Ecouter l'article :

Troubles du sommeil, addictions, anxiété, perte de projets pour l'avenir, dépression... Au moins 60% des personnes interrogées déclarent se sentir épuisées par l'urgence sanitaire et les restrictions qui en découlent selon une étude de l'OMS.

Dans son dernier bulletin épidémiologique publié le 4 février dernier, Santé publique France constate que la santé mentale des Français reste "dégradée", avec "un maintien à des niveaux élevés des états dépressifs, des états anxieux et des troubles du sommeil". "La crise sanitaire et les mesures exceptionnelles prises par le gouvernement ont augmenté la fatigue. Une fatigue qui est visiblement plus importante que celle que nous connaissons habituellement en cette période de l’année", explique à France Bleu Abdel Boudoukha, professeur de psychologie clinique et psychopathologie à l'université de Nantes.

Anxiété, épuisement, problèmes de mémorisation, d’attention

Depuis près d'un an, la pandémie de Covid-19 conduit inexorablement à une autre forme de danger que l'OMS appelle "fatigue pandémique". Dans un document publié cet automne, l'agence onusienne en révèle le triste cocktail : peur de la maladie en elle-même, perte de repères sociaux liés aux restrictions de liberté, absence de projets pour l'avenir, craintes pour son emploi... Selon le psychologue Abdel Boudoukha, cette fatigue se traduit par de "l’anxiété, de l’épuisement, des problèmes de mémorisation, d’attention. On a le sentiment d’avoir plus de difficultés à engager de l’énergie pour de l’activité quotidienne".

D'après l'enquête CoviPrev relayée par Santé publique France dans son dernier point épidémiologique, "l'adoption systématique de toutes les mesures en lien avec la limitation de l'interaction sociale" est en baisse en France, alors que les variants se font de plus en plus menaçants et qu'un nouveau confinement apparaît (presque) inévitable. Lors de sa visio-conférence début octobre, l’OMS a rappelé qu’il fallait mettre en place des "communications ciblées, adaptées et efficaces" et aussi "aider les populations à réduire les risques tout en faisant les choses qui les rendent heureux". L'OMS présente certaines recommandations pour aider les Etats. "Les gouvernements ont la possibilité d'atténuer les effets néfastes de ces mesures [restrictives] grâce à une planification, une mise en oeuvre et une communication minutieuses et grâce à des mesures et politiques de protection sociale supplémentaires pour garantir que personne ne soit laissé pour compte", indique-t-elle.

Inventer et créer et ne pas ruminer

Selon Abdel Boudoukha, il est important de "ne pas ruminer. Il ne faut pas se focaliser sur les éléments négatifs, mais plutôt se demander ce que l’on pourrait faire que l’on ne fait pas habituellement". En gros, "voilà tout ce que la crise me permet de faire. Il faut inventer, créer, pour garder un sentiment positif".

Information patient : votre expérience intéresse Medisite !

Répondez à notre questionnaire en 2 minutes :

Sources

Pandemic fatigue Reinvigorating the public to prevent COVID-19, OMS, novembre 2020.

Coronavirus: Europe experiencing 'pandemic fatigue', BBC, 6 octobre 2020.

Covid-19 : qu'est-ce que la "fatigue pandémique", contre laquelle l'OMS met en garde ?, L'Express, 8 février 2021. 

Coronavirus : la "fatigue pandémique" inquiète les spécialistes de la santé mentale, France Bleu, 9 décembre 2020. 

COVID-19 : point épidémiologique du 4 février 2021, Santé Publique France, 4 février 2021. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.