L’ordonnance électronique débarque bientôt dans vos pharmacies !

L'ordonnance sans laquelle on ne peut obtenir certains médicaments et leur remboursement, s'apprête à vivre une petite révolution. Sa version papier pourrait disparaître au profit de sa version électronique, déjà adoptée par quelques pharmaciens et médecins volontaires. Elle devrait être généralisée par l’Assurance maladie sur l’ensemble du territoire en 2020.

Davantage de fiabilité, moins de fraudes et un parcours de soin amélioré

L’an prochain, quand vous irez chez votre médecin traitant, vous allez avoir une petite surprise… Celle d’en ressortir sans ordonnance ! La Caisse Primaire d'Assurance Maladie d'Indre-et-Loire va en effet progressivement mettre en place les prescriptions électroniques à partir de 2020 chez les généralistes et spécialistes.

L'ordonnance dématérialisée sera directement transmise d'un professionnel de santé à un autre, d'un généraliste à un pharmacien par exemple. Cela évitera au patient de perdre la feuille et permettra au médecin de savoir si le patient a bien récupéré ses médicaments.

Cette dématérialisation permettra également aux pharmaciens de ne plus se tromper en essayant de déchiffrer l’ordonnance de certains généralistes à l'écriture presque illisible.

La prescription électronique rendra aussi la fraude beaucoup plus compliquée, puisqu'il sera impossible de photocopier ou de falsifier une ordonnance.

En résumé, cette “ordonnance du futur” améliorera le parcours de soins du patient - de la consultation chez son médecin jusqu’à la délivrance à la pharmacie des médicaments prescrits.

Ce nouveau dispositif est d’ores et déjà expérimenté par quelques pharmaciens et médecins volontaires équipés des logiciels nécessaires par l’Assurance maladie. Cette initiative concerne trois départements, depuis juillet 2019 : le Maine-et-Loire, la Saône-et-Loire et le Val-de-Marne.

Un dispositif qui ne devrait pas chambouler les habitudes des patients et des professionnels

Selon des propos relayés par le magazine Capital, cette nouveauté ne devrait pas perturber les pratiques habituelles des professionnels de santé.

“Le médecin prescrit les médicaments pour son patient, depuis son logiciel de gestion de cabinet, comme il le fait aujourd’hui, en s’appuyant sur le module d’aide à la prescription. Cette prescription est déposée dans une base de données sécurisée”, explique l’Assurance maladie.

Ensuite, le pharmacien récupère la prescription dématérialisée. Il peut y accéder grâce à un numéro unique de prescription apposé sur l’ordonnance du patient sous forme d’un QR Code.

Puis, le professionnel réalise sa délivrance. La prescription numérisée sera également consultable par le patient via son dossier médical partagé, même si l’Assurance Maladie n’a recensé que 8 millions de “DMP” ouverts début novembre.

Plus de feuilles d’ici 2022

Le dispositif mis en place en Indre-et-Loire s'étendra ensuite progressivement, à partir de l'an prochain, aux prescriptions de médicaments ou d'actes médicaux.

En fonction des résultats, une ordonnance-papier dotée d’un flashcode pourra être intégrée dans le quotidien des praticiens, afin de les aider à évoluer vers la version électronique. Mais l'objectif restera le même : arriver rapidement à se passer totalement de papier.

À terme, en 2022, les ordonnances-papier devraient avoir disparues. Une bonne nouvelle d’un point de vue écologique puisqu'en France, on utilise en moyenne un milliard d’ordonnances chaque année.

Contribuez à sauver des milliers d'enfants : en savoir plus sur le leg Unicef

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.