Les médicaments coupe-faim interdits

Pour perdre du poids, certaines personnes se tournent vers des médicaments coupe-faim. Or, l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) a émis des réserves sur certains d’entre eux, jugés dangereux pour la santé. Le point sur les médicaments coupe-faim interdits.
Istock

Les médicaments coupe-faim détournés

Certains médicaments sont déviés de leur usage initial et utilisés pour leurs effets secondaires de coupe-faim. L’ANSM a ainsi pointé du doigt le Médiator® ou encore l’Epitomax® pour les dangers sanitaires qu’ils représentent.

Les médicaments coupe-faim aux effets secondaires néfastes

Certains médicaments coupe-faim ayant reçu initialement l’autorisation de mise sur le marché ont ensuite été interdits en raison d’effets secondaires nuisibles pour la santé qui avaient été sous-estimés: l'Hydroxycut® et la pilule Acomplia®, contenant du rimonabant, en font partie.

Les médicaments coupe-faim illégaux

Certains médicaments coupe-faim comprennent des substances illicites, car dangereuses pour la santé ou des éléments dont la consommation nécessite un suivi régulier par un médecin. Pour autant, ces médicaments coupe-faim sont vendus de façon illégale, notamment sur Internet. Parmi eux, on trouve les gélules Burning Fat® (marque Best Life), le Sibutral, le Venom Hyperdrive 3.0®, en raison de la sibutramine qu’ils recèlent. Mais aussi Fatloss Slimming®, 2 Day Diet® ou encore Japan Lingzhi 24 Hours Diet® par exemple.En raison des risques que peuvent représenter certains médicaments coupe-faim pour la santé, il convient de demander conseil à son médecin.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.