La ferritine assure, comme son nom le laisse deviner, le stockage du fer dans l’organisme. Elle aide à réguler l’absorption de l’oligo-élément en fonction des besoins du corps. Le taux de ferritine varie selon l’âge. S'il est élevé à la naissance, il chute pendant la première année de vie, pour ensuite augmenter progressivement jusqu’à l’âge adulte.

Chez l’homme, la concentration atteint un pic entre 30 et 39 ans puis reste constante jusqu’à 70 ans environ. Pour la gent féminine, le niveau de ferritine reste relativement bas jusqu’à la ménopause pour ensuite augmenter. Cette différence de taux observé chez les femmes s’explique par les menstruations, les grossesses ou encore l’allaitement.

Hyperferritinémie : les causes à surveiller

Pour être en bonne santé, la concentration de ferritines sanguines doit être entre 18 et 270 ng/ml de sang (nanogrammes par millilitre) chez l’homme. Elle est légèrement moins importante pour les femmes : entre 18 et 160 ng/ml de sang. Le taux normal est également moins important chez les enfants en se situant entre 7 et 140 ng/ml.

Si lors d’un test sanguin la concentration est supérieure à ces normes, on parle d’hyperferritinémie. Une trop grande concentration de ferritines peut entraîner la destruction des cellules qui en contiennent, notamment au niveau du foie. Plusieurs maladies peuvent être à l'origine de ce trouble.

L’hémochromatose

L'hémochromatose est maladie génétique qui touche 1 personne sur 300. Elle provoque des dépôts de fer dans l’organisme qui s’accumulent puis détruisent peu à peu les organes. Cette pathologie est très progressive.

"Les premières manifestations de la maladie apparaissent le plus souvent autour de 40 ans chez l’homme et 50 ans chez la femme. Les patients peuvent alors souffrir de fatigue chronique et de douleurs articulaires dans les hanches, mais aussi dans les doigts et les poignets : c’est la poignée de main douloureuse. D’autres signes sont visibles à l’œil nu : la peau s’assombrit, les cheveux se raréfient.... ", explique l’Inserm. Si elle n’est pas prise en charge, elle peut provoquer une cirrhose et augmenter les risques d’insuffisance cardiaque, de diabète, d’impuissance ou de ménopause précoce.

Un alcoolisme chronique

Une consommation excessive et chronique d’alcool peut provoquer une hyperferritinémie (parfois >1000 µg/L). En effet, l’alcoolisme favorise la destruction des globules rouges. Ces derniers libèrent le fer qu’ils contiennent. Ce dernier est stocké dans le foie. Ce qui entraîne une altération du fonctionnement de l’organe. Par ailleurs, les boissons alcoolisées, et plus particulièrement le vin rouge, contiennent du fer. Ce qui participe à l’augmentation du taux de ferritine.

Le syndrome métabolique

Le syndrome métabolique, aussi appelé syndrome de la bedaine, se caractérise par la présence en excès de graisse du ventre ainsi qu’au moins deux autres de ces troubles : une hyperglycémie, un taux de triglycérides élevé, un faible taux de bon cholestérol (HDL) et une tension artérielle trop haute.

Ce syndrome est l’une des causes les plus fréquentes de l’apparition d’une hyperferritinémie.

D’autres troubles sont connus pour favoriser une hausse du taux de ferritine :

  • une tumeur : certains cancers provoquent des troubles de l’absorption du fer ;
  • une maladie inflammatoire comme l’arthrite, le lupus ou la maladie de Still ;
  • une cytolyse hépatique : destruction des cellules hépatiques (stéatose) ;
  • une cytolyse musculaire : destruction des cellules musculaires.

> Les biens rares des plus grands promoteurs sont sur Immo.planet !

Sources

https://www.ameli.fr/assure/sante/examen/analyse/lire-resultats-prise-sang

https://www.fmcgastro.org/postu-main/archives/postu-2006-paris/que-faire-devant-une-hyperferritinemie/

https://www.inserm.fr/dossier/hemochromatose-genetique/

https://www.fmcgastro.org/texte-postu/postu-2020-paris/hyperferritinemie-non-hemochromatosique-diagnostic-et-prise-en-charge/

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.