Spermogramme et spermocytogramme : les examens de fertilité chez l'homme

Publicité
Lorsqu’un couple ne parvient pas à concrétiser son désir d’enfant au bout d’une ou deux années, un bilan de fertilité est souvent préconisé. Chez l’homme, le spermogramme et le spermocytogramme constituent les deux tests de référence.
Publicité

5256108-inline-500x335.jpg© Istock

En quoi consiste le spermogramme ?

Cet examen d’exploration de la fertilité masculine permet d’évaluer à la fois la quantité et la qualité des spermatozoïdes contenus dans un éjaculat. Pratiqué dans un laboratoire spécialisé, le spermogramme requiert le recueil d’un échantillon de sperme par masturbation. Le prélèvement fait alors l’objet d’une analyse permettant la mesure des paramètres suivants :

Publicité
- le volume de l’éjaculat ;

- la morphologie des spermatozoïdes ;

- la vitalité des spermatozoïdes ;

- la viscosité et le pH du sperme ;

- la présence de globules blancs.

Les informations ainsi recueillies constituent une source d’informations précieuses pour déterminer l’origine de l’infertilité ou de la stérilité.

Qu’est-ce que le spermocytogramme ?

Egalement appelé examen cytologique des spermatozoïdes, le spermocytogramme constitue un examen complémentaire du spermogramme puisqu’il va essentiellement se concentrer sur la qualité des spermatozoïdes en étudiant spécifiquement leur forme. Réalisé par analyse microscopique, il permet ainsi de détecter d’éventuelles anomalies morphologiques des gamètes mâles. Selon la classification française de David, ces anomalies sont répertoriées en 13 catégories : 7 anomalies de la tête, 4 anomalies du flagelle et 2 anomalies de la zone intermédiaire.

Publicité

Publicité

Contenus sponsorisés

En Vidéo

En Vidéo sur Medisite

Publicité