Sommaire

Certains patients atteints par la Covid-19 développent des formes relativement longues et conservent des symptômes persistants plusieurs semaines, voire plusieurs mois. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) parle de "Covid long". À 38 ans, Annabelle Georges en fait encore les frais 10 mois après son infection. Sans antécédent médical, elle s'est pourtant retrouvée terrassée par la maladie au point de ne plus être capable de prendre sa douche ou encore de se laver les dents.

Fièvre, maux de tête, convulsions, toux, essoufflements, troubles neurologiques, dysautonomie… Au total, Annabelle aura contracté 57 symptômes, qu'elle subit toujours près d'un an après son infection.

Aujourd’hui, elle est représentante de l’association UPGCS (Union pour la prévention et la gestion des crises sanitaires) et auteure du livre Annabelle 37 ans, J+170, Une vie de Covid sans fin. La jeune patiente se bat pour faire entendre la parole des malades et pour faire reconnaître les formes persistantes de Covid-19. Entretien.

"J’avais le feu en moi, tout brûlait à l’intérieur des poumons"

Les premiers symptômes d’Annabelle ont surgi alors que la France se trouvait en plein confinement, aux alentours du 20 mars 2020. Elle mentionne des frissons, maux de tête, fatigue. Jusque-là, rien d’alarmant puisqu’Annabelle était sujette aux migraines.

"Puis, j’ai commencé à avoir la gorge qui brûlait énormément, nous décrit Annabelle. J’avais le feu en moi, tout brûlait à l’intérieur des poumons. J’ai commencé à tousser, à souffrir d’essoufflements. Mon cœur tapait très fort".

Annabelle était essoufflée au point de ne plus être capable de se doucher, pas plus que de se brosser les dents ou de se laver les cheveux.

"Lorsque la détresse respiratoire est survenue – 80 inspirations et expirations par minutes alors que la norme se situe aux alentours de 15 et 20 – j’ai appelé les Urgences", raconte Annabelle qui a dû être placée sous oxygène.

"J’ai rencontré six médecins : pour eux, il n’y avait aucun doute. Il s’agissait bien de la Covid-19, poursuit la patiente. Or, étant jeune et sans antécédents médicaux, ils m’ont dit de regagner mon domicile et m’ont assuré que les symptômes allaient finir par s’estomper d’ici quelques jours".

Pourtant, 10 mois plus tard, le quotidien d’Annabelle est toujours un enfer au point de ne plus être capable de faire ses courses, son ménage, pas plus de se laver chaque jour.

Sources

Merci à Annabelle Georges, représentante de l’association UPGCS (Union pour la prévention et la gestion des crises sanitaires) et auteure du livre Annabelle 37 ans, J+170, Une vie de Covid sans fin

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.