Déni de grossesse partiel ou total : la différence

Déni de grossesse partiel ou total : la différence©iStock
Publicité

Source d'incompréhension et d'interrogations, le déni de grossesse constitue pourtant un véritable trouble psychique. Qu'est-ce que le déni de grossesse ? De quelle manière se manifeste-t-il ?

Publicité

Le déni de grossesse : la définition

Il fait régulièrement la "une" des journaux ou des émissions spécialisées. Il faut dire qu'il est aussi exceptionnel que déconcertant pour le grand public. Beaucoup d'entre nous se demandent comment une femme peut ignorer sa grossesse pendant plusieurs mois, voire jusqu'au jour même de son accouchement. De nombreux psychologues et médecins se sont penchés sur cette question et en sont arrivés à la conclusion qu'il s'agissait bien d'une pathologie psychologique et pouvant potentiellement toucher toutes les femmes, tous milieux socioprofessionnels confondus.

Le déni de grossesse : les symptômes

Contrairement à la majorité des troubles mentaux qui sont caractérisés par une série de signes cliniques, le déni de grossesse, lui, se distingue par l'absence de symptômes visibles. Pas de maux de grossesse à l'horizon, ni même de ventre qui s'arrondit au fil des mois… En effet, les différentes modifications subies par le corps humain pendant la gestation sont très largement influencées par le cerveau. En cas de déni, la conscience de la grossesse n'étant pas établie, les différentes manifestations observées pendant cette période de la vie ne vont pas se produire normalement. On parlera de déni partiel lorsque la femme enceinte se rend compte de sa grossesse au bout de quelques mois. C'est d'ailleurs souvent l'entourage qui s'en aperçoit. Mais le déni sera total si la femme enceinte se rend aux urgences pour des douleurs au ventre et y apprend son accouchement imminent.

Publicité

Publicité
Publicité

Ailleurs sur le Web

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité
Publicité