Sommaire

Vous pensiez avoir tout essayé en termes de régimes ? Et si la solution était simplement de manger plus ? C’est en tout cas la théorie de Tamara Willner, une nutritionniste anglaise, rejoint par plusieurs études scientifiques.

Interrogée par nos confrères du Mirror, elle explique pourquoi compter les calories conduit souvent à l’échec des régimes et surtout, elle donne les clés pour affiner le tour de taille en mangeant plus.

Le comptage des calories a tendance à favoriser les troubles du comportement alimentaires (anorexie ou boulimie) selon l’experte. C’est souvent la raison pour laquelle cette méthode conduit souvent à l’échec. Or, pour réussi à perdre du poids de façon durable, il ne s’agirait pas de compter les calories, mais de mieux les choisir… quitte à manger davantage. Les protéines ainsi que certaines graisses, en étant propices à la satiété, pourraient être la solution pour mincir. Peut-on appliquer ce conseil ? Nous avons posé la question à Raphaël Gruman, notre nutritionniste.

Toutes les calories n’ont pas le même effet sur l’organisme

"Toutes les calories ne sont pas égales et ne doivent pas être considérées comme des sources d’énergie égales", laisse entendre Tamara Willner. En comptant les calories on part du principe que ces dernières ont toutes des effets similaires sur l’organisme, ce qui est faux, selon la spécialiste. Si certaines sont propices à la satiété, d’autres seront stockées par l’organisme et risquent de stimuler l’appétit.

"Pour illustrer cela, considérons 500 calories de bonbons et de biscuits et 500 calories de poulets et d’avocat. Malgré le même nombre de calorie, nous gagnerions beaucoup plus de vitamines, minéraux et fibres avec du poulet et de l’avocat. Une alimentation variée en vitamines et minéraux contribue à un bon sommeil, ce qui a des effets directs sur le poids", explique Tamara Willner.

En effet, plusieurs études scientifiques ont déjà démontré que c’est la nuit que nous allons brûler les graisses ou au contraire les stocker. Pourquoi ? Tout simplement parce que le moment de la journée le plus propice à la prise de poids, c’est le soir. L’organisme se met alors en mode "réserve énergétique". C’est la période pendant laquelle l’organisme dépense peu de calories et met en réserve celles en surplus s’il y en a.

De plus, une quantité plus élevée de protéines et de (bonnes) graisses nous garderait rassasié plus longtemps et réduirait ainsi nos fringales. Or, si on reprend l’exemple des bonbons, on rappelle qu’ils sont riches en fructose qui a tendance à stimuler l’appétit, ce qui peut avoir une incidence sur le poids. En clair, à calories égales, l’avocat et le poulet pourrait être utile pour mincir contrairement aux bonbons.

"On peut manger de plus gros volumes d'aliments, mais à faible densité calorique"

"Il y a aussi une question de densité calorique des aliments, nous explique Raphaël Gruman. On peut manger plus, c’est-à-dire avoir de plus gros volume d’aliments dans l’assiette, mais à faible densité calorique comme la salade verte, les haricots verts, les choux… qui sous un gros volume n’apportent que très peu de calories, mais rassasient. C’est l’inverse des aliments à forte densité calorique qui apportent moins de satiété comme les biscuits chocolatés. Exemple : 1 biscuit chocolaté (= 10 g) représente 50 kcal alors qu’une assiette de haricots verts (= 200 g) représentent 50 kcal…".

Sources

https://www.mirror.co.uk/lifestyle/dieting/how-eating-more-can-boost-24787994

Merci à Raphaël Gruman, nutritionniste et auteur de Je me soigne avec les mésonutriments (éd. Leduc.s)

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.