En règle générale, les virus se caractérisent pour la plupart par leur évolution génétique constante. Celle-ci est plus ou moins rapide selon les virus. Cette évolution génétique survient suite à des mutations ou des suppressions introduites dans leur code génétique. En ce qui concerne le coronavirus, l’émergence des variants était donc un phénomène attendu.

Selon Santé publique France : « plusieurs variants du SARS-CoV-2 ont aujourd’hui un impact démontré sur la santé publique (augmentation de la transmissibilité, de la gravité de l’infection ou encore échappement immunitaire). Ils sont identifiés via des analyses de risque et alors qualifiés de variants préoccupants (« variants of concern », ou VOC, en anglais). »

Jusqu’à présent, plusieurs variants préoccupants ont fait leur apparition : le variant Alpha (fin 2020), les variants Bêta et Gamma (2021), le Delta (mai 2021) et le variant Omicron (novembre 2021).

Variant Centaure : un sous-variant à surveiller

Dans sa dernière analyse de risque sur les variants émergents du SARS-CoV-2 datant du 6 juillet 2022, Santé publique France affirme que « suite à la circulation à grande échelle de BA.2, une diversification génétique a conduit à la définition de sous-lignages au sein de BA.2, certains étant encore subdivisés en sous-lignages. Parmi ces sous-lignages de BA.2, BA.2.75 a été repéré par la communauté internationale de bio-informaticiens et de virologistes (…) Très peu de séquences correspondant à ce sous-lignage sont disponibles (73 au 29/06/2022), la majorité provenant d’Inde. »

Royaume-Uni, l'Allemagne, les États-Unis, l'Australie, le Canada, France, Japon… Les cas de Centaure grimpent en flèche. Le 20 juillet 2022, c’était au tour des Pays-Bas de connaître une contamination de ce sous-variant selon Tracking BA.2.75 Lineage Over Time. Aujourd’hui, le nombre de séquences correspondant au sous-variant Centaure atteint le nombre de 773 à travers le monde.

La propagation du BA.2.75 en Inde indique qu’il pourrait être plus transmissible que le sous-variant BA.5, qui porte une remontée des contaminations en Europe et aux États-Unis.

Un sous-variant à surveiller donc. La scientifique en chef de l'OMS, Soumya Swaminatha affirme que : « (cette souche) est suivie de près par l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) ».

Sources

Tracking BA.2.75 Lineage Over Time par Raj Rajnarayanan

Coronavirus : circulation des variants du SARS-CoV-2, Santé publique France

@doctorsoumya explains what we know about the emergence of a potential Omicron sub-variant [referred as BA.2.75], Twitter des Nations Unies

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.