Sommaire

Vous avez essayé des dizaines de régimes, pourtant, vous ne parvenez pas à vous défaire de vos kilos superflus. Ou alors, vous les perdez quelque temps, puis ils reviennent au galop. Il y a fort à parier que vous n’employez pas la bonne méthode. En cela, la naturopathie peut vous aider. Car, plutôt que de vous proposer une soi-disant formule magique, qui fonctionnerait pour tout le monde, elle va prendre en considération votre être dans sa globalité et vous proposer une approche personnalisée.

C’est ce que nous explique la naturopathe Charlotte Jacquet, auteure de Naturopathie : mon année + healthy (éditions Eyrolles), créatrice de la méthode d’accompagnement “La naturopathie au fil des saisons” et co-fondatrice du Sommet de la naturopathie et de la médecine intégrative, dont la prochaine édition sera consacrée au surpoids et aux troubles métaboliques.

Comprendre l’origine de la prise de poids

Pour elle, il ne s’agit pas de chercher une solution à un instant T - comme un régime ou une chirurgie bariatrique, par exemple - qui nous permettrait de perdre du poids rapidement, puis de reprendre notre vie telle qu’on la menait auparavant. Ce serait la meilleure façon de subir le fameux “effet yo-yo”.

“La première étape est de comprendre ce qu’il se passe, pourquoi on a pris du poids”. Est-ce à cause d’une alimentation déséquilibrée ? De la sédentarité ? D’un problème hormonal ? D’émotions refoulées ? De l’hérédité ? Les causes du surpoids sont extrêmement multiples.

La naturopathie : une approche holistique

“Le naturopathe a une vision très holistique, il étudie le terrain de la personne en effectuant un bilan de vitalité complet”, explique l’experte. Autrement dit, il analyse le tempérament et la constitution du consultant, depuis sa naissance jusqu’à aujourd’hui. Une fois cette cartographie effectuée, il propose un programme englobant diverses techniques, qui vont agir en synergie pour permettre une régulation du poids sur le long terme.

“Je n’aime pas trop le terme perte de poids”, relève Charlotte Jacquet. “Pour moi, on va réguler le métabolisme et lui donner l’opportunité de rester en vitalité sur le long terme”. Elle insiste sur la notion de déclic, de prise de conscience que permet la naturopathie. “J’explique aux personnes qui viennent me voir que ce qu’elles sont en train de faire, ce n’est pas uniquement pour perdre du poids. C’est surtout pour donner tout ce dont a besoin leur organisme pour fonctionner correctement, être en pleine forme et le rester”.

Une fois que le naturopathe a bien compris le profil du consultant, il peut donc lui proposer un ensemble de techniques à mettre en œuvre au quotidien pour réguler son poids et gagner en vitalité. Celles-ci reposent sur trois piliers : l'alimentation, l’activité physique et la sphère psycho-émotionnelle. Nous vous les détaillons dans les pages suivantes, avec quelques astuces que vous pourrez mettre en œuvre à la maison - même si cela ne remplace pas un suivi professionnel.

Rééquilibrer son assiette

Le premier axe sur lequel on agit en naturopathie est l’alimentation. Il s’agit ici de rééquilibrer son assiette. “On n’est pas dans une stratégie où l’on cherche à réduire les apports caloriques. Notre objectif est plutôt d’apporter à l’organisme tous les nutriments dont il a besoin pour éviter les carences nutritionnelles”, explique Charlotte Jacquet.

Si ce rééquilibrage alimentaire est bénéfique pour la santé dans son ensemble, il va aussi participer à la perte de poids. “Une assiette équilibrée est composée de beaucoup de légumes de saison, de protéines, de féculents dont les glucides sont lentement assimilables et de bonnes graisses riches en omégas-3”.

En misant sur ce type d’aliments, on fait le plein de vitamines et de minéraux… Et on limite nécessairement les produits sucrés ou ultra-transformés, source d’inflammation et néfastes pour le métabolisme.

Reconnecter avec son ressenti

La deuxième action du naturopathe, sur le plan de l’alimentaire, consiste à reconnecter le consultant avec son ressenti. “On va lui apprendre (ou lui rappeler) l’importance de bien mastiquer, un élément essentiel à la digestion. Et lui enseigner comment reconnaître les sensations de faim et de satiété”, détaille la spécialiste.

Détoxifier l’organisme

Un autre pilier de la perte de poids en naturopathie est l’état global de notre organisme. Si celui-ci est encrassé, que la lymphe ou le sang circulent mal, que les hormones sont chamboulées… Cela peut expliquer, au moins en partie, pourquoi le gain de poids a eu lieu - et pourquoi il est si difficile de se débarrasser de ses kilos superflus.

