Laurent Voulzy : sa femme Mirella donne des nouvelles après sa violente chute

Mirella Lepetit, l’épouse du chanteur Laurent Voulzy, donne des nouvelles sur son état de santé après sa violente chute en juillet, survenue lors de vacances en Bretagne.

Une opération prévue en septembre

Plus de peur que de mal. Laurent Voulzy et son épouse, Mirella Lepetit, qui se sont mariés en 2010 en Bretagne, ont eu une grosse frayeur lors d’une balade sur les falaises de la baie de Quiberon.

Mirella Voulzy a malencontreusement glissé sur un rocher, et s’est violemment blessée à la jambe, la forçant à se déplacer en béquilles : “Rupture des ligaments croisés antérieurs, fissure du ménisque, tibia très abîmé, etc. La vie me dit de ralentir”, détaillait-elle sur les réseaux sociaux.

Heureusement, l’épouse de Laurent Voulzy se veut rassurante, même si elle devra mettre plusieurs mois à se remettre de son accident.

"Béquilles et attelle ont été mes fidèles compagnes de l'été ! Elles assurent mes pas en attendant que l'opération redonne une belle mobilité à ma gambette. Encore quelques mois à attendre... Patience et douceur sont toujours récompensées…", écrit Mirella Lepetit, photos à l’appui.

La journaliste devrait se faire opérer courant septembre, avant de devoir passer par la case rééducation pour retrouver de la mobilité.

Afin de soutenir sa femme dans ce moment difficile, Laurent Voulzy, en tournée jusqu'en novembre 2019, devra surement ralentir ses activités.

Rupture des ligaments croisés : qu’est-ce que c’est ?

La rupture du ligament croisé antérieur (LCA) du genou est liée à l'activité sportive dans le 85% des cas (football, ski, rugby, handball etc.). Elle peut aussi survenir dans n’importe quelle circonstance où le genou est soumis à une entorse brutale. Il s'agit d'une lésion fréquente, invalidante, évolutive. Le ligament croisé antérieur assure en effet la stabilité du genou.

Rarement isolée, la lésion se présente le plus souvent associée à des lésions méniscales, cartilagineuses, ligamentaires qui retardent la reprise de l'activité sportive.

Plusieurs mécanismes peuvent entraîner une rupture du ligament croisé antérieur. Le plus souvent, il s’agit d’une torsion du genou lors d’une réception d’un saut ou lors d’un changement de direction en courant, le pied restant bloqué au sol. D’autres mécanismes existent en particulier l’hyperextension du genou lors d’un shoot dans le vide par exemple.

Lors d'une rupture du ligament croisé, un craquement est ressenti par le patient de même qu'une sensation de déboîtement. On observe aussi un gonflement immédiat. La douleur est d'intensité variable, parfois expliquée par la présence d'un épanchement qui met en tension la capsule articulaire. La marche est alors difficile voir impossible.

Une rupture du ligament croiséantérieur non opérée est généralement source d'arthrose à long terme, au bout de 15/20 ans chez 80 % des sportifs et ce, par le biais des lésions méniscales. L'instabilité dont se plaignent les patients sera appréciée en fonction de l'importance de la gêne fonctionnelle.

Rupture des ligaments croisés : l'opération

L’intervention a pour objectif de reconstruire le ligament à son emplacement exact.

Pour ce faire, on utilise le plus souvent des tissus prélevés sur l’opéré lui-même (autogreffe), provenant en général des tendons ischio-jambiers ou du tendon du quadriceps.

Dans le cas de lésions ligamentaires multiples, le chirurgien recoure parfois à l’usage d’allogreffe : tissus venant de donneurs. Le nouveau ligament est ensuite mis en place dans l’articulation par l’intermédiaire de petits tunnels osseux, au niveau du tibia et du fémur, qui permettent de faire passer, puis de fixer la greffe à l’intérieur de l’articulation.

Une longue période de rééducation est ensuite mise en place pour que le patient retrouve l'usage de son genou.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.