Fausse couche : combien de temps durent les saignements ?

Publicité
La fausse couche correspond à une interruption soudaine de la grossesse. Vécu par de nombreuses femmes au début de la grossesse, ce type d’avortement involontaire se manifeste de manière caractéristique par des saignements.
Publicité

5249928-inline-500x333.jpg© Istock

Fausse couche : les causes

Dans la majorité des cas, la fausse couche résulte d’une anomalie du développement fœtal. L’organisme détectant une croissance anormale de l’embryon procède naturellement à son expulsion. C’est ce que l’on appelle la sélection naturelle. Néanmoins, certaines femmes sont victimes de fausses couches répétées. Dans ce cas-là, des investigations médicales supplémentaires sont préconisées afin de détecter une pathologie sous-jacente. En effet, certains troubles gynécologiques, tels que le syndrome des ovaires polykystiques, l’endométriose ou les adhérences cicatricielles, peuvent expliquer de multiples avortements spontanés.

Publicité
Fausse couche : les symptômes

Les saignements vaginaux constituent le signe clinique d’une interruption involontaire de grossesse. Ceux-ci se manifestent différemment selon les femmes et le stade d’avancement de la grossesse. Ils peuvent ainsi être abondants ou légers, clairs ou foncés. Dans la plupart des cas, l’hémorragie sera accompagnée de contractions pelviennes, comparables aux douleurs menstruelles, qui vont favoriser l’expulsion de l’embryon. Certaines fausses couches dites « hémorragiques » nécessitent une prise en charge médicale rapide pour stopper les saignements. Fort heureusement, la plupart des avortements spontanés n’ont aucun impact négatif sur les grossesses futures. Une grossesse après fausse couche peut être envisagée dès le retour des règles.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité