À cause du Covid-19, les médicaments contre le cancer se rarifient

Selon la Ligue du cancer, de nombreux médicaments pour traiter les cancers font aujourd’hui défaut. Pour contrer ce fléau, l'association lance une campagne choc.
À cause du Covid-19, les médicaments contre le cancer se rarifientIstock

Ce lundi, la Ligue du cancer sonne l'alerte, face à la pénurie de médicaments utilisés dans les traitements des cancers. Pour faire réagir les autorités, elle lance une nouvelle campagne de sensibilisation "Cher patient, pour votre médicament, merci de patienter".

Pénurie de médicaments contre le cancer : le phénomène s'aggrave en France

L'épidémie Covid-19 a révélé au grand public les nombreuses pénuries de médicaments qui existent en France, dont celles qui sévissent en cancérologie. Même si ce problème n'est pas nouveau, puisqu'il existait déjà avant le virus, il s’est aggravé, selon la Ligue contre le cancer.

"Ce phénomène incontestablement a pu être aggravé par la Covid, mais en aucun cas n’a été créé par le Covid. C’est vraiment un problème lié à la structure économique du marché du médicament", a expliqué à l’AFP le Pr Axel Kahn, président de la Ligue contre le cancer.

Pour l'expert, c'est une évidence : durant la crise Covid-19, "le cancer et les pénuries de médicaments pour son traitement ont été oubliés". Résultat : une quarantaine de médicaments d’importance majeure en oncologie ont fait l’objet d'une pénurie.

"Les premiers touchés sont toujours les médicaments pas chers. Les innovations thérapeutiques qui coûtent la peau des fesses, on n’en manque jamais", déplore le Pr Jean-Paul Vernant, hématologue engagé dans ce combat.

Malheureusement, ce fléau silencieux n'est pas prêt de s'arrêter et s'aggraverait même d'année en année.

75% des experts ont déjà été confrontés à une pénurie

D’après une enquête réalisée par la Ligue contre le cancer, 75% des professionnels soignants exerçant en cancérologie ont déjà manqué de médicaments contre le cancer.

Parallèlement, d'après un sondage Ipsos mené auprès d’un échantillon représentatif de 500 professionnels de santé (pharmaciens de ville et d’hôpital, cancérologues, généralistes…), 95 % des pharmaciens hospitaliers constatent une aggravation du phénomène.

Ainsi, de nombreux malades sont potentiellement concernés, mais ils sont globalement peu informés sur le phénomène, selon la Ligue. Conclusion : ces pénuries entraînent une perte de chance pour les malades.

D'après 20 minutes, "45 % des professionnels constatent une détérioration de la survie cinq ans après le diagnostic de la maladie chez les patients touchés par ces pénuries. Un chiffre qui s’élève à 68 % parmi les oncologues qui font l’expérience de pénuries".

En outre, parmi celles qui ont déjà manqué de médicaments dans le cadre de leur parcours de soins, "80% ont témoigné d’un impact émotionnel important de cette indisponibilité, notamment sur leur niveau de stress et d’anxiété", alerte la Ligue.

Dans la continuité de cette enquête, l'organisme lance un appel à témoignages destiné aux personnes qui ont été confrontées à l’indisponibilité d’un médicament utilisé pour soigner leur tumeur.

Si vous êtes concerné, vous pouvez vous rapprocher du service d’écoute et de soutien psychologique de la Ligue (anonyme et gratuit – du lundi au vendredi de 9h à 19h) au 0800 940 939.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

mots-clés : Cancer