De nombreux cas d’invasions de punaises diaboliques signalés en France

Depuis le début du mois de septembre 2018, les punaises diaboliques sont en recrudescence sur tout le territoire et plus particulièrement en région parisienne. Inoffensive, cette espèce d'insectes mal connue peut toutefois entraîner des allergies.

Publicité

© Adobe StockQuoi de plus infernal que les punaises de lit ? Les punaises diaboliques, peut-être. Découverte en France en 2016, cette espèce d'insectes également connue sous le nom d'Halyomorpha halys et originaire d'Asie sévit sur tout le territoire depuis le mois de septembre 2018 et plus particulièrement en région parisienne, où elle provoque horreur et dégoût. "Nous sommes submergés d’appels et de signalements de la part d’habitants de presque tous les arrondissements de Paris et de nombreux départements en France, du nord au sud, explique à Ouest-France Romain Garrouste, chercheur au Muséum national d'Histoire naturelle à Paris.

Publicité
Publicité

La punaise diabolique : invasive mais pas dangereuse

Mais à quoi est due cette invasion ? Comme la plupart d'entre nous, à l'approche de l'hiver, les punaises diaboliques aiment se trouver dans un endroit chaud où elles se sentiront à l'abri. Exit donc les balcons et les jardins : elles viennent s'inviter dans nos habitations, à l'heure où le chauffage a été mis en route.

Malgré son nom qui fait peur, la punaise diabiolique ne représente, en soi, aucun danger pour l'homme (elle ne pique pas et ne transmet pas de maladies), mais sa présence en grand nombre peut provoquer des allergies. Elle est surtout problématique pour les cultures, qu'elle se plaît à ravager. Et elle n'est pas facile à reconnaître : "L’une des raisons de la détection tardive de cette espèce tient à sa ressemblance avec plusieurs espèces natives de punaises", indique Romain Garrouste. Toutefois, sa couleur brune et sa grande taille (entre 12 et 17 mm) peuvent vous aider à l'identifier.

Punaises : comment s'en débarrasser ?

Faute d'études sur l'insecte, les moyens les plus efficaces permettant de s'en débarrasser sans risque pour l'Homme et l'environnement ne sont pas encore connus. "Pour l’instant nous sommes démunis face à l’invasion", avoue Romain Garrouste. En revanche, on sait très bien comment venir à bout de sa cousine, la punaise de lit, qui se délecte de notre sang. En cas d'invasion de punaises de lit, voici ce que le ministère de la Santé recommande :

"- Utilisez un aspirateur muni d’un bec suceur pour capturer les œufs et les insectes. Attention ! L’aspirateur ne les tue pas, ils peuvent alors ressortir quelques minutes ou heures plus tard. Le conduit d’aspirateur devra être nettoyé et le sac obturé ou emballé dans un sac plastique et jeté dans une poubelle extérieure pour éviter toute contamination d’autres sites ;

- Lavez à la machine tous vos vêtements, oreillers et linge de maison (à plus de 55°C pour tuer les insectes), si vous suspectez qu’ils sont contaminés ;

- Le nettoyage à la vapeur à 120°C détruit tous les stades de punaises de lits au niveau des recoins ou des tissus d’ameublement ;

- Obturez les fissures et les fentes se trouvant entre les plinthes, sur les cadres de lit en bois et sur les murs en les calfeutrant. Réparez ou enlevez le papier qui se décolle, resserrez les plaques d’interrupteur ;

- Les bombes "fuger" à dégoupiller au milieu de la pièce ne sont pas conseillées car inefficaces, le nuage insecticide n’atteint pas la totalité des recoins."

La rédaction vous recommande sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X