Sommaire

Selon les recommandations de l’Anses, il ne faudrait pas consommer plus de 70 grammes par jour de viande (hors volaille), soit 500 g/semaine, et 25 g/jour de charcuterie. Or, même si de nombreuses personnes réduisent leur consommation de viande, la plupart des Français consomment plus que ces recommandations.

Et pourtant, l’impact négatif de la consommation de viande rouge, notamment, sur la santé a été prouvée par de nombreuses études : risque de cancer colorectal, de maladies cardiovasculaires, carence en oméga 3 et en fibres, etc. Pour vous aider à réduire votre consommation de viande, la rédaction vous livre quelques conseils pratiques.

Mieux choisir sa viande

Manger moins de viande doit vous permettre de mieux la choisir. En effet, il est essentiel de conserver du plaisir devant l’assiette pour éviter les frustrations. Vous pouvons donc manger une belle pièce de viande une fois par semaine en privilégiant les labels type bleu, blanc, coeur ou les circuits courts pour une viande de qualité. C’est d’ailleurs le principe mis en avant par le mouvement flexitarien.

Ce dernier pousse à une consommation responsable, plus consciente et privilégie les aliments savoureux et qualitatifs. Les produits locaux sont mis en avant ainsi que le plaisir des repas, essentiels pour se nourrir sainement.

Varier les sources de protéines

Bonne nouvelle, il existe de nombreuses sources de protéines qu’elles soient végétales ou animales. Ainsi, vous pouvez opter pour du seitan ou du tempeh par exemple. Autre solution, misez sur les céréales (quinoa, amarante) et les légumineuses (pois chiches, lentilles, haricots…) afin d'apporter de la gourmandise à vos assiettes.

On n’oublie pas les œufs qui sont une excellente source de protéines et qui se cuisinent de différentes manières : omelette, brouillés, à la coque, sur le plat, en cocotte… Pour vous aider, établissez des menus à la semaine, il sera ainsi plus facile de varier les plaisirs.

Manger du poisson et des fruits de mer

Riche en oméga 3, les poissons gras (saumon, maquereau…) sont à privilégier dans l’assiette. Quant aux autres poissons et crustacés (crevettes, moules, crabe, huîtres…), ils sont riches en zinc, magnésium, phosphore, potassium, calcium, fer et sélénium antioxydant ; de véritables atouts santé. N’hésitez pas à demander des conseils à votre poissonnier afin d’élaborer des recettes équilibrées et gourmandes.

Comme pour la viande rouge, privilégiez les produits avec un label sérieux et soyez regardant sur la provenance du poisson et des crustacés. Pour la pêche artisanale, vous pouvez par exemple compter sur "Artysanal Pêche artisanale garantie", ou le label "Bar de ligne–Pointe de Bretagne", qui dépend de l’Association des ligneurs de la pointe de Bretagne.

En supermarché, le label le plus répandu est "MSC Pêche durable".

Des épices pour relever vos plats

Fade, sans goût, sans intérêt… De nombreuses critiques pleuvent sur les protéines végétales. Pour relever vos plats, misez sur des épices et/ou des sauces asiatiques comme la sauce soja ou le nuoc-nam. Le gingembre est également une bonne solution pour relever vos plats tout en faisant voyager vos papilles. N’hésitez pas à vous inspirer des recettes asiatiques qui font la part belle aux légumes et aux protéines végétales.

D’ailleurs, n’est-ce pas au Japon que la population vit le plus longtemps en bonne santé ? Les secrets des centenaires ne sont aujourd'hui pas encore totalement élucidés mais l’alimentation y joue un rôle essentiel.

Que vous soyez cuisinier aguerri ou débutant, les épices sont pour vous !

Demander conseils auprès des professionnels de la santé

Nutritionniste, diététicien ou encore médecin généraliste, ces professionnels de la santé peuvent vous aider dans votre démarche de consommer moins de viande. En effet, si l’idée est bonne, mieux vaut se faire accompagner pour éviter les carences et les problèmes de santé qui peuvent en découler. Les protéines animales, et notamment la viande rouge, apportent du fer, indispensable pour notre corps.

Ainsi, une anémie peut se développer avec des symptômes tels que :

  • Fatigue ;
  • Pâleur ;
  • Perte de concentration ;
  • Problème d’apprentissage ;
  • Vertiges ;
  • Insuffisance cardiaque (lors d’une anémie sévère).

Pour éviter les carences en fer, il est possible d’augmenter son apport en vitamines C qui permet de mieux absorber le fer. Vous pouvez également saupoudrer vos plats de spiruline, une algue riche en fer, de germes de blé et d’épices. Une supplémentation peut être envisagée en fonction de vos résultats sanguins.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

https://www.anses.fr/fr/content/l%E2%80%99anses-actualise-les-rep%C3%A8res-de-consommations-alimentaires-pour-la-population-fran%C3%A7aise

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.