Ecouter l'article :

C'est un des symptômes les plus courants du coronavirus. La perte de l'odorat est un des premiers effets ressentis par beaucoup de personnes atteintes de la Covid-19. Pourtant, on ne savait pour l'instant pas exactement expliquer comment le virus parvenait souvent à priver d'odorat ceux qu'il infecte. Une nouvelle étude publiée dans la revue Science Translational Medicine le 3 mai dernier sont parvenus à découvrir les mécanisme impliqués dans l'anosmie provoquée par le coronavirus. Des chercheurs de l’Institut Pasteur, du CNRS, de l’Inserm, d’Université de Paris et de l’Assistance Publique – Hôpitaux de Paris ont découvert que le SARS-CoV-2 infecte les neurones sensoriels et provoque une inflammation persistante de l’épithélium et du système nerveux olfactif.

Comme le révèle l'Inserm, dans un communiqué de presse publié le 5 mai, les chercheurs ont montré que certains malades montrant des manifestations cliniques persistantes, la perte d'odorat est associée à une inflammation prolongée de l’épithélium et du système nerveux olfactif et à la présence durable du virus dans l’épithélium olfactif. Leur étude a été réalisée auprès de patients ayant la Covid-19 et complétée grâce à des analyses sur un modèle animal. L'étude révèle les différentes étapes chronologiques du mécanisme de perte de l'odorat. L'Inserm précise que cela débute par la disparition des cils portés par les neurones sensoriels, après l'infection virale. Des cils qui permettent la réception des molécules ordorantes par les neurones sensoriels. La deuxième étape est la présence du virus dans les neurones sensoriels.

Les centres nerveux olfactifs du cerveau infectés

La troisième étape de l'anosmie est la désorganisation de l'épithélium olfactif, qui est un organe sensoriel, entraînant l'apoptose, c'est-à-dire une mort cellulaire. L’épithélium est organisé en lamelles régulières qui se trouvent être déstructurées par l’infection au coronavirus. La quatrième phase est l'invasion du coronavirus dans le premier relai cérébral du système olfactif, le bulbe olfactif. Il y a enfin une neuroinflammation et la propagation d'ARN viral dans plusieurs régions du cerveau. Ce sont les différentes étapes de l'anosmie selon le stade de la maladie.

Outre les neurones sensoriels, l'étude démontre que la perte d'odorat est liée à l'infection du nerf olfactif au fond des cavités nasales. "En effet nous avons constaté que les neurones sensoriels sont infectés par le SARS-CoV-2, mais aussi le nerf olfactif et les centres nerveux olfactifs dans le cerveau", assure auprès de l'Inserm Pierre-Marie Lledo, chercheur CNRS, responsable de l’Unité Perception et mémoire (Institut Pasteur/CNRS) et co-auteur responsable de l’étude.

Une porte d'entrée vers le cerveau ?

"Un autre point important de cette étude tient à l’observation portée sur les modèles animaux qui révèle que le virus, une fois entré dans le bulbe olfactif, se propage à d’autres structures nerveuses où il induit une importante réponse inflammatoire", explique Hervé Bourhy, responsable de l’unité Lyssavirus, épidémiologie et neuropathologie à l’Institut Pasteur et co-auteur responsable de l’étude. L’infection des neurones olfactifs pourrait donc constituer une porte d’entrée vers le cerveau et expliquer pourquoi certains patients développent diverses troubles psychologiques (troubles de l’anxiété, dépression) ou neurologiques (déclin cognitif, susceptibilité à développer une maladie neurodégénérative).

Sources

Covid-19 : découverte des mécanismes de l’anosmie à court et à long terme, Inserm, 5 mai 2021. 

https://presse.inserm.fr/covid-19-decouverte-des-mecanismes-de-lanosmie-a-court-et-a-long-terme/42844/

COVID-19-related anosmia is associated with viral persistence and inflammation in human olfactory epithelium and brain infection in hamsters, Science Translational Medicine, 3 mai 2021. 

https://stm.sciencemag.org/content/early/2021/04/30/scitranslmed.abf8396

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.