Sante cardiovasculaire des femmes : un medecin decrypte 6 idees recues

Aujourd’hui, une femme sur trois décède d’une maladie cardiovasculaire en France. Et ce, de plus en plus tôt ! Alors que “seulement” 5 % des jeunes femmes mourraient d’un infarctus en 1991, ce chiffre s’élève aujourd’hui à 11 %. En cause, nos modes de vie moderne, qui alimentent un certain nombre de facteurs de risque modifiables, mais aussi la prévalence d’idées reçues sur ces maladies, en particulier lorsqu’elles concernent la gent féminine.

Invité par la marque Primevère pour animer un webinar sur cette thématique, le Dr Jean-Michel Lecerf, chef du service Nutrition & Activité physique de l'Institut Pasteur de Lille, décrypte ces fameuses idées reçues qui retardent les diagnostics de maladies cardiovasculaires chez les femmes. Nous vous les listons dans ce diaporama.

Maladies cardiovasculaires : des facteurs de risques modifiables

Athérosclérose coronarienne, cardiopathie ischémique, infarctus du myocarde… Et si ces maladies du cœur pouvaient être évitées ? “80 % des facteurs de risque des pathologies cardiovasculaires sont modifiables”, pointe le Dr Jean-Michel Lecerf. Autrement dit, on peut agir dessus ! Parmi eux, on peut citer :

  • l’alimentation ;
  • la sédentarité ;
  • le surpoids et l’obésité ;
  • la prise de poids abdominal à la ménopause ;
  • le stress ;
  • l’hypertension artérielle ;
  • l’hypercholestérolémie ;
  • le diabète ;
  • le tabagisme ;
  • la consommation d’alcool.

Ces facteurs de risque sont largement favorisés par nos modes de vie. Ainsi, la prévalence de l’obésité a plus que doublé dans l’Hexagone, en une vingtaine d’années. En 1991, cette maladie métabolique concernait 8,3 % des Françaises. Aujourd’hui, elle touche 17,4 % d’entre elles. “Or, l’obésité fait le lit des maladies cardiovasculaires”, rappelle le médecin nutritionniste.

En parallèle, la généralisation du travail de bureau a fait exploser la sédentarité. Autre exemple frappant : 24 % des jeunes femmes fument, en France. Si un léger recul du tabagisme a été observé sur l’ensemble des femmes entre 2018 et 2019, passant de 22,9 % à 20,7 %), cette habitude désastreuse pour la santé est à la hausse chez les 45-64 ans.

Les symptômes cardiovasculaires doivent être pris au sérieux

Pourtant, arrêter de fumer, manger varié, équilibré et dans des proportions adaptées, pratiquer une activité physique régulière et marcher au moins trente minutes par jour, ou encore apprendre à gérer son stress sont autant d’actions qui réduisent vos risques de mourir d’une crise cardiaque.

De même, il ne faut pas hésiter à consulter son médecin traitant en cas de symptômes caractéristiques d’une affection coronarienne, tels que l’essoufflement à l’effort, les palpitations, la fatigue, une douleur dans le haut du dos ou encore les troubles digestifs.

En raison des idées reçues qui persistent à ce sujet, de nombreuses femmes ont tendance à se croire à l’abri des maladies cardiaques, quand d’autres minimisent leurs symptômes ou craignent de ne pas être prises au sérieux. “La douleur est souvent mieux supportée chez les femmes que chez les hommes, elles ne sont cependant pas souvent prises au sérieux et elles pensent que la prévention c’est pour plus tard”, déplore le Dr Lecerf. Pourtant, plus le diagnostic est précoce, meilleure sera la prise en charge.

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Sources

Webinar Primevère : Santé cardiovasculaire des femmes, intervention du Dr Jean-Michel Lecerf, chef du Service Nutrition & Activité Physique du Centre Prévention Santé Longévité, de l'Institut Pasteur de Lille. 

En 2019, le tabagisme est en baisse chez les femmes mais marque le pas pour les personnes précaires, Drogues.gouv.fr, 27 mai 2020. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.