Un régime très riche en oméga 3 diminuerait le risque de cancer du sein

Publié le 17 Octobre 2018 par Claire Ménage, journaliste santé
Une nouvelle étude de la revue Clinical & Experimental Metastasis publiée dans le journal Springer le 16 octobre 2018, apporte une preuve supplémentaire sur le fait qu’un régime très riche en oméga 3 diminuerait le risque de cancer du sein.
Publicité

© Adobe StockLes acides gras omégas 3 contenus dans l’huile de poisson pourraient inhiber la croissance et la propagation des cellules cancéreuses du cancer du sein chez la souris. C’est le résultat de la dernière étude de la revue Clinical & Experimental Metastasis publiée dans le journal Springer le 16 octobre 2018. Les recherches menées ont été sur la comparaison entre deux groupes de souris femelles adultes d’une part alimentées via un régime contenant des huiles végétales riches en acides gras polyinsaturés oméga-6, tandis que l'autre groupe avait un régime à base d'huile de poisson riche en acides gras oméga-3. Résultat, selon l’auteur principal, le professeur Saraswoti Khadge, du Centre médical de l’Université du Nebraska (États-Unis), "les acides gras ont empêché la formation ultérieure de tumeurs et la propagation des cellules cancéreuses à d’autres organes chez la souris. Cela pourrait être dû à la manière dont les acides gras oméga-3 soutiennent le système immunitaire et anti-inflammatoire du corps".

Publicité

"Certaines souris nourries aux oméga-3 ont semblé ne jamais développer de cancer du sein"

Cette découverte a permis au professeur Khadge et ses collègues de s’apercevoir qu’après injection de cellules cancéreuses du sein (4T1), les tumeur des souris recevant un régime en oméga 3 étaient 50% plus petites que celles développées dans le groupe oméga-6. Les chercheurs ont également noté que, "la probabilité que les cellules cancéreuses se développent et se propagent à d'autres organes dans le groupe oméga-3 était également plus faible et que ces souris ont survécu plus longtemps par rapport à celles qui suivent le régime oméga-6". Il a été également prouvé que certaines souris nourries aux oméga-3 ont semblé ne jamais développer de cancer du sein. Grâce à des globules blancs (qui jouent un rôle dans le renforcement du système immunitaire contre les tumeurs) présent dans l’huile de poisson et en corrélation avec des tumeurs mourantes, il était possible de confirmer "qu'un régime alimentaire riche en acides gras oméga-3 pourrait aider à supprimer le type d'inflammation qui peut déclencher le développement et la propagation rapides des tumeurs". Ce régime aurait donc un rôle thérapeutique important dans le contrôle de la croissance tumorale et des métastases. A noter que cette étude est basée sur la consommation alimentaire durant la vie adulte et que depuis des résultats d’études précédentes "la consommation d’aliments à base d’huile de poisson pendant la grossesse et pendant l’enfance inhiberait de façon marquée le développement et la propagation du cancer du sein", conclut les chercheurs.

Publicité

Quelles différences entre omégas 3 et omégas 6 ?

Il est avéré scientifiquement, depuis plusieurs années, que les omégas 3 et les omégas 6 sont bénéfiques à notre santé. Principaux composants des lipides, les omégas 3 et les omégas 6 sont tous les deux des acides gras polyinsaturés, essentiels à notre métabolisme. Bien qu’ils lui soient indispensables, le corps humain ne sait pas les produire lui-même. Aussi faut-il les trouver dans notre alimentation. Toutefois, les enzymes, qui permettent l’assimilation des omégas 3 et 6, favorisent toujours les omégas 6 au détriment des omégas 3 dans notre organisme. Il est donc recommandé d’ingérer quatre à cinq fois plus d’omégas 6 que d’omégas 3. Or l’alimentation occidentale apporte en général vingt fois plus ! Il est donc primordial de rééquilibrer les apports de ces deux acides gras pour demeurer en bonne santé. Les omégas 3 sont principalement présents dans les poissons gras, tels que le saumon, le maquereau, les sardines, le hareng, le foie de morue, etc. Les fruits de mer et crustacés, l’huile de colza, les graines de lin et les germes de blé, les pousses tendres d’épinards ou de mâche, l’amande et les noix sont aussi riches en omégas 3. Sachez par ailleurs que les omégas 6 se trouvent dans les huiles d’arachide, de tournesol, de pépins de raisin, de palme, la margarine, la viande… À vous d’équilibrer !

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !
X