Définition : qu’est-ce qu’un torticolis ?

En médecine, on appelle "cervicalgies" les douleurs de la colonne vertébrale au niveau cervical.

Il existe trois causes à ces torticolis :

  • la cervicarthrose : comme son nom l’indique, c’est la présence d’arthrose au niveau des vertèbres. Elle est responsable des douleurs ;
  • la cervicalgie commune : c’est la contracture involontaire des muscles du cou. C’est cela que l’on appelle dans le langage courant "torticolis" ;
  • les cervicalgies symptomatiques : lorsque les douleurs sont le symptôme d’une maladie. Les causes peuvent être diverses (une infection, une fracture, une tumeur etc…).

Dans ce guide, nous parlerons de la cervicalgie commune, ce qu’on appelle dans le langage courant un "torticolis".

Il suffit souvent d’une mauvaise position prise pendant le sommeil, d’un "faux mouvement" ou d’un courant d’air pour que l’on se retrouve la tête penchée et bloquée sur le côté. En cause : une contracture du sterno-cléido-mastoïdien (SCM), un gros muscle du cou, qui provoque la rotation de la tête du côté opposé à la contracture. Le torticolis peut également avoir comme origine d’une contracture du trapèze.

Schéma : les muscles du cou

Schéma : les muscles du cou© Creative Commons

Auteur : Berichard — travail personnel d'après Gray's Anatomy, CC BY-SA 3.0 https://fr.wikipedia.org/wiki/Torticolis_cong%C3%A9nital#/media/Fichier:Muscle_sterno-cl%C3%A9ido_mastoidien.png

Ce type de torticolis, le plus courant, est bénin. Le torticolis musculaire survient à tout âge, mais plus souvent entre 30 et 60 ans. Les femmes y sont plus sujettes que les hommes. 

Quels sont les symptômes du torticolis ?

Les personnes atteintes de torticolis sentent subitement des douleurs au niveau du cou à la rotation, une raideur de la nuque, la tête qui se trouve bloquée dans une position inhabituelle.

Le torticolis est handicapant, mais généralement de durée courte. Il ne s’agit pas une douleur à bas bruit sur le long terme, mais une douleur qui empêche les mouvements.

Voici les différents symptômes du torticolis :

  • douleurs vives au niveau du cou ;

  • difficultés et douleurs pour tourner la tête ;
  • raideur des muscles du cou ;
  • épaule plus haute que l'autre ;
  • possibles maux de tête ;
  • douleurs dans l'épaule, le bras, le dos.

Comment faire la différence entre une cervicalgie commune, une cervicarthrose et une cervicalgie symptomatique ?

Il est difficile de savoir à quoi est dû un torticolis. Le docteur Pierre Boucher, médecin généraliste affirme : "ce n’est pas facile et même si la cervicalgie « commune » (torticolis) est la plus fréquente et est totalement bénigne, il ne faut pas passer à côté des autres causes. On conseille de consulter un médecin si les symptômes ne passent pas au bout de quelques jours".

Quelles sont les causes d’un torticolis commun ?

Comme indiqué tout à l’heure, il s’agit d’une contracture involontaire des muscles du cou. Celle-ci peut être déclenchée :

  • par un sommeil inadapté : mauvaise literie, mauvaise position pour dormir ;
  • par un éveil inadapté : chez les gens qui passent beaucoup de temps assis, notamment derrière des écrans. Au cours d’activité sportive, des exercices mal faits peuvent déclencher des douleurs les jours suivants.

Comment dormir avec un torticolis ?

Il peut être difficile de trouver une position qui ne fasse pas mal lorsque l'on souffre d'un torticolis, surtout la nuit. Pendant la journée, pour soulager les muscles du cou endoloris et contractés, il est possible de porter durant quelques heures un collier cervical, qui supportera le poids de la tête en évitant de solliciter les muscles. Toutefois, cette solution est quasiment impraticable une fois couché, car le collier cervical, rigide, ne vous permettra pas de vous allonger correctement.

Quels sont les bons gestes pour un bon sommeil ?

