souvent dit que manger du poisson est bon pour la mémoire… il semblerait qu’il soit surtout bon pour le cœur, surtout si l'animal est riche en oméga-3. Une méta-analyse de plusieurs grandes études impliquant des participants de plus de 60 pays, montre en effet que la consommation régulière de poisson gras peut aider à prévenir les maladies cardiovasculaires chez les personnes à risque, comme celles qui ont fait une crise cardiaque ou un accident vasculaire cérébral par le passé.

Poisson gras et maladie cardiovasculaire : des oméga-3 protecteurs ?

Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques de l'Université McMaster ont réuni et analysé les données de près de 192 000 personnes réparties sur 5 continents, dont environ 52 000 avaient des problèmes cardiovasculaires. En examinant en détail les informations recueillies, les scientifiques ont découvert que les personnes mangeant deux portions par semaine de poissons riches en oméga-3 - comme le thon, le saumon, le merlan ou les sardines - voient leur risque de pathologies cardiovasculaires baisser d’environ d’un sixième par rapport aux autres participants.

"Il y a un avantage protecteur significatif de la consommation de poisson chez les personnes atteintes de maladies cardiovasculaires", a précisé le co-auteur principal Andrew Mente, professeur agrégé de méthodes de recherche, de preuves et d'impact à McMaster et chercheur principal au Population Health Research Institute.

Pour les chercheurs, l'ingrédient essentiel dans ces effets bénéfiques pour le cœur sont les oméga-3.

Toutefois, si vous n’avez pas d’antécédent de troubles cardiovasculaires, il n’est pas nécessaire de dévaliser immédiatement votre poissonnier ! Les scientifiques précisent que la répercussion positive est surtout visible chez les personnes ayant une pathologie. Celles ayant peu de risque tirent, certes, une protection modeste contre les troubles cardiovasculaires en mangeant du poisson riche en oméga-3 deux fois par semaine, mais les avantages pour leur santé étaient bien moins prononcés que chez les personnes malades.

Une étude pouvant avoir des implications sur les recommandations

"Cette étude a des implications importantes pour les lignes directrices sur la consommation de poisson dans le monde. Elle montre qu'une augmentation de la consommation de poisson - et en particulier de poisson gras - chez les patients souffrant du cœur peut produire un bénéfice cardiovasculaire modeste", estime le Dr Mentes

Après la parution de cette étude dans le JAMA International Medecine le 8 mars 2021, son codirecteur, le Dr Salim Yusuf, professeur de médecine à la Michael G. DeGroote School of Medicine et directeur exécutif du PHRI a ajouté : "il s'agit de loin de l'étude la plus diversifiée dans le monde sur la consommation de poisson et les résultats pour la santé ainsi que la seule avec un nombre suffisant de représentants de pays à revenu élevé, intermédiaire et faible de tous les continents habités”.

Sources

Study finds two servings of fish per week can help prevent recurrent heart disease, MedicalXpress, 8 mars 2021

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.