Sommaire

Saumon : des minéraux anti-âge !

Calcium, magnésium, zinc, fer, potassium, phosphore, cuivre, sélénium...
Le saumon regorge de minéraux essentiels au bon fonctionnement de notre organisme ! Certains aident à lutter contre les radicaux libres responsables du vieillissement ou contribuent à notre bon équilibre hormonal tandis que d’autres sont nécessaires à notre santé nerveuse et assurent une bonne santé cardio-vasculaire.

Quelle quantité de saumon consommer ? Idéalement, il est recommandé de manger du saumon deux fois par semaine.

À noter : 100g de saumon contiennent 415 mg de sodium, 228mg de calcium, 1060 mg de phosphore, 0.890 mg de fer, 28 mg de magnésium, 349 mg de potassium, 0.770 mg de zinc et 0.068 mg de cuivre.

Attention : Si vous envisagez une supplémentation, demandez conseil à votre pharmacien.

Saumon : des oméga 3 bons pour le cœur !

Le saumon est un des aliments les plus riches en oméga 3 (entre 1 et 2g pour 100g de saumon) ! Ces acides gras essentiels (que le corps ne fabrique pas) ont des bénéfices santé reconnus depuis plus de 30 ans.

Ils entretiennent le système cardio-vasculaire en réduisant le taux de cholestérol, la tension artérielle et en améliorant la circulation du sang. Les oméga 3 sont également appréciés pour leurs effets anti-inflammatoires (ils limitent l’arthrose) et pourraient même aider à lutter contre la dépression, comme l’explique le Dr Bechaalany, pharmacien. Enfin, ils pourraient prévenir la maladie d’Alzheimer.

Quelle quantité consommer ? Pour faire le plein d’omega 3, consommez du saumon deux fois par semaine.

Dans quels autres aliments trouve-t-on les omega 3 ? Dans tous les autres poissons gras (thon, morue...), la mâche, l’huile de colza, les choux, et aussi dans les légumes verts.

Attention : Si vous envisagez une supplémentation, demandez conseil à votre pharmacien.

Saumon : de la vitamine D contre l’ostéoporose

Rarement présente dans l’alimentation, la vitamine D est par chance disponible dans le saumon ! Reconnue pour aider le corps à fixer le calcium, elle solidifie les os d’où son intérêt contre l’ostéoporose. On lui reconnaît également des effets anticancers et contre la dégénérescence neurologique.

Quelle quantité de saumon consommer ? Dans le cadre d’une alimentation équilibrée, manger du saumon deux fois par semaine contribue au maintien de votre santé.

Dans quels autres aliments trouve-t-on la vitamine D ? Dans les huîtres, les céréales, le beurre, les foies d’animaux et les champignons.

Attention : Si vous envisagez une supplémentation, demandez conseil à votre pharmacien.

Saumon : de la vitamine A bonne pour la vue

Parce qu’il contient de la vitamine A (appelée aussi rétinol), le saumon est bon pour la vue ! Ce nutriment est en effet indispensable à la formation des pigments de la rétine. De plus, "la vitamine A participe au renouvellement des cellules de l’épiderme", explique le Dr Antoine Bechaalany, docteur en pharmacie. Enfin, la vitamine A renforce les défenses immunitaires.

Quelle quantité de saumon consommer ? Dans le cadre d’une alimentation équilibrée, il est conseillé de manger du saumon deux fois par semaine.

Dans quels autres aliments trouver la vitamine A ? Dans les abats et les produits laitiers.

Attention : Si vous envisagez une supplémentation, demandez conseil à votre pharmacien.

Saumon : des vitamines B pour faire le plein d’énergie !

B1, B2, B3, B5, B6, B12... Le saumon renferme tout un répertoire de vitamines B ! Avantages : elles contribuent à la production d'énergie apportée par les glucides, les lipides et les protéines que nous ingérons. Outres cette action commune, la vitamine B3 est plus particulièrement reconnue pour être anti-cholestérol et les vitamines B6, B9 et B12 pour leurs effets protecteurs contre le cancer du poumon.

Quelle quantité de saumon consommer ? Pour faire le plein de vitamines B, mangez du saumon deux fois par semaine.

Dans quels autres aliments trouver la vitamine B ? Dans les viandes, rouges ou blanches, les produits laitiers et les œufs.

Attention : Si vous envisagez une supplémentation, demandez conseil à votre pharmacien.

Saumon : comment le consommer ?

Tartare, carpaccio, fumé, mariné, sashimi, vapeur... Le saumon se consomme d’une multitude de façons. Mais « cru est la meilleure façon de garder tous ses bienfaits », explique le Dr Antoine Bechaalany, docteur en pharmacie. A condition d’être sûr de sa fraîcheur !

A noter : Si vous n’êtes pas amateur de poisson cru, vous pouvez opter pour le saumon fumé, dont la cuisson lente et à température douce préserve assez bien les nutriments. Cuit, le saumon a l’avantage d’être éliminé de ses bactéries, virus ou parasites éventuels… pour le grand bonheur des estomacs sensibles !

Saumon : comment le choisir ?

Élevage ? Sauvage ? Fumé ? Le choix est souvent cornélien, et généralement, c’est le porte-monnaie qui l’emporte.

Ce qu’il faut retenir :

- Le saumon d’élevage est moins onéreux, mais souvent plus gras, moins goûtu et moins consistant.

- Le saumon sauvage a une chair plus ferme et plus savoureuse, mais il coûte plus cher. De plus "quand il vient des mers du Nord, il est souvent exposé à des eaux très polluées, et peut stocker des produits chimiques dans ses tissus graisseux", précise le Dr Antoine Bechaalany, docteur en Pharmacie.

- Il faut éviter les poissons dont l’emballage mentionne "raidissage", signifiant qu’il a été congelé avant la découpe.

- Il faut privilégier les saumons d’origine européenne car ils sont sensés être plus contrôlés.

- Il ne faut pas consommer de saumon dégageant une odeur d’ammoniaque, preuve qu’il n’est pas frais.

Saumon : un poisson gras ?

Le saumon est un poisson gras, voire parfois très gras... Mais il n’est pas mauvais pour autant ! Il contient en fait des acides gras dits "insaturés" qui servent de carburant naturel à l’organisme et sont donc indispensables à notre bonne santé ! Il contient aussi, dans de plus faibles quantités, des acides gras "saturés". Appelés "mauvais gras", ces derniers sont néanmoins nécessaires à l’équilibre de l’organisme. Le tout est de ne pas trop en consommer !

A noter : Les acides gras exposés à la chaleur de façon prolongée (cuisson longue), se transforment en acides gras saturés. Donc préférez le saumon cru ou fumé. Si vous n’aimez pas, adoptez un mode de cuisson rapide comme la vapeur.

> Téléchargez gratuitement votre guide mutuelle senior 2022 et économisez sur votre facture santé ! En savoir plus >

Sources

Nutriments Jeunesse, Dr Antoine Bechaalany, Editions Dangles, 2010

La Vitamine D indispensable pour votre santé, Dr Charley Cohen, Editions Dauphin, 2010

Omégas 3, mieux vivre et préserver sa santé, Dr Dominique Rueff, Editions Jouvence, 2008

Vitamines et vitaminothérapie, Editions Dangles, Docteur Claude Binet, 1981

(1) Fish consumption, fish oil, omega-3 fatty acids, and cardiovascular disease. Kris-Etherton PM, Harris WS, Appel LJ; American Heart Association. Nutrition Committee. Circulation. 2002 Nov 19;106(21):2747-57.

(2) The role of fish oils in the treatment of rheumatoid arthritis. Cleland LG, James MJ, Proudman SM. Drugs. 2003;63(9):845-53.

(3) Omega-3 fatty acids in major depressive disorder. Freeman MP. J Clin Psychiatry. 2009;70 Suppl 5:7-11. Review.

(4) Omega-3 fatty acids: potential role in the management of early Alzheimer's disease. Jicha GA, Markesbery WR Clin Interv Aging. 2010 Apr 7;5:45-61.

(5) Vitamin D nutrition and bone disease in adults. Mawer EB, Davies M. Rev Endocr Metab Disord 2001 Apr;2(2):153-64.

(6) The epidemiology of vitamin D and cancer incidence and mortality: a review (United States). Giovannucci E. Cancer Causes Control. 2005 Mar;16(2):83-95. Review.

(7)Vitamin D, neurocognitive functioning and immunocompetence, Nimitphong H, Holick MF, Curr Opin Clin Nutr Metab Care. 2010 Nov 23.

(8)Vitamin A status is associated with T-cell responses in Bangladeshi men. Ahmad SM, Haskell MJ, Raqib R, Stephensen CB. Br J Nutr. 2009 Sep;102(6):797-802.

(9)A novel anti-ageing mechanism for retinol: induction of dermal elastin synthesis and elastin fibre formation. Rossetti D, Kielmanowicz MG, Vigodman S, Hu YP, Chen N, Nkengne A, Oddos T, Fischer D, Seiberg M, Lin CB. Int J Cosmet Sci. 2010 Aug 4. doi: 10.1111/j.1468-2494.2010.00588.x. [Epub ahead of print]

(10) Retinoic acid: A key player in immunity, Pino-Lagos K, Guo Y, Noelle RJ, Biofactors. 2010 Nov;36(6):430-6. doi: 10.1002/biof.117. Epub 2010 Aug 27.

(11) Fifteen year mortality in Coronary Drug Project patients: long-term benefit with niacin. Canner PL, Berge KG, et al., J Am Coll Cardiol. 1986 Dec;8(6):1245-55.

(12) Serum B vitamin levels and risk of lung cancer. Johansson M, Relton C, et al. JAMA. 2010 Jun 16;303(23):2377-85 

Voir plus
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.