Le coronavirus pourrait-il affecter la fertilité des hommes ? Selon une récente étude menée par des chercheurs de l’Université de Hong Kong et publiée le 18 février dernier dans la revue médicale Clinical Infectious Diseases, le variant Omicron de la Covid-19 entraînerait des lésions sur les testicules des hamsters. Des lésions testiculaires qui affecteraient également la fertilité et que ceux infectés par la grippe n'auraient pas développées.

Les scientifiques appellent donc à un meilleur suivi à long terme de la fertilité chez les patients guéris de la Covid-19. Les chercheurs ont lors de ces travaux évalué les modifications immunologiques, pathologiques et hormonales progressives des testicules de hamsters après une infection par le nouveau coronavirus et ses variants Omicron et Delta.

Si l'infection des voies respiratoires des hamsters a été limitée après l'inoculation du coronavirus, les scientifiques ont constaté que le virus entraînait une diminution aiguë du nombre de spermatozoïdes et de la testostérone jusqu'à une semaine après l'infection, puis ont observé une réduction de la taille et du poids des testicules.

Le coronavirus peut provoquer des symptômes méconnus : des lésions testiculaires aiguës avec une atrophie testiculaire asymétrique chronique ultérieure et des modifications hormonales associées. Il est important d'être conscient de la possibilité d'un hypogonadisme et d'une fertilité amoindire lors de la prise en charge des hommes infectés par le virus et ses variants.

Omicron : inflammation, hémorragie et nécrose testiculaires

En pratique, les chercheurs de l’université de Hong Kong ont utilisé le virus de la grippe A (H1N1), à l'origine de la pandémie de grippe porcine de 2009, comme témoin pour l'étude afin de comparer les effets. Ils ont ainsi inoculé à des hamsters âgés de huit à dix semaines différentes doses de la souche du nouveau coronavirus ainsi que des variants Delta et Omicron, en utilisant la souche grippale A(H1N1) comme témoin.

"Des dommages histopathologiques aigüs avec des degrés variables d'inflammation, d'hémorragie et de nécrose testiculaires, la dégénérescence des tubules séminifères et la perturbation de la spermatogenèse ordonnée ont été observés avec l'augmentation de l'inoculum viral", ont écrit les scientifiques dans l'étude.

Selon l’étude, l'inflammation, la dégénérescence et la mort du tissu testiculaire ont persisté de sept à 120 jours après l'infection. 120 jours après l'infection, les scientifiques ont observé une réduction marquée de la taille et du poids des testicules, et le nombre de spermatozoïdes était également "significativement réduit" à 42 et 120 jours après l'infection. Le nombre de spermatozoïdes était déjà "significativement réduit" chez tous les hamsters infectés par les doses les plus élevées du virus après 4 jours.

En revanche, les chercheurs ont indiqué qu’aucune infection ou dommage testiculaires n’avaient été constatés après une infection par le virus de la grippe. Les dommages causés aux testicules et de manière générale à la fertilité des hamsters mâles ont été les mêmes avec les variants Omicron et Delta.

Testicules : des dommages qui peuvent être évités par le vaccin

Toutefois, les scientifiques ont également tenu à rappeler que de tels dommages testiculaires peuvent être évités par la vaccination. En effet, l'étude a révélé que les hamsters immunisés par deux injections de vaccin à virus entier inactivé, à 14 jours d'intervalle, ne présentaient aucun signe de lésions des tissus des testicules, ce qui indique que la vaccination "protège efficacement les testicules contre l'infection par le SRAS-CoV-2".

Publiée le 18 février, l'étude confirme en outre que le variant Omicron s'attaque plus aux voies respiratoires hautes qu'aux poumons, ce qui explique le changement de l'épidémie.

Chez les hommes, un article publié dans la revue Fertility and Sterility en mars 2021 suggérait déjà que les éventuels troubles cardiovasculaires causés par le virus et leurs traitements chez certains pouvaient entraîner des troubles de l’érection et de l’éjaculation, de même qu’un passage en soins intensifs ou en réanimation.

Sources

Severe acute respiratory syndrome coronavirus 2 (SARS-CoV-2) infections by intranasal or testicular inoculation induces testicular damage preventable by vaccination in golden Syrian hamsters, Clinical Infectious Diseases, 18 février 2022.

https://academic.oup.com/cid/advance-article/doi/10.1093/cid/ciac142/6530400?login=false

Covid can cause acute testicular damage in hamsters, might affect male fertility, study says, Independent, 22 février 2022.

https://www.independent.co.uk/news/science/covid-hamsters-testicle-damage-fertility-b2020201.html

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.