Sommaire

Saviez-vous que la cuisine coréenne a été qualifiée d'exemplaire par l'OMS (Organisation Mondiale de la Santé) ? Très équilibrée, légère et riche en aliments lactofermentés, le régime coréen serait particulièrement bénéfique pour la santé. Ce n’est donc pas un hasard si l’espérance de vie des Coréens figure parmi les plus élevées : 85,5 ans pour les femmes.

Une étude parue en 2017 au sein du journal The Lancet avait d’ailleurs estimé que d’ici à 2030, les Coréennes pourraient se vanter d’avoir la plus importante espérance de vie mondiale : 91 ans. La recherche a été menée par des chercheurs du Kings College London (UK).

Le secret de leur longévité ? Un faible taux d’obésité et une prévalence basse pour la tension artérielle si l’on compare à la plupart des pays occidentaux développés souligne l’étude du Kings College London. D’après les scientifiques et aussi selon l’OMS, cela serait possible grâce à de bonnes habitudes nutritionnelles.

Misez sur les produits fermentés

Les aliments fermentés occupent une grande place dans la diète coréenne. Il s’agit d’aliments “vivants” qui ont tendance à se bonifier en saveurs et en nutriments grâce à ce mode de conservation. Ces aliments vont subir une transformation sous l’action d’un ferment, naturellement présent ou inoculé par l’homme. Le pain au levain, les yaourts ou encore les choux sont des aliments fermentés. Ces derniers sont réputés pour faciliter la digestion et l’assimilation.

Les aliments fermentés sont aussi une bonne alternative pour mieux assimiler les nutriments (vitamines, minéraux…) comme le calcium et le potassium sans pour autant acidifier l’organisme. C’est aussi un bon moyen de détruire des substances nocives comme l’acide phytiques des céréales complètes, les nitrates, les pesticides et les mycotoxines. Les aliments fermentés permettent aussi aux bonnes bactéries (les probiotiques) de proliférer. Ces dernières sont essentielles à la santé de nos intestins.

L’un des repas emblématiques de la cuisine coréenne est le kimchi. Il se trouve à la carte de la plupart des restaurants coréens, et sur la table de toutes les familles coréennes. Il s’agit d’un condiment lacto-fermenté, composé le plus souvent de daikon, de carottes, de gingembre, de piment, enveloppés dans des feuilles de chou chinois. Un légume très bon pour la santé grâce à sa grande richesse en antioxydants. Sa fermentation et son associations avec ail, le gingembre et le piment en font une vraie préparation médicinale qui aurait de réelles propriétés anti-cancer. "Nos palais d'Européens sont peu coutumiers de saveurs aussi corsées, mais le kimchi est précieux pour la santé. Comme il est principalement constitué de piments et de légumes lactofermentés (souvent du chou chinois, mais parfois aussi des carottes, des radis ou des navets), il apporte beaucoup de probiotiques naturels qui équilibrent la flore intestinale et activent le système immunitaire", commentait le médecin nutritionniste Jean-Michel Cohen auprès du Parisien. Au-delà des probiotiques naturels, les aliments et condiments ajoutés dans la préparation ont de véritables vertus nutritionnelles. "Les Coréens ajoutent aussi une grande variété d'ingrédients aromatiques dans leur kimchi : de l'ail, des oignons, du gingembre, des graines de sésame ou encore des huîtres. Tous ces aliments sont dotés de formidables qualités nutritionnelles qui décuplent les bienfaits du kimchi", ajoutait le médecin auprès du quotidien.

Le sésame est également omniprésent dans la cuisine coréenne. Cette petite graine oléagineuse serait un des plus anciens aliments à avoir été utilisée pour ses propriétés médicinales. Grâce à une forte teneur en vitamines, en fer, en antioxydants et en protéines, il s'agit d'une vraie graine santé. Le sésame étant une plante oléagineuse, ses graines sont riches en lipides et en acide gras essentiels qui ne sont pas synthétisés naturellement par l'organisme. Elle a également des effets anti-inflammatoires et analgésiques.

Faites le plein d’aliments d’origine végétale

Si les Coréennes ont une espérance de vie élevée, c’est aussi parce qu’elles sont adeptes des aliments d’origine végétale et riches en fibres. La consommation de légumes est en effet importante en Chorée. Les légumes frais, avec le riz, constituent la base de la nourriture coréenne. Ces aliments hypocaloriques sont présents dans tous les plats principaux. Les soupes et les épices ont aussi leur place.

Non seulement ces aliments sont bénéfiques pour garder la ligne, mais surtout ils prémunissent contre le diabète et les maladies cardiovasculaires.

Les Coréens limitent la viande

La viande est, quant à elle, secondaire chez les Coréens. Les viandes rouges sont remplacées par le poisson et les fruits de mer et par des aliments riches en oméga 3. Le régime coréen consiste ainsi à limiter les graisses animales.

Les Coréens prennent aussi le soin de limiter la friture. Ce qui est une bonne habitude quand on sait que les aliments frits sont propices aux maladies cardiovasculaires.

Cela explique aussi pourquoi le régime coréen est propice à la perte de poids.

Quels sont les menus emblématiques coréens ?

Parmi les plats phares des coréens, on retrouve le Bibimbap (riz mélangé), Soe Galbijim (plat mijoté de bœuf), Japchae (nouilles sautées), Sigeumchi namul (épinards à la sauce soja et au sésame), Haemul-pajeon (crêpe à la ciboule et aux fruits de mer), ou encore le Pa Muchim (salade de ciboule)…

Limitez les produits transformés et les sucres raffinés

Le régime coréen implique de limiter les aliments transformés, les produits laitiers, les sucres raffinés et les mauvaises graisses. Non seulement cela permet de limiter l’apport calorique de la journée, mais surtout cela va prévenir certaines maladies comme l’excès de cholestérol (LDL), propices aux maladies cardiaques.

Aliments transformés : quels sont les produits exclus du régime coréen ?

Les "aliments ultra-transformés" constituent plus de 50 % des aliments consommés dans de nombreux pays occidentaux et, surtout, ils sont mauvais, pour ne pas dire dangereux pour la santé. C'est notamment la conclusion de deux études édifiantes relayées dans le British Medical Journal (BMJ) en 2019, soit une recherche française menée sur plus de 100.000 participants et une recherche espagnole réalisée auprès de 19.899 diplômés universitaires. Or, ce n’est pas les premières publications scientifiques à nous mettre en garde face aux produits transformés.

Ces aliments seraient propices aux surpoids, mais aussi aux maladies cardiovasculaires, aux diabètes, troubles du sommeil ainsi qu’à certains cancers.

On retrouve les plats prêts à réchauffer, les sodas sucrés, les steaks végétaux, les saucisses, les soupes en poudre, les confiseries, les biscuits, les gâteaux, les jus sucrés et produits laitiers sucrés, les nuggets de poulet, les poissons panés, les céréales du petit déjeuner, les pizzas surgelées... La liste n’est pas exhaustive.

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Sources

https://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(16)32381-9/fulltext  

https://www.bmj.com/content/365/bmj.l1949

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.