On parle souvent de l'anosmie ou perte d'odorat, comme un des symptômes du coronavirus, mais il serait également un signe annonciateur de la maladie d'Alzheime r. C'est l'analyse récente effectuée par un chercheur canadien de l'Institut national de la recherche scientifique. "Des études ont confirmé que le dysfonctionnement de l'identification olfactive permettrait de distinguer des personnes cognitivement saines des personnes qui auraient un déficit cognitif modéré ou qui auraient la maladie d'Alzheimer", a en effet, avancé le professeur Charles Ramassamy, de l'Institut national de la recherche scientifique, auprès de Radio-Canada.

Le professeur explique que "l'objectif est d'aller voir en amont de la maladie, jusqu'à quand on peut remonter dans le temps pour trouver ce dysfonctionnement-là, ce qui pourrait êtr e prédictif de la maladie quelques années avant, 5 ou 10 ans avant la maladie d'Alzheimer". En 2020, des chercheurs chinois ont constaté que les scores de détection des odeurs déclinaient chez les sujets atteints de pertes cognitives ou de la maladie d'Alzheimer. La proportion de sujets présentant un dysfonctionnement de l'odorat était particulièrement importante chez ceux souffrant de la maladie d'Alzheimer.

Des altérations similaires dans le cerveau

Comme le rapporte Radio-Canada, des études d'imagerie montreraient par exemple, que le cerveau des patients chez qui la maladie d'Alzheimer n'a pas encore été diagnostiquée, mais qui ont un dysfonctionnement olfactif, présente des altérations similaires à celles du cerveau des patients qui ont la maladie d'Alzheimer.

Aider à prédire le développement futur d'Alzheimer

Ainsi, la perte d'odorat pourrait aider les médecins à prédire le développement futur de la maladie d'Alzheimer. "Les mécanismes dans le cerveau pourraient commencer 10, 20, 30 ans avant les premiers symptômes, a conclu le Dr Ramassamy. Plus on peut identifier de marqueurs précoces dans le temps, plus on peut allumer une petite lumière rouge qui va nous dire de faire attention et on pourra faire des tests complémentaires pour aller plus loin", assure Charles Ramassamy, de l'Institut national de la recherche scientifique.

Plusieurs études antérieures sur le sujet

Comme le rappelle Top Santé, en 2017 déjà, une étude américaine publiée dans la revue Neurology montrait que les participants qui avaient le plus de mal à reconnaître les odeurs étaient ceux dont les biomarqueurs de la maladie d'Alzheimer étaient les plus anormaux. "C'est la première fois qu'on réussit à démontrer clairement qu'il existe un lien direct entre la perte de la capacité à reconnaître des odeurs et les biomarqueurs qui témoignent de l'évolution de la maladie", soulignait alors Marie-Elyse Lafaille-Magnan, chercheuse à l'Université McGill et auteure principale de l'étude.

En 2011 déjà, une étude publiée dans le Journal of Neuroscience assurait qu'un odorat affaibli pouvait être un signe annonciateur d'Alzheimer. Les conclusions de l'étude sont toujours indiquées sur le site Fisher Center for Alzheimer's research foundation.

Sources

La perte de l'odorat pourrait annoncer la maladie d'Alzheimer, Radio-Canada, 4 mars 2021. 

Losing sense of smell could be early symptom of Alzheimer's, researchers find, Montréal Gazette, 4 mars 2021. 

Odor identification as a biomarker of preclinical AD in older adults at ris, Neurology, 25 juillet 2017.

LOSS OF SMELL, AN EARLY ALZHEIMER’S SIGN, REVERSED IN LAB, Journal of Neuroscience, 2011.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.