“En premier lieu, le naturopathe étudie les organes émonctoires, qui sont les portes de sorties naturelles de l’organisme permettant d’évacuer les déchets”, explique Charlotte Jacquet. Le foie, les reins, les intestins, mais aussi la peau et les poumons sont tous des organes émonctoires.

S’ils sont engorgés, et donc que le corps n’élimine plus les toxines correctement, il peut être intéressant de les drainer et de les stimuler. Cela afin de relancer le métabolisme et permettre la perte de poids. “Certaines plantes ont un effet détox très efficace”, indique la naturopathe. “Vous pouvez prendre du bouleau, du pissenlit, de l’artichaut, du desmodium ou du chardon-marie, sous forme de tisanes ou de décoctions”.

Rééquilibrer la flore intestinale

“Beaucoup d’études ont montré l’impact de la qualité de la flore intestinale sur la prise de poids”, souligne l’experte. “Si on a un déséquilibre de la flore, qui peut être dû à une mauvaise hygiène de vie, ça va engendrer une hyperperméabilité intestinale. Il en résulte une inflammation, qui peut dérégler certains neurotransmetteurs, comme celui qui régule la notion d’appétit, et entraîner des complications métaboliques”.

Une flore déséquilibrée peut aussi être à l’origine d’intolérances alimentaires. “Quand on a des problèmes de perméabilité, certains aliments vont être identifiés comme des ennemis par le système immunitaire, et on va avoir des inflammations qui vont nourrir encore plus le problème de perméabilité intestinale”. Un vrai cercle vicieux.

La spécialiste recommande de nourrir son microbiote, soit en consommant régulièrement des aliments riches en probiotiques et en prébiotiques, soit en passant par des stratégies de supplémentation. “Dans le second cas, il faut se faire aider d’un médecin ou d’un naturopathe pour choisir la bonne souche de bactéries”.

Traiter les désordres hormonaux

Les dérèglements hormonaux peuvent aussi entraîner une fluctuation du poids. Ménopause, pré-ménopause, problèmes de thyroïde… Tous ces facteurs sont pris en compte par le naturopathe.

“On peut utiliser certaines plantes pour équilibrer le cycle”, nous renseigne Charlotte Jacquet. “Par exemple, le bourgeon de framboisier, en gemmothérapie. Ou encore des infusions de sauge officinale, de prêle et de menthe poivrée, du côté de la phytothérapie”.

Faire circuler les fluides

“À elles toutes seules, la rétention d’eau et la cellulite peuvent être à l’origine de nos quelques kilos superflus”, pointe la naturopathe. D’où l’intérêt de stimuler le retour veineux et lymphatique. Pour cela, la phytothérapie est une véritable alliée. Et plus particulièrement, la vigne rouge, le gingko biloba et l’hamamélis, en consommer de préférence en infusion - éventuellement en gélules.

Du côté de la gemmothérapie, on peut miser sur les bourgeons de châtaignier, qui est un décongestionnant lymphatique, de frêne, qui va drainer au niveau rénal et avoir une action anticellulite, et de noisetier, qui agit à la fois sur la circulation lymphatique et veineuse. “En général on prend 5 gouttes de chaque, qu’on va mettre dans un petit verre d’eau à raison d’une fois par jour, pendant 28 jours”.

Enfin, le brossage à sec de tout le corps (excepté le visage) permet de booster la circulation sanguine et lymphatique. Utilisez une brosse à poils souples, en fibres naturelles. Réalisez des mouvements circulaires, sans forcer, en partant des pieds et en remontant vers le haut du corps.

Booster le métabolisme

Il est aussi possible de booster un peu son métabolisme de base, c’est-à-dire la quantité de calories brûlées au repos, avec certains compléments alimentaires, qui vont impacter l’assimilation des graisses et des sucres.

Le guarana, par exemple, active la combustion des graisses pour fournir de l’énergie à l’organisme. “On le prend plutôt le matin, parce que c’est un sacré stimulant !”, prévient la naturopathe. “Il faut aussi faire attention, dans la mesure où il peut entraîner une accoutumance. Le mieux est d’être suivi par un professionnel”.

Les algues marines, comme le lithothamne ou le fucus ont un petit effet coupe-faim, bien que notre experte préfère ne pas y recourir. Quant au thé vert, il renforce la masse musculaire et agit sur les tissus adipeux. “Ce que j’aime bien donner, quand on a beaucoup de soucis avec le taux de sucre sanguin, c’est le chrome”. Il peut aider à réguler les compulsions sucrées, le temps de comprendre d’où elles viennent.

Enfin, un complexe d’oligo-éléments peut s’avérer très utile pour limiter le stockage des graisses et lutter contre la rétention d’eau : il s’agit d’un mélange de zinc, de nickel et de cobalt.

