Pourquoi tombe-t-on plus malade lorsque l'on manque de sommeil ?

Rhume, gastro, otite… Vous tombez souvent malade durant l’hiver ? Et si le problème venait de votre sommeil ? Medisite fait le point en compagnie du Dr Neil, spécialiste du sommeil et auteur du livre “Comment bien dormir”.

Nous passons près d'un tiers de notre vie à dormir. Mémoire et apprentissage, métabolisme, immunité… Même si beaucoup d'hypothèses doivent encore être confirmées, il est parfaitement établi que le sommeil est crucial pour de nombreuses fonctions biologiques. Ainsi, un sommeil de bonne qualité réduirait le risque d'attraper des maladies.

Quelques chiffres sur le sommeil

En France, 1 personne sur 3 est concernée par un trouble du sommeil.

Chez les adolescents, un sommeil insuffisant est corrélé à un plus petit volume de matière grise.

Des nuits de moins de 6h augmentent le diabète de type 2 de 28%.

Selon L’Inserm, manquer de sommeil augmente de 4% le risque d’attraper un rhume et selon une étude de l’INSV / MGEN menée en 2015, les Français dorment en moyenne 7h05 en semaine et 8h10 le week-end.

Si ces chiffres demeurent stables dans les normes actuelles des pays industrialisés, cette étude a toutefois révélé qu’1/4 des Français se plaignent de manquer de sommeil, notamment les jours de travail .

Selon les résultats de ce rapport confirmés par les centres du sommeil, 16 % des Français déclarent souffrir d’insomnie, 17 % de troubles du rythme du sommeil, 5 % du syndrome des jambes sans repos et 4 % d’apnée du sommeil.

Le manque de sommeil entraîne un affaiblissement du système immunitaire

Rhume, grippe, gastro, rhumatismes, fatigue… L’automne est une dure saison pour l’organisme. Mais pourquoi tombe-t-on plus souvent malade lorsque l’on ne dort pas assez ?

Selon le Dr Neil, c’est assez simple : “La privation de sommeil diminue souvent la production de cytokines protectrices (molécules du système immunitaire qui jouent un rôle de messager semblable au rôle des hormones, ndlr). Or, ce sont elles qui combattent les infections et les inflammations dans votre corps”, explique le docteur.

Ces cytokine s ont pour action principale d’interférer avec la réplication virale, mais elles ont également une action antibactérienne, antiproliférative et un rôle “d’activation” avec d’autres cellules immunitaires.

Par ailleurs, “le taux d’anticorps et de cellules anti-infectieuses diminue durant les périodes où vous ne dormez pas assez”, ajoute le spécialiste du sommeil. C’est pourquoi un bon sommeil est vital pour la santé physique, mentale et émotionnelle, ainsi que pour le bon fonctionnement du système immunitaire.

Le médecin recommande d’agir sur tous les facteurs qui perturbent le sommeil afin de moins tomber malade et de préserver ainsi sa santé à long terme.

Sommeil et maladies : des études en cours

Selon une étude publiée en 2014 dans la revue scientifique Sleep, le manque de sommeil aurait un impact très négatif sur la santé : il détruirait nos cellules et augmenterait le risque de tomber malade.

Pour arriver à ce constat, les chercheurs du Medical College of Wisconsin (États-Unis) ont privé des rongeurs de sommeil en diminuant de 35 % la durée de leur nuit ou en les empêchant totalement de dormir. Puis, les rats ont pu récupérer et dormir pendant deux jours.

Les résultats révèlent que la privation totale de sommeil entraîne chez les rats un stress oxydatif de 39 % supérieur à la valeur normale. Ce taux était encore plus élevé pour les cellules du foie (+147 %), des poumons (+66 %), et de l'intestin grêle (+45 %). Lors de la privation partielle du sommeil, ce stress oxydatif a été constaté, mais dans une moindre mesure.

“C'est donc une preuve physique sur l'animal, de la relation entre privation de sommeil, dommages cellulaires et risques de maladies, confirmant ainsi que les troubles du sommeil sont des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires et de cancers”, conclut le Dr Carol Everson, professeur de neurologie, de biologie cellulaire, de neurobiologie et d'anatomie au Medical College of Wisconsin.

Rhume : les solutions naturelles pour mieux dormir

Le rhume est la maladie bénigne la plus fréquente chez l’adulte.

Les principaux symptômes sont la congestion nasale, l’écoulement nasal, les éternuements, les maux de tête, le mal de gorge et la toux. La congestion nasale ou "nez bouché" associe la sensation d’engorgement et le rétrécissement objectif des voies nasales.

Cette sensation est très pénible puisqu'elle affecte les activités courantes de la journée et trouble le sommeil la nuit. Par conséquent, de nombreux patients cherchent un remède pour soulager ces symptômes.

Heureusement, contrairement aux idées reçues, il n’existe pas que le fameux "cachet" pour réussir à s'endormir ! Des solutions naturelles et efficaces existent. Elles possèdent une action décongestionnante qui soulage le malade, libère le nez et calme la toux.

Menthol, camphre, eucalyptus... Des huiles essentielles "actives"

Parmi les solutions naturelles, on retrouve plusieurs huiles essentielles dotées de molécules actives pour combattre le rhume.

Le menthol

Le menthol est un composé organique fabriqué par synthèse, extrait de la menthe poivrée ou d’autres huiles de menthe. L’inhalation du menthol, à concentrations faibles ou modérées, produit une sensation de fraîcheur dans les voies respiratoires supérieures.

Le menthol interagit avec le membre 8 de la sous-famille M du canal cationique TRP (TRPM8), récepteur présent sur les cellules épithéliales mucosales, et qui fait l’objet d’une régulation positive dans les cellules infectées par des virus respiratoires.

On pense que c’est cette interaction qui génère l’effet thérapeutique du menthol, par une sensation de soulagement de la congestion nasale. Certains faits montrent également que le menthol stoppe la toux.

L’eucalyptus

L’huile essentielle d’eucalyptus est extraite par distillation à la vapeur des feuilles et rameaux d’Eucalyptus. Elle est utilisée comme ingrédient dans les préparations pharmaceutiques pour soulager les symptômes du rhume, dans des produits comme les inhalations, les baumes et les pastilles contre la toux.

La vapeur d’huile d’eucalyptus est un décongestionnant et un traitement des encombrements bronchiques. L’inhalation d’huile essentielle d’eucalyptus augmente la sensation de circulation d’air dans les voies nasales et contrôle la sensibilité à la toux.

Le camphre

Le camphre est un terpénoïde aromatique, volatile, qui se trouve dans le bois du camphrier (Cinnamomum camphora), un arbre présent en Asie. Il peut être synthétisé à partir d’huile de térébenthine.

Le camphre est surtout utilisé comme décongestionnant nasal et antitussif. On peut aussi l’appliquer sur la peau, pour ses propriétés anti prurigineuses (destinées à lutter contre les démangeaisons, ndlr), analgésiques et apaisantes.

Le camphre est un anti-irritant connu lorsqu’il est appliqué sur la peau, pour entraîner une vasodilatation locale (substance qui permet de dilater les vaisseaux sanguins, ndlr) donnant une impression de confort et de chaleur.

La térébenthine

L’huile essentielle de térébenthine est extraite par distillation à la vapeur de l’oléorésine extraite du pin de Masson.

À faibles doses, la térébenthine oxydée a des propriétés relaxantes sur les muscles lisses des bronches et elle peut atténuer la toux voire contribuer au traitement des maladies respiratoires.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Remerciements au Dr Neil, spécialiste du sommeil depuis plus de 37 ans. 

"Sommeil", Inserm, 7 septembre 2017. 

"Chiffres et statistiques des troubles du sommeil et de l’insomnie en France", Sommeil.org.

La rédaction vous recommande sur Amazon :