Aldric Lesaffre, kinésithérapeute conseille : "Il y a quelques règles pour dormir avec un torticolis sans trop perturber votre cycle de sommeil :

La première règle à respecter est celle de la non-douleur. C’est-à-dire qu’il ne faut pas forcer. Trouvez une position qui vous convient, et garder la.

La seconde règle serait de garder la tête légèrement inclinée du côté le moins douloureux. C’est une chose que le patient fera naturellement.

Enfin la troisième règle importante à mes yeux est : choisissez un coussin le plus adapté à votre physionomie et à vos habitudes de sommeil : gros, à mémoire de forme, plat … Il faut respecter ses habitudes, chacun aura un besoin différent. Tout dépend de la physionomie du patient."

Quels sont les facteurs de risque de développer ?

Plusieurs facteurs pourraient augmenter le risque de contracter un torticolis :

  • le stress ;
  • certaines activités physiques intenses ;
  • un oreiller inadapté ;
  • une nuit passée dans une mauvaise posture ;
  • le froid, le vent.

Mal au cou : quelles sont les personnes à risque ?

Le torticolis peut arriver à tout le monde ! Aussi bien la gent masculine que féminine, à tout âge. Le tableau le plus fréquent est cependant la femme d’une quarantaine d’années.

Combien de temps dure un torticolis ?

La durée d’un torticolis peut varier d’un patient à l’autre. Généralement, un torticolis peut durer entre quelques heures et jusqu’à cinq jours. Au-delà, l’avis de votre médecin est fondamental.

Est-ce contagieux ?

Non les torticolis ne sont absolument pas contagieux.

Qui et quand faut-il consulter en cas de torticolis ?

Si le patient se plaint de douleurs modérées au niveau du cou sans aucun autre symptôme, qu’il parvient à poursuivre ses activités habituelles malgré la douleur et qu’un tel épisode a déjà été vécu et diagnostiqué par un médecin, alors il peut appliquer les conseils pratiques et prendre des médicaments en automédication si besoin. Et bien sûr surveiller son état. En cas de doute, il peut consulter son médecin traitant.

Si par contre la douleur persiste, voire s’aggrave, que le torticolis dure depuis plus de huit jours, que la douleur descend dans un bras et que le patient n’a jamais eu de bilan à propos d’une telle douleur, alors ce dernier peut prendre rendez-vous chez son médecin dans les jours qui suivent.

Si le torticolis survient après un traumatisme bénin, qu’il s’accompagne d’une sensation de lourdeur ou de fourmillement dans un bras, alors il vaut mieux pour le patient consulter son médecin dans la journée.

Diagnostic : quels examens et analyses faut-il faire ?

Pour diagnostiquer un torticolis musculaire, le médecin se base sur l’observation, la description des symptômes et sur la palpation de la nuque. Il peut poser des questions sur de possibles antécédents de traumatismes ou de problèmes aux cervicales. Il peut proposer en cas de doute une radiographie, une IRM et un scanner pour rechercher et éliminer toute autre pathologie.

D'autre examens sont-ils recommandés ?

Réponse de Dr Pierre Boucher, médecin généraliste : "L’examen clinique ne permet pas d’affirmer à 100% de la cause d’un torticolis. En cas de doute, le médecin pourra prescrire des examens complémentaires. La radiographie standard permet par exemple de confirmer une cervicarthrose et d’éliminer certains diagnostics. Une prise de sang peut orienter vers des causes infectieuses ou inflammatoires. Ces examens ne sont pas systématiques. On peut également faire des examens d’imagerie plus précis comme le scanner ou l’IRM mais dans des situations bien particulières."

Quels sont les signes qui indiquent une complication ?

En général, les symptômes s’estompent en quelques jours. S’ils persistent plus de cinq à six jours, il est important de consulter, car ils peuvent révéler une autre maladie 

Les signes inquiétants sont ceux qui peuvent évoquer une cause autre que le simple torticolis : la fièvre, la présence de symptômes ORL (douleur à la gorge, toux), une raideur de nuque, une gêne au niveau du bruit ou de la lumière, une perte de sensibilité ou de force dans les membres supérieurs ou inférieurs. Également le mode de survenue : post-traumatique ou associé à une altération importante de l’état général ou encore à une perte de poids.

Ces éléments doivent pousser le patient à consulter rapidement un médecin.

Quels sont les traitements possibles pour soigner un torticolis ?

Le repos des vertèbres du cou (rachis cervical) et la chaleur sont une base du traitement. Tentez de limiter les mouvements et appliquez plusieurs fois par jour des compresses chaudes. On peut y associer la prise d’antalgiques (antidouleur) et d’anti-inflammatoires. 

Pierre Boucher, médecin traitant, recommande : "Le plus important, c’est la suppression du facteur déclenchant ! Si votre matelas est de mauvaise qualité, cela favorisera la récidive des épisodes et il faut donc en changer. Idem si cela survient après une journée passée à travailler sur votre chaise, il faudra se poser la question de changer de mobilier pour quelque chose de plus confortable".

Il existe des traitements médicamenteux :

  • en général on donne des anti-inflammatoires (soit en comprimé, soit en gel) ;
  • les myorelaxants (décontractants musculaires) sont de moins en moins donnés, car ils ont des effets secondaires importants notamment sur le plan digestif. Beaucoup ont été retiré du marché ;
  • parfois des petites doses de benzodiazépines (Valium par exemple) peuvent être prescrites ;
  • l’application locale de chaleur a un effet positif sur le relâchement des muscles et est conseillée ;
  • le port d’une minerve cervicale souple est possible.

Que faire en cas de torticolis répétitif ou chronique ?

Un torticolis répétitif ou chronique peut être gênant. Le traitement de celui-ci est identique à un torticolis aigu. Cependant, le patient peut (si le torticolis est vraiment résistant) compléter le traitement par de la kinésithérapie.

Aldric Lesaffre, kinésithérapeute, explique : "la rééducation par la kinésithérapie peut également être envisagée. Elle est un bon moyen de se soigner avec des méthodes très précises : méthode Mc Kenzie (mouvements répétitifs qui soulagent le patient), physiothérapie, massages … L’ostéopathie douce peut également être envisagée."

Le docteur Pierre Boucher complète : "Attention, les médecins recommandent de ne jamais faire de manipulations actives sur le rachis cervical. Celles-ci peuvent être responsables de lésions catastrophiques et irréversibles. Il ne faut jamais faire « craquer » comme on l’entend ou le voit faire parfois. Ce genre de pratique peut entraîner des ruptures d’artères et déclencher un accident vasculaire cérébral. Effectivement, il est possible cependant de faire de la kinésithérapie douce, à type de massage."

Il est également possible d’envisager des infiltrations anti-inflammatoires qui ont un effet sédatif et qui vont pouvoir décontracter temporairement les muscles du patient.

Approches complémentaires : peut-on soigner le trouble naturellement ?

Il est possible d’envisager l’acupuncture comme traitement naturel pour soigner un torticolis. Selon plusieurs études, elle a montré une efficacité supérieure au placebo dans la réduction de la douleur.

Le patient souffrant d’un torticolis peut également avoir recours à la valériane. Il semblerait que grâce à son action décontractante, cette plante pourrait être efficace dans le soin d’un torticolis si celui-ci est dû au stress.

Comment prévenir un torticolis ?

Il est possible de le prévenir en se musclant la région cervicale et le dos. Pensez aussi à dormir le plus souvent sur le dos avec un coussin qui maintient la tête droite. Veillez à ne pas maintenir trop longtemps une position peu naturelle pour le cou (dans le cadre de vos activités quotidiennes). Une activité physique est recommandée si elle n’est pas aggravante.

Sites d’informations et associations

https://www.osteo-auteuil.com/osteopathie-contre-le-torticolis/

https://amadys.fr/ 

Sources

Pierre Boucher, médecin généraliste.

Aldric Lesaffre, kinésithérapeute et ostéopathe. 

http://association-plagiocephalie-info-et-soutien.fr/deformations-positionnelles/torticolis/