Sommaire

Le jeûne intermittent, qu’on appelle aussi “fasting” dans les pays anglo-saxons, consiste à ne rien manger pendant une période choisie. Il ne s’agit pas d’un régime, mais plutôt d’un mode d’alimentation, qui permet de revenir à un rythme plus naturel pour le corps.

Il existe plusieurs types de jeûne intermittent. Le plus répandu est le 16-8 : seize heures sans s’alimenter et une fenêtre de huit heures pour le faire. Les promesses du jeûne intermittent ? Une amélioration de la digestion, du sommeil, de l’aspect de la peau et – promesse de taille – une meilleure régulation du poids. Attention, la perte de poids n’est qu’un effet parmi tant d’autres du jeûne intermittent. Elle ne doit pas être la seule motivation si vous voulez que la magie du jeûne opère.

Vous avez décidé d’entamer un jeûne intermittent pour améliorