“J'ai des varices depuis toujours ou presque. Mon père et ma mère avaient des jambes avec des varicosités et ce n'était pas beau à voir. Ma grand-mère maternelle, qui était aussi touchée par le problème m'a sensibilisé au problème dès très jeune, vers 8-9 ans : "tu vois Isabelle les veines bleues sur mes jambes ? Ce sont des varices. Si un jour tu as les mêmes et bien faudra les soigner, c'est pas beau et ça fait mal aux jambes". Elle a bien fait car mes jambes ont commencé à avoir une ou deux veines très apparentes, derrière le mollet et sur le devant d'une cuisse, vers 13 ans. Plus tard, ces mêmes veines étaient bombées sous ma peau, on peut dire que j'avais des varices. J'ai dû consulter ma première phlébologue vers l'âge de 22 ans qui a confirmé mon diagnostic. J'ai passé un doppler qui a confirmé que le sang circulait bien et que mes varices étaient surtout gênantes esthétiquement. Elle m'a conseillé d'intervenir et de les scléroser après grossesse car le phénomène peut être amplifié à cette période. J'ai changé de phlébologie et j'ai fait scléroser mes deux varices historiques vers 27-28 ans pour la première fois. J'ai recommencé par la suite car l'effet s'est résorbé avec le temps. Aujourd'hui, j'ai bientôt 50 ans et j'ai d'autres varices et vaisseaux apparents.”

Jambes lourdes en été : les conseils d’une patiente

“J'ai la totale : en plus des varices, je fais de l'œdème au niveau des chevilles. L'été est une période désagréable pour mes jambes : elles gonflent, j'ai l'impression qu'elles pèsent deux tonnes et les oedèmes deviennent plus gros comme des minis bourrelets ou des petites bouées (un vrai bonheur esthétiquement). Toute l'année, j'ai la même routine :

  • Avant de sauter de mon lit, je fais des rotations des chevilles (j'ai l'impression que ça me fait du bien);
  • Tous les matins, je finis ma douche avec de l'eau froide sur mes jambes (les mollets uniquement quand j’ai froid) et mes pieds. En été, j’accentue ce geste. Ensuite, je me masse plusieurs minutes avec ma crème hydratante avec des mouvements allant de bas en haut de la jambe. J'effectue aussi des pressions en prenant mes jambes à pleine main et je remonte vers le haut de la jambe ;
  • Je pratique la natation et le vélo. Après une heure dans le grand bassin, mes jambes sont légères comme tout donc je vais à la piscine dès que c'est possible;
  • Je porte des mi-bas de contentions quand je prends l'avion (obligatoirement) et quand j'ai le courage de les enfiler (ils sont moches et côté confort, moins doux que mes chaussettes en coton) ;
  • Je surélève mes jambes quand j'en peux plus ! Je m'allonge sur mon lit et hop, je mets mes pieds sur le mur et je reste les jambes en l'air plusieurs minutes ;
  • J'ai aussi des poches rafraîchissantes (à mettre au frigo) contre les bleues et autres contusions que j'applique sur mes jambes pour me soulager en fin de journée.
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.