Grossesse pathologique : la menace d'accouchement prématuré

Une grossesse pathologique ou grossesse à risques rime souvent avec menace d’accouchement prématuré (MAP). De nos jours, cette dernière est plus facile à prévoir et à éviter…

Publicité
Publicité

6049383-inline-500x333.jpg© Istock

Grossesse pathologique : la MAP, c’est quoi ?

On peut parler de grossesse pathologique dès qu’il existe un risque de complications impactant la santé de la maman ou de son futur bébé. Il peut s’agir d’un risque d’éclampsie ou encore de retard de croissance in utero. Mais dans bien des cas, les grossesses pathologiques sont surtout concernées par une menace d’accouchement prématuré. L’accouchement risque d’avoir lieu avant terme, plus précisément entre 22 et 37 semaines d’aménorrhée (SA). Les causes de MAP sont nombreuses : chute, infection urinaire, mauvaise position du placenta, etc.

Publicité

Comment cette grossesse à risque est-elle diagnostiquée ?

Les symptômes d’alerte d’une MAP sont :

- des contractions douloureuses toutes les 10 min depuis une heure ;

- une perte de sang ou de liquide amniotique.

Il faut tout de suite se rendre aux urgences. Un toucher vaginal et une échographie permettent d’évaluer l’ouverture du col et de diagnostiquer la grossesse à risque. Une analyse recherche aussi la fibronectine (protéine de la poche des eaux) dans les sécrétions vaginales ou cervicales. Sa présence peut indiquer un risque d’accouchement prématuré important.

Grossesse pathologique : quelle prise en charge contre la MAP ?

Publicité

Des médicaments anti-contractions peuvent empêcher l’accouchement. Ensuite, la prise en charge de cette grossesse pathologique dépend de l’importance du risque. Parfois, la future maman doit simplement réduire son activité. Dans d’autres cas, elle doit rester hospitalisée avec interdiction de se lever…

La rédaction a sélectionné pour vous sur Amazon :

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X
Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité