Ecouter l'article :

Votre envie de café pourrait bien être un indice de votre état de santé cardiovasculaire. C'est ce qu'il ressort d'une étude parue le 12 mars dernier dans la revue The American Journal of Clinical Nutrition. Les chercheurs australiens ont constaté que l'état de santé cardiovasculaire pouvait directement influencer la consommation de café. Des preuves génétiques trouvées par les auteurs de l'étude auraient ainsi révélé que notre propre corps se protège de possibles risques cardiovasculaires en impactant notre envie ou besoin de café.

L'étude précise que sur les 400 000 participants, les personnes souffrant d'hypertension essentielle, d'angine de poitrine ou d'arythmie cardiaque étaient tous plus susceptibles de boire moins de café et d'être des buveurs de café non habituels ou de café décaféiné, par rapport à ceux qui n'ont pas signalé ce type de troubles médicaux.

C'est la première étude mondiale établissant un lien entre génétique, consommation de café et santé cardiovasculaire. Les chercheurs australiens ont établi la preuve que notre génétique agit sur notre envie de café afin d'en réguler la quantité absorbée pour protéger notre corps des risques cardiovasculaires que pourrait entraîner une consommation excessive. En pratique, les gens ont ainsi tendance à réguler naturellement leur consommation de café en fonction des niveaux de pression artérielle et de la fréquence cardiaque.

"Les gens autorégulent inconsciemment les niveaux de caféine"

"Les gens boivent du café pour toutes sortes de raisons - pour se reprendre quand ils se sentent fatigués, parce qu'il a bon goût ou simplement parce que cela fait partie de leur routine quotidienne. Mais ce que nous ne savions pas, c'est que les gens autorégulent inconsciemment les niveaux de caféine consommés en fonction de leur tension artérielle élevée et cela est probablement le résultat d'un mécanisme génétique protecteur", assure ainsi Elina Hyppönen, autrice principale de l’étude, dans un communiqué publié par EurekAlert. Pour la chercheuse, "cela signifie que quelqu'un qui boit beaucoup de café est probablement plus tolérant génétiquement à la caféine que quelqu'un qui boit très peu". À l'inverse, "une personne ne buvant pas de café, ou quelqu'un qui boit du café décaféiné, est plus susceptible d'être sensible aux effets indésirables de la caféine, et plus sensible à l'hypertension". "Si votre corps vous dit de ne pas boire cette tasse de café supplémentaire, il y a probablement une raison, conclut Elina Hyppönen.

Participez à notre grand jeu de l'été Hedony et tentez de gagner jusqu'à 100 000 € de lots ! Cliquez ici pour participer >

Sources

Espresso, latte or decaf? Genetic code drives your desire for coffee, EurekAlert, 28 avril 2021. 

https://www.eurekalert.org/pub_releases/2021-04/uosa-elo042021.php

Cardiovascular symptoms affect the patterns of habitual coffee consumption, The American Journal of Clinical Nutrition, 12 mars 2021.

https://academic.oup.com/ajcn/advance-article-abstract/doi/10.1093/ajcn/nqab014/6169154?redirectedFrom=fulltext

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.