Depuis le début de l’épidémie de Covid-19 il y a quasiment trois ans, de nombreux variants ont émergé et n’ont pas manqué d’inquiéter les populations du monde entier. A l’heure où la neuvième vague place les services d’urgence et de soin sous tension, deux sous-variants d’Omicron attirent l’attention des spécialistes. Répertorié dans plus de 128 pays, Omicron est le variant le plus répandu à travers le monde et rythme largement l’épidémie en France, avec son sous-lignage répondant au nom de BA5. Toutefois, ce dernier est petit à petit en train de laisser la place à un certain BQ.1.1.

Omicron : une circulation active des sous-variants

BJ.1, BA.2.75, BQ.1.1, XBB…Les nouveaux sous-variants qui secouent la France, et plus généralement les populations du monde, depuis des mois donnent du fil à retordre aux spécialistes de la santé. Ces derniers, qui tentent à chaque fois d’identifier le taux de prévalence et les capacités de résistance face aux vaccins de chacune des souches détectées, font désormais face à deux sous-variants qui posent véritablement problème.

Depuis leur entrée en circulation, les sous-variants d’Omicron XBB et BQ.1.1 inquiètent : ils représentent les souches les plus résistantes aux anticorps que la communauté scientifique connaisse à ce jour. Une nouvelle étude, publiée dans la revue spécialisée Cell, en révèle un peu plus sur le sujet de ces variants "à peine susceptibles d’être neutralisés", selon les auteurs de l’étude.

En effet, plusieurs échantillons sanguins de personnes ayant profité de trois ou quatre doses des vaccins originaux à ARN-messager ont été analysés, ainsi que des prélèvements de patients ayant reçu une dose de vaccin bivalent, récemment intégré par la Haute autorité de santé pour alimenter la campagne vaccinale. Le troisième groupe observé, a réuni des personnes ayant été infectées par les variants BA.2, BA.4 ou BA.5 après avoir été vacciné.

Covid-19 : des sous-variants capables de désactiver les anticorps

Après examen de l’ensemble des échantillons, les spécialistes ont pu appuyer les récentes observations effectuées au cours d’autres études, justifiant ainsi la résistance des sous-variants d’Omicron BQ et XBB face aux anticorps thérapeutiques. "Ensemble, nos résultats indiquent que les sous-variantes BQ et XBB présentent de graves menaces pour les vaccins COVID-19 actuels, rendent inactifs tous les anticorps autorisés et peuvent avoir acquis une domination dans la population en raison de leur avantage à échapper aux anticorps", ont expliqué les auteurs des travaux.

Les souches analysées pourraient donc compromettre l’efficacité des vaccins actuellement sur le marché. Une nouvelle peu réjouissante à l’heure où les autorités sanitaires appellent à la vaccination pour se protéger des formes graves de la Covid-19. En effet, à la campagne vaccinale en cours a été ouverte à tous, afin de limiter au mieux la propagation du virus. La vaccination a été recommandée pour tous, pas seulement pour les personnes à risques de développer des formes graves de l’infection.

En constante évolution, le SRAS-CoV-2 oblige les spécialistes a constamment réviser la copie. "Nos données soutiennent une stratégie de mise à jour des vaccins selon laquelle les futurs rappels devraient correspondre aux variantes du SRAS-CoV-2 en circulation nouvellement apparues", ont conclu les chercheurs.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

https://www.cell.com/action/showPdf?pii=S0092-8674%2822%2901531-8

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.