Sommaire

Sentez un maximum d'odeurs

Sentez un maximum d'odeurs© Fotolia"A l’image des parfumeurs ou des œnologues qui aiguisent chaque jour davantage leur odorat, il est possible d’entrainer ce sens" explique Roland Salesse, spécialiste en biologie moléculaire et cellulaire et co-auteur de l’ouvrage Odorat et goût. Les odeurs volatiles remontent le long de la cavité nasale jusqu’à atteindre l’épithélium olfactif. Cette muqueuse, à l’extrémité de la cavité nasale, contient des neurones capables de détecter les molécules odorantes et transmet l’influx nerveux au bulbe olfactif, situé à la base du cerveau, puis un peu plus loin au cortex olfactif. C’est lui qui nous fait comprendre qu’une odeur est plus ou moins agréable. "Il arrive qu’on sente une odeur sans pouvoir y mettre un mot dessus, soit parce qu’on ne la connaît pas soit parce qu’elle est issue d’un mélange qu’on n’arrive pas à identifier" poursuit le spécialiste. Or, plus on se sert de ce sens, plus on le développe et plus on devient capable de discerner ces subtilités.

Comment faire : Décrivez les odeurs que vous sentez. Vous allez faire vos courses au marché ? Sentez les tomates, les pommes de terre, les fraises… Plus vous arriverez à identifier d’odeurs, plus il vous sera facile de les reconnaître.

Nettoyez bien votre nez

Nettoyez bien votre nez© FotoliaRhume, allergie…Lorsqu’on a le nez bouché, on ne discerne plus les odeurs. "Le décongestionner permet à l’air comme aux produits odorants de passer et d’atteindre l’épithélium olfactif" explique Roland Sagesse. Se nettoyer le nez quotidiennement permet de débarrasser la muqueuse nasale des particules responsables des congestions et des écoulements. Vous pouvez ainsi améliorer de façon générale votre perception des arômes.

Comment faire :
Avec un spray nasal à l’eau de mer : Introduisez l’embout dans une narine et exercez une pression. Mouchez-vous. L’opération est à renouveler dans l’autre narine.

Une inhalation d'eucalyptus : Versez 2 gouttes d’huile essentielle d'eucalyptus globulus dans un bol d’eau chaude. Inhalez la préparation une fois par jour sans dépasser les 15 minutes.

Attention: l'huile essentielle d'eucalyptus est contre-indiquée chez les enfants de moins de 3 ans et chez les femmes enceintes ou qui allaitent.

Méfiez-vous des produits ménagers

Méfiez-vous des produits ménagers© FotoliaCertains produits ménagers contiennent du chlore ou du formol qui vont détruire les cellules nasales s’ils sont inhalés. Ces produits sont particulièrement redoutables pour détruire les bactéries mais c’est aussi le cas des cellules. "En cas d’agression chimique, la muqueuse olfactive qui se trouve à la limite du cerveau peut s’autodétruire et former un bouchon cicatriciel plutôt que de laisser passer des produits ou particules nocifs" explique Roland Sagesse. Le trouble de l’odorat peut être partiel et ne durer que quelques heures (hyposmie) ou total. On parle alors d’anosmie. "Tout est une question de dose et de répétition, prévient le spécialiste. Respirer une fois par accident un produit ne va pas vous faire perdre tout l'odorat d’un coup."

A noter : certains de ces produits sont aujourd’hui coupés avec du parfum qui peut tromper nos sens. L’émanation désagréable dégagée par ce type d’agent ne met plus l’odorat en alerte comme il le devrait. Restez donc prudent.

Faites un peu plus de sport

Faites un peu plus de sport© FotoliaPlusieurs études montrent que pratiquer une activité physique au moins une fois par semaine permet de réduire le risque de perdre son odorat. Une recherche américaine* a suivi 1600 personnes âgées de 53 à 97 ans pendant 10 ans. En testant leur capacité à détecter huit odeurs dont celle du chocolat, du citron et du café, les scientifiques ont noté que ceux qui pratiquaient une activité physique perdaient moins le sens de l’odorat. S'ils n’ont pas identifié la cause de ce phénomène, ils suggèrent qu’en favorisant la circulation sanguine et le fonctionnement des organes, le sport produise les mêmes effets à l’échelle du système olfactif. "En plus, lorsqu’on pratique une activité physique, on respire davantage, ce qui ouvre l’accès à la muqueuse olfactive" note Roland Salesse.


*L’étude a été publiée le 17 octobre 2013 dans la revue JAMA Otolaryngology-Head & Neck Surgery.

Evitez les carences en vitamines

Evitez les carences en vitaminesDes carences en vitamines A, B12 ou encore en zinc peuvent être responsables d’un trouble de l’odorat. Le zinc, notamment, intervient dans la protection des cellules. Son apport journalier recommandé (AJR) est de 15 mg chez l’adulte. On le trouve dans les noix de pécan, les huîtres, les lentilles. La vitamine A aide à la régénrescence des tissus, son AJR est de 800 μg (exprimé en millionième de gramme). On ne peut en consommer que dans les produits d'origine animale type foie, viande, poisson, lait...Quant à la vitamine B12 qui sert entre autres à l'entretien du système nerveux, son AJR est de 2,5 μg. Elle est présente dans les rognons d'agneau ou de dinde, dans le thon ou les sardines en conserve.

A noter : l’épithélium olfactif (la muqueuse située au bout de l’appareil nasal et à la limite du cerveau) est un des rares tissus à se régénérer tout au long de la vie, toutes les 3 à 12 semaines selon les personnes.

Attention à certains médicaments

Attention à certains médicamentsDes médicaments comme la codéine, la morphine, la tétracycline ou le méthotrexate et certains traitements comme la chimiothérapie, la radiothérapie cervicale ou l’hémodialyse peuvent diminuer l’odorat. "Lors d’une chimiothérapie, on peut subir une hyposmie (perte de l’odorat transitoire) car le traitement bloque le développement des cellules cancéreuses mais aussi celles de la muqueuse olfactive qui ne peuvent se renouveler correctement."

Si vous constatez un tel trouble sans raison évidente, parlez-en à votre médecin.

Vidéo : Perte d'odorat : les signes d'alerte

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.