Sommaire


© Istock

Les beaux jours arrivant, vous êtes nombreux à vouloir perdre quelques kilos sur la balance. Face à la multitude de régimes proposés, Medisite et le nutritionniste Raphaël Gruman vous aident à faire le point sur les bénéfices et inconvénients de chacun d'entre eux afin de choisir celui qui vous correspond le mieux.

Le jeûne intermittent

Le jeûne intermittent est le régime à la mode. En privant son organisme de nourriture durant plusieurs heures, le jeûne intermittent a pour objectif de purifier son corps et de l’alléger de quelques kilos. Raphaël Gruman, nutritionniste, l'utilise avec ses patients. Selon lui, "il a l'avantage de mettre au repos tout le système digestif, c'est-à-dire l'estomac, le foie et le pancréas, pendant une période de 16 heures". Le nutritionnist estime que "le corps a besoin de ce repos pour produire certaines hormones, notamment les hormones de l'appétit".

"C'est toujours plus facile de sauter le dîner"

Il est donc favorable à cette "détox" qui met le corps au repos. Il conseille d'intercaler du jeûne intermittent dans un régime quand on est sur un pallier et qu'on ne perd plus de poids. Les personnes souhaitant maigrir peuvent donc le faire une à deux fois par semaine par exemple. Mais alors quel repas sauter ? Le nutritionniste recommande de ne rien manger du goûter jusqu'au petit-déjeuner du lendemain, ce qui fait entre 12 et 16 heures de jeûne.

Si certains redoutent que cela crée des craquages avec des troubles alimentaires de compensation, Raphaël Gruman assure que c'est le contraire. "On a moins d'appétit et on va mieux réguler ses sentations de faim par la suite", nous assure le nutritionniste. Il conseille de sauter le dîner car on ne surconsommera pas au petit-déjeuner, alors que si on saute le petit-déjeuner à l'inverse, on pourrait avoir tendance à compenser en mangeant plus au repas de midi. "C'est toujours plus facile de sauter le dîner", assure-t-il. Il s'agit donc d'un moyen efficace de perdre du poids si on le fait ponctuellement. "Ce n'est vraiment pas un régime à mettre en place au quotidien, une fois par semaine maximum", conclut le nutritionniste.

Delphine Wespiser, Miss France 2012, a confié à Medisite pratiquer le jeûne intermittent depuis quatre ans et en ressent les bénéfices. "Je pratique le jeûne depuis quatre ans et il me fait le plus grand bien. Je suis moins fatiguée et moins ballonnée. Le lendemain d’un jeûne, on a le ventre plat et sur le long terme, on parvient mieux à maintenir son poids. Pour ma part, s’il m’arrive de faire des excès dans la semaine, le jeûne intermittent me permet de limiter leur impact sur ma ligne", explique l'ancienne reine de beauté. Elle explique comment "le jeûne intermittent (lui) permet aujourd’hui d’éviter les fringales". Delphine Wespiser confie même que cela a changé sa relation à la nourriture. "Aujourd’hui, je ne mange plus par addiction mais par plaisir", a-t-elle détaillé.

Le régime cétogène

Le régime cétogène© Istock

Le régime Kéto (pour cétogène) consiste à éviter strictement les glucides en supprimant les sucres et les féculents. On ne mange ainsi que des protéines et des lipides. Ce régime, dépourvu de glucose, impose à l’organisme de
le synthétiser à partir des autres nutriments, ce qui induit une
production de corps cétogènes. La keto diet va à l’encontre de l’idée selon laquelle le gras fait grossir, et bouscule notre pyramide alimentaire classique. Pour Raphaël Gruman, ce régime a le mérite d'éviter les fringales. "C'est relativement facile à appliquer quand on va au restaurant", assure-t-il.

Éviter le beurre et la crème

Il estime qu'il est plus facile de demander un accompagnement sans féculents qu'une cuisson sans matières grasses dans un restaurant ou chez des amis et facilite la vie sociale. Il assure qu'"en termes d'efficacité, on perd vite au niveau du poids". Concernant la dangerosité éventuelle de ce régime, le but n'est pas de manger que du gras, mais de choisir des bonnes graisses polyinsaturées pour développer du bon cholestérol HDL. Donc au final, c'est bénéfique pour les personnes qui le suivent, même ceux qui ont un taux élevé de cholestérol.

De manière pragmatique, on va donc privilégier les bonnes graisses que sont les poissons gras, les oléagineux et le fromage. "On va ainsi éviter les graisses saturées de type viande rouge en excès, le beurre ou la crème fraîche qui sont des graisses saturées", assure le nutritionniste.

Le régime Dukan

Le régime Dukan© Fotolia

La méthode Dukan a été pensée dans les années 70 et popularisée en 2000. Elle est basée sur une alimentation hyperprotéinée, très restrictive, à suivre en plusieurs phases. Ce régime hyperprotéiné repose sur une augmentation des apports en protéines, afin de brûler les graisses et de maintenir le métabolisme. "Je suis vraiment contre parce qu'on va avoi r une perte de poids rapide et on a pas faim, mais le problème c'est que c'est instabilisable", explique Raphaël Gruman. Une fois le régime terminé, il est impossible de le stabiliser car on est allé tellement loin dans la restriction qu'il y a toujours un rattrapage qui se fait au niveau de l'organisme, une compensation. "Le corps va capter beaucoup plus de calories par la suite et on va donc avoir une reprise de poids. Les patients ayant stabilisé après un régime Dukan extrême n'existent pas", assure-t-il.

Une reprise de poids immédiate

Le nutrionniste explique que c'est une privation tellement importante que dès qu'on va commencer à s'alimenter un peu normalement, il y a derrière une reprise de poids immédiate. Ce régime incite aussi à consommer des aliments ou boissons allégés avec des faux-sucres ou des édulcorants. "On s'alimente pas avec des produits naturels donc ce régime je le bannis complètement de mes programmes", conclut-il.

Les risques sont aussi digestifs (le manque de fibres peut entraîner des troubles digestifs et une constipation), rénaux (la consommation excessive de protéines entraîne une sécrétion particulièrement importante d’urée avec, à terme, un risque d’insuffisance rénale), musculaires (risque de perdre de la masse musculaire) et métaboliques (le manque de glucides se traduit par de la fatigue, un manque d’énergie et des troubles de l’humeur). Mais l’effet délétère de ce régime Dukan ne s’arrête pas là puisqu’il peut provoquer des troubles du comportement alimentaire avec le fameux effet yo-yo.

Le régime Paléo

Le régime Paléo© Istock

Tendance chez les sportifs, le régime paléo repose sur des apports alimentaires issus de viande, de noix, de graines et de légumes. Les féculents, les sucres et les produits laitiers, ainsi que la nourriture industrielle sont à proscrire. C'est un régime basé sur une alimentation à base de produits non transformés comme pouvaient en consommer les hommes préhistoriques. "On va s'alimenter principalement de viande, graines, oléagineux, certains fruits comme les baies qui sont très pauvres en sucre", explique Raphaël Gruman.

"Trop restrictif"

"On a donc une alimentation qui est très pauvre en sucre dans l'alimentation paléo et qui est qui relativement protéinée et riche en graisses", détaille le nutritionniste. S'il est sain, ce régime est "trop restrictif" pour Raphaël Gruman. "Je le recommande pas du tout car même s'il n'est pas malsain pour l'organisme, il est trop compliqué à metre en place", assure-t-il. Revenir à une alimentation normale s'accompagne le plus souvent d'une reprise de poids.

Puisque le régime paléo se concentre sur la façon dont mangeaient les premiers hommes, certaines personnes ont tendance à trop manger de viande. Or, leur alimentation n'était pas réellement composée de beaucoup de viande, car pour cela ils devaient beaucoup chasser. De plus, leur viande n'était pas aussi grasse que celle que l'on trouve aujourd'hui en magasin ou même chez le boucher. L'excès de viande peut également entraîner l'apparition de cholestérol et de maladies cardio-vasculaires.

Le régime monodiète

Le régime monodiète© Istock

Le régime monodiète est une méthode à la mode qui consiste à ne manger qu'un seul aliment durant une période prédéfinie, comme des pommes ou du raisin par exemple. Il est rare qu'une monodiète se poursuive au delà de quelques jours en raison de son caractère très restrictif. "Je ne conseille pas du tout. Ce que je peux conseiller c'est une monodiète sur une journée, mais plutôt avec exclusivement de la soupe de légumes. Je le fais vraiment très occasionnellement. Cela peut être utilisé après une journée d'excès, par exemple après les fêtes, pour alléger un peu le système digestif et le foie notamment", assure Raphaël Gruman. Le but est de nettoyer l'organisme.

Les dangers des carences

Les dangers de ce type de régime monodiète sont de se retrouver avec des carences de certains minéraux et de certaines protéines. "On peut même avoir une fonte musculaire si on fait par exemple un régime pommes sur cinq jours", assure-t-il. Si la perte de poids peut être grande, "c'est un poids faussement perdu qui sera repris dès la reprise d'une alimentation normale".

Ces monodiètes à base de raisins et de pommes peuvent être mis en avant sur des sites de naturopathie, mais elles n'ont pas les faveurs de notre nutritionniste du fait d'un apport glycémique trop important. Les monodiètes à base de fruits ou de jus de fruit apportent beaucoup de glucides qui ne seront pas compensés par els autres aliments ingérés habituellement et créeront des hyperglycémies.

> Comparez les mutuelles et augmentez le nombre de séances avec un nutritionniste !

Sources

Merci à Raphaël Gruman, nutritionniste à Paris et Deauville, fondateur de La Méthode Gruman. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.