Ecouter l'article :

Ce n'est pas nouveau : plusieurs études ont déjà suggéré que le coronavirus pourrait affecter notre cerveau. Selon les chercheurs, ce phénomène se traduit notamment par la perte du goût et de l'odorat, deux symptômes fréquents générés par le Covid-19.

Pour s'attaquer à votre cerveau, le coronavirus pénètrerait via le tronc cérébral par les voies nerveuses, estime le Pr Peter Berlit, secrétaire général de la Société allemande de neurologie.

Une nouvelle étude va encore plus loin et affirme que le cerveau serait touché pour un tiers de cas de coronavirus sévère. La recherche, réalisée en Chine et publiée le 10 avril dernier, révèle que les accidents vasculaires cérébraux, les altérations de la conscience et d'autres problèmes neurologiques s'avèrent ainsi relativement courants.

Perte de l'odorat, myopathie, AVC et étourdissements observés chez 36,4% des cas

Les chercheurs chinois sont parvenus à ce résultat après avoir examiné 214 patients, touchés par une forme grave du coronavirus. Les malades ont été traités dans la ville de Wuhan pendant la première phase de la pandémie mondiale. Les médecins ont rapporté que 36,4% de ses patients ont présenté des symptômes neurologiques.

"Ces manifestations neurologiques allaient de symptômes assez spécifiques, par exemple, perte de l'odorat ou du goût, myopathie et accident vasculaire cérébral, à des signaux comme les maux de tête, l'altération de la conscience, les étourdissements ou les convulsions", détaillent les chercheurs à travers l'étude.

"Il y avait au moins six cas d'AVC ou d'hémorragie cérébrale parmi les personnes étudiées", a rapporté le groupe de chercheurs.

Pour rappel, les pertes du goût et de l'odorat sont considérées comme des symptômes traduisant une anomalie dans le cerveau. En effet, la perte de ces deux sens s'expliquerait par la capacité du coronavirus à s'attaquer à notre système nerveux, en endommageant les zones traitant les informations olfactives (relative à l'odorat).

Parfois, ces signes sont apparus en l'absence des symptômes "typiques" du COVID-19, c'est-à-dire sans fièvre, toux ou diarrhée, selon les chercheurs chinois.

Ces symptômes neurologiques, plus courants à mesure que le Covid-19 s'aggrave

Les patients examinés souffraient tous d'un coronavirus suffisamment grave pour justifier une hospitalisation. Ils ont été traités entre le 16 janvier et le 19 février à Wuhan. Ils avaient en moyenne 53 ans.

En analysant spécifiquement les symptômes affectant le cerveau ou le système nerveux central, l'équipe de scientifique a constaté que les symptômes neurologiques devenaient plus courants à mesure que la gravité de la maladie s'intensifiait. "Et, dans certains cas, les symptômes typiques de COVID-19 étaient absents".

Les chercheurs ne prétendent pas que le coronavirus déclenche à lui seul les accidents vasculaires cérébraux, mais dans les cas graves, une "détérioration clinique rapide ou une aggravation pourrait être associée à un événement neurologique tel qu'un AVC, ce qui contribuerait à son taux de mortalité élevé".

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Sources

The Spectrum of Neurologic Disease in the Severe Acute Respiratory Syndrome Coronavirus 2 Pandemic Infection, JAMA Neurology, 10 avril 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.