Automédication : l'homéopathie anti-rhume

L’homéopathie, en cas de rhume, est une solution à la fois bon marché, efficace et dénuée d’effets secondaires. De plus, il est possible d’y avoir recours par automédication si on sait quels remèdes employer.

Publicité

6049321-inline-500x333.jpg

Remèdes anti-rhume en homéopathie

L’homéopathie permet de traiter les différents symptômes du rhume avec des remèdes adaptés pour chacun d’entre eux. D’une façon générale, les granules homéopathiques seront à prendre à raison de 5 granules toutes les deux heures, les prises devant par la suite être espacées en fonction de l’amélioration des symptômes. Pour limiter le nez qui coule (en particulier de la narine gauche) et les yeux larmoyants, on aura recours à Allium cepa en 7 CH ou Euphrasia en 9 CH. Inversement, en cas de nez bouché ou d’écoulement épais, on se tournera vers Kalium bichromicum en 9 CH. En revanche, si le rhume se traduit par un nez bouché (sans écoulement) accompagné d’une toux sèche, on privilégiera Sticta pulmonaria en 5 CH.

Publicité
Publicité

Automédication en fonction de l’origine du rhume

En homéopathie, on s’intéresse également à l’origine du rhume pour donner le remède le plus adapté. Ainsi, si le rhume est dû à de l’humidité, on prendra Dulcamara en 9 CH. En revanche, si le rhume fait suite à un coup de froid, on utilisera Aconitum napellus en 7 CH (5 granules trois fois par jour) dès l’apparition des premiers maux de gorge, a fortiori en cas de forte fièvre, de sueurs abondantes et de grande soif. Si le mal de gorge lié au rhume débute de façon brutale et qu’il est accompagné de fièvre, il faudra utiliser Belladonna à la même posologie.

Recevez toute l'actualité chaque jour GRATUITEMENT !

X