Pratiquer une activité physique

Le troisième pilier de la perte de poids en naturopathie peut sembler évident, mais il n’en est pas moins essentiel. Il s’agit de la pratique régulière d’une activité physique. Si l’on sait qu’elle permet de brûler des calories, on ignore bien souvent ses nombreux autres avantages, que la naturopathe met un point d’honneur à rappeler à ses patients.

“Faire du sport permet d’améliorer l’état psychique en évacuant le stress et certaines émotions difficiles, de réguler l’appétit, de favoriser un sommeil de qualité, d’augmenter les dépenses énergétiques du métabolisme ou encore de réactiver la circulation sanguine et lymphatique”, explique-t-elle.

“Il y a aussi la régulation hormonale, puisque l’exercice entraîne la sécrétion d’hormones”. Notamment l'endorphine, la dopamine, l'adrénaline et la noradrénaline, qui réduisent le stress et augmentent la sensation de bien-être, contribuant ainsi au bonheur. Et justement, l’humeur et les émotions sont une composante essentielle de la perte de poids, comme vous pouvez le découvrir à la page suivante.

Faire sortir les émotions refoulées

Le dernier pilier de la perte de poids en naturopathie : l’émotionnel. Lorsqu’il est présent en excès, ou qu’il est vécu de façon négative, le stress devient néfaste pour le métabolisme. Le naturopathe va donc travailler sur le décodage des émotions qui y sont liées.

“Nos vies sont faites d’émotions, mais on ne prend pas le temps de les identifier, de les comprendre, de les apprivoiser”, pour pouvoir mieux les accueillir alors qu’elles se présentent à nous”, explique Charlotte Jacquet.

Or, toutes les émotions que l’on réprime au quotidien s’emmagasinent dans le corps au fil des années… Puis ce dernier va les exprimer de façon somatique, lorsqu’il arrive à saturation. Par exemple, à travers des kilos superflus. “Ce qui ne s’exprime pas s’imprime”, rappelle l’experte.

Miser sur les pratiques zen : méditation, respiration...

Durant la consultation, le naturopathe va donner des pistes pour amorcer une “détox émotionnelle”. Notre experte encourage à s’adonner à certaines pratiques zen, telles que la respiration, la méditation ou encore le yoga.

“Lorsque je suis face à une personne qui n’arrive pas à respirer, qui est presque en apnée devant moi, je lui conseille de faire des séances de sophrologie, pour apprendre à respirer et relâcher la pression”. Utiliser des applications de méditations (Petit Bambou, Headspace, Mind…) ou de cohérence cardiaque peut aussi s’avérer d’une aide précieuse pour réguler ses émotions.

Les fleurs de Bach et huiles essentielles qui détendent

“Les fleurs de Bach sont également très intéressantes pour rééquilibrer les émotions. Et plus particulièrement les suivantes :

  • Chestnut bud (bourgeon de marronnier), pour mettre un terme aux schémas qui se répètent.
  • Walnut (noyer), pour appeler quelque chose de nouveau.
  • Cherry Plum (prunier), contre les compulsions alimentaires.
  • Pine (pin sylvestre) pour rester zen et ne pas culpabiliser si on a craqué.

En aromathérapie, on peut utiliser l’huile essentielle de lavande, très apaisante. Ou encore l'huile essentielle de petit grain bigarade : humée au-dessus du flacon, elle procure une détente rapide. En prime, son parfum est très agréable !

Les thérapies brèves peuvent aider

Dans certains cas, la détox émotionnelle peut passer par une thérapie ; il faut alors orienter le consultant vers le bon spécialiste. Charlotte Jacquet cite notamment les techniques suivantes :

  • Emotional Freedom Techniques (EFT), pour libérer les émotions.
  • Nettoyage Emotionnel Rapide des Traumatismes Inconscients (NERTI), pour lutter contre les phobies.
  • Technique d'Identification sensorielle des Peurs Inconscientes (TIPI), pour les peurs inconscientes.
  • Programmation neuro-linguistique (PNL), pour briser les croyances limitantes.
  • Communication non-violente (CNV), pour exprimer ce que l’on ressent et prendre du recul face à une relation toxique.
  • L’hypnose peut aussi aider à se libérer des kilos émotionnels.

Il n’y a donc pas de méthode miracle pour maigrir. La naturopathie s’adapte au profil de chacun, et propose plutôt un parcours à la carte. “On est tous uniques”, insiste la spécialiste. “Il faut donc trouver ce qui est bon pour soi, par rapport à son mode de vie, son parcours, ses émotions”.

Sources

Merci à Charlotte Jacquet, naturopathe, auteure de Naturopathie : mon année + healthy (éditions Eyrolles) et créatrice de la méthode d’accompagnement “La naturopathie au fil des saisons”.

mots-clés : Perdre du poids
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.