« Il n’existe pas d’aliment miracle », affirme d’entrée de jeu le Dr Laurence Plumey, médecin nutritionniste. « Difficile donc de dire que manger une pomme, en soi, peut éloigner le médecin. En revanche, ce fruit a son rôle à jouer dans le cadre d’une alimentation saine et diversifiée », assure-t-elle avant de préciser qu’il est recommandé de manger « trois à quatre fruits par jour ». Mais alors, quelles sont, au juste, les vertus de la pomme ?

Un fruit très peu calorique

« La pomme est ni trop peu sucrée ni trop sucrée », affirme le Dr Laurence Plumey. « Elle contient 12 % de sucres. C’est moins que la banane qui en contient 20 %, mais plus que les fruits rouges qui en contiennent 6 à 7 % ». L’avantage, c’est que ce fruit a un indice glycémique moyen. Lorsque l’on mange une pomme, le taux de sucre monte, mais pas trop rapidement.

Un excellent coupe-faim

« Ce fruit est généralement recommandé aux personnes qui sont en surpoids », précise le médecin nutritionniste. « Il a la faculté de calmer la faim, de rassasier durablement ». Lorsque l’on consomme une pomme, on prend le temps de mâcher. Cette action va déclencher le processus de satiété et donc « caler ».

« La pomme est un excellent régulateur d’appétit », ajoute-t-elle. Vous l’aurez compris, ce fruit est idéal en cas de fringales. « Manger une pomme permet, non seulement, d’avoir un goût sucré agréable en bouche, mais ça évite également de se jeter sur le repas du soir ». C’est ce qui en fait le parfait en-cas de l’après-midi.

Un aliment qui renforce le système digestif

« La pomme contient des vitamines B et C, du magnésium et du potassium », explique le Dr Laurence Plumey « mais ce qui est vraiment intéressant, c’est qu’elle est riche en fibres », à la fois solubles et insolubles. Les fibres solubles, contenues dans la pectine, préviennent les diarrhées tout en préservant la flore intestinale. Les fibres insolubles, de leur côté, stimulent le transit intestinal. Un juste équilibre nécessaire au bon fonctionnement du système digestif.

Idéal pour lutter contre le cholestérol

« La pectine permet de réduire très légèrement l’absorption de graisses dans l’organisme », indique le médecin nutritionniste. Consommer deux pommes par jour permet de faire un peu baisser le taux de mauvais cholestérol. En témoigne une étude parue dans The American Journal of Clinical Nutrition.

Des chercheurs de l’Université de Reading ont demandé à une quarantaine de patients atteints d’une légère hypercholestérolémoie de consommer deux pommes par jour pendant 8 semaines. Résultat : leur taux de cholestérol avait diminué de 4%. Un très léger bénéfice qui doit surtout cohabiter avec la lutte contre l’excès de graisses saturées et la perte de poids, si nécessaire.

Le Dr Laurence Plumey rappelle qu’il ne faut pas hésiter à varier les saveurs et les plaisirs. « Il existe plein de sortes de pommes, des sucrées, des acides. On peut les manger cuites, crues, au four ». Des cuissons qui ont chacune leur avantage…

Sources

Merci au Dr Laurence PLUMEY, médecin Nutritionniste et fondatrice d’EPM NUTRITION, École de NAPSO THERAPIE (Formation au Conseil en Nutrition – Activité Physique – Sommeil) 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.