De l'acide citrique, des polyphosphates et beaucoup d'eau... Ce sont les additifs utilisés dans les filets de poissons à un taux trop élevé (18%), selon une enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF). Les auteurs ont analysé 210 filets de poissons importés, mais aussi produits en France, pour la plupart à base de cabillaud, de Colin d'Alaska, de loup de mer et de panga.

"L'emploi de carbonates est suspecté"

En ce qui concerne le poisson annoncé sur l'étiquette, "très peu de fraudes ou de manquements ont été constatés" rapporte la DGCCRF. En revanche, pour 30 échantillons sur 38, l'ajout d'eau et de sel exagéré dans les produits est "l'anomalie la plus répandue". "En matière d'additifs non autorisés, l'emploi de carbonates est suspecté" ajoute l'autorité. Les Ph seraient trop élevés ce qui laisse entendre un détournement des réglementations européennes par les vendeurs d'additifs. A la suite de cette enquête, 20 produits non cités ont été mis sous surveillance et huit procès verbaux ont été entamés.

Source : Contrôle des expèces annoncées et additifs employés pour les filets de poisson, Portail de l'Economie et des Finances, 10 décembre 2014

En recherche d'emploi, Retraité ou Actif ? Envie de se reconvertir et de lancer son projet ? Découvrez la formation à 0€ pour y parvenir en cliquant ici >

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.