Sommaire

L’inhalation de lavande

L’inhalation de lavande© Istock

Principe : Inhaler de la vapeur chargée en actifs pour dégager rapidement les voies respiratoires. La chaleur décongestionne parce qu’elle dilate les vaisseaux sanguins, accélère la circulation et booste ainsi les réflexes immunitaires. À noter : la vapeur a une action bénéfique à elle seule. Hammam, sauna ou même bain chaud soulagent !

Comment faire des inhalations de lavande ? Ajoutez 5 gouttes d’huile essentielle dans un bol d’eau bien chaude (la lavande a des vertus antiseptiques et anti-inflammatoires qui calment les sécrétions nasales). Respirez les vapeurs 15 minutes, trois fois par jour en phase aiguë, et une fois avant le coucher lorsque le rhume se résorbe.

La friction d’eucalyptus

Principe : L’eucalyptus traite efficacement les affections respiratoires, en combinant les effets antitussifs, expectorants et antiseptiques. Les propriétés médicinales de l’eucalyptus sont dues à l’eucalyptol. Il agit directement sur les cellules bronchiques en renforçant l’effet protecteur du mucus, substance qui tapisse les muqueuses irritées par le virus du rhume. Il fluidifie les secrétions pulmonaires et favorise leur évacuation. L’OMS reconnaît l’intérêt de l’eucalyptus pour soulager les inflammations des voies respiratoires.

Comment faire des frictions d’eucalyptus ? Versez 15 à 20 gouttes d’huile essentielle d’eucalyptus dans 25 ml d’huile végétale et frictionnez-en votre poitrine trois fois par jour.

L’eau salée

L’eau salée© Istock

Principe : Nettoyer le nez avec du sérum physiologique ou de l’eau salée permet de désencombrer activement en décongestionnant et assainissant les conduits nasaux. Dans le cas contraire, les germes infectieux descendent dans les bronches et peuvent entraîner une surinfection bactérienne des voies respiratoires.

Comment se nettoyer le nez à l’eau salée ? Faites bouillir un litre d’eau avec une cuillère à café de sel et laissez refroidir. À l’aide d’une pipette, instillez l’eau salée dans les narines, la tête penchée en arrière. Recommencez plusieurs fois par jour jusqu’à la disparition totale des symptômes.

Buvez beaucoup... et chaud !

Principe : Boire de l’eau "nettoie" l’organisme. Cela favorise l’élimination des toxines, des bactéries et autres virus. De plus cela permet de réhydrater l’organisme "asséché" par l’obstruction des voies respiratoires.

Que boire ? Il vous faut boire 1,5 litre d’eau par jour. Pensez aux infusions, aux bouillons, grogs et autres recettes maisons. Essayez la soupe de poulet pimentée ! Elle aide à dégager les sinus tout en favorisant une activité antibactérienne et antivirale. Chaude, assaisonnée d’un oignon, d’ail, de piments, elle a des effets décongestionnants. La combinaison du miel et du citron avec un peu d’eau chaude permet aussi de soulager l’irritation de la gorge (autre symptôme du rhume). Ce sont de puissants antiseptiques qui inhibent la reproduction des bactéries.

L’infusion de thym

L’infusion de thym© Istock

Principe : Parce qu’il est riche en phénol, le thym est un antiseptique particulièrement efficace contre les affections des voies respiratoires. La Commission européenne reconnaît d’ailleurs son efficacité dans le traitement de l’inflammation des voies respiratoires.

Comment faire une infusion de thym ? Plongez deux cuillères à café de thym par tasse d’eau bouillante. Laissez infuser dix minutes. Filtrez. Buvez une infusion trois fois par jour.

L’ail en gélule ou en bouillon

Principe : C’est l’allicine, composé soufré de l’ail, qui lui confère ses vertus antiseptiques et antibactériennes (250 études scientifiques l’ont prouvé).

En 2001, 146 personnes ont pris en double aveugle, pendant 12 semaines, une capsule d’ail. Résultat : elles ont été moins touchées par le rhume et, lorsqu’elles le contractaient, leurs symptômes se résorbaient plus rapidement que dans le groupe de personnes ayant pris un placebo.

Comment faire un bouillon d’ail ? Prenez deux gousses d’ail, écrasez-les et faites-les bouillir dans du lait ou dans un bouillon, buvez très chaud.

Le bouillon blanc

Le bouillon blanc© Istock

Principe : Le bouillon blanc est un mélange de plantes (coquelicot, guimauve, mauve, violette, tussilage, pied-de-chat) employé contre les affections broncho-pulmonaires depuis le Moyen Âge !

Il doit ses effets aux substances adoucissantes et anti-inflammatoires qu’il contient. Des études ont montré que le bouillon blanc favorise l’expectoration, est efficace contre la propagation du virus grippal et calme la toux.

Comment faire un bouillon blanc ? En infusion, plongez une poignée de fleurs dans un litre d’eau. Faites infuser 10 minutes puis buvez en 3 tasses par jour en dehors des repas.

Le sirop d’oignon

Principe : L’oignon est à la fois antiseptique et anti-infectieux. Cuit, il devient émollient et expectorant : il calme ainsi les gorges irritées et aide à l’évacuation des sécrétions bronchiques, apaisant les symptômes du rhume.

Comment faire du sirop d’oignon ? Émincez 100 g d’oignons et faites-les bouillir dans 20 cl d’eau pendant 20 min. Filtrez avant d’ajouter une cuillère à soupe de miel. Mettez le tout à bouillir jusqu’à obtention d’un sirop épais. Prenez-en 2 à 6 cuillères à café par jour.

La décoction de pin

La décoction de pin© Istock

Principe : Le pin soigne les inflammations des bronches grâce aux flavonoïdes, à la résine et à la térébenthine qu’il contient. Il fluidifie les secrétions bronchiques et calme les irritations, y compris nasales.

Comment faire une décoction de pin ? Plongez une poignée de bourgeons de pin dans un litre d’eau et laissez macérer une heure. Portez le tout à ébullition et laissez bouillir 2 minutes. Laissez reposer 10 min avant de filtrer. Trois tasses par jour. Vous pouvez aussi trouver des gélules de pin. Dans ce cas, une gélule matin, midi et soir, jusqu’à la fin des symptômes.

Les solutions médicamenteuses classiques

Pour déboucher le nez : L’association d’un vasoconstricteur (pseudoéphédrine) et de paracétamol (contre la fièvre, comme le Folirhume®), permet de mieux respirer et de mieux dormir. Posologie : un comprimé deux à trois fois par jour.

Pour le nez bouché et les écoulements : Combinaison de pseudoéphédrine et d’un antihistaminique. Ce dernier agit sur les écoulements et endort (à prendre le soir). Par exemple, Humex® Rhume, dont la posologie est un comprimé le matin et un autre le soir.

Pour le nez qui coule : Un antihistaminique, comme la phéniramine, qui agit sur les secrétions et les éternuements. Exemple : le Fervex®, dont il est conseillé de prendre un sachet 2 à 3 fois par jour.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

Rhumes, otites, bronchites... c’est terminé !, Dr Jean-Loup Dervaux, aux éditions Dangles, octobre 2008.
Secrets de grand-mère, se soigner, Dr Dominique-Jean Sayous & Christelle Daniel, aux éditions Eyrolles, juin 2008. 
Les aliments qui guérissent, de Sophie Lacoste, aux éditions Leduc.s, mars 2008.
Soigner les petits maux de l’hiver par les plantes, du Dr J. Labescat et Sophie Raynaud, aux éditions Rustica, septembre 2006. 

Vidéo : Pourquoi il ne faut pas melanger l'Actifed Rhume et Dolirhume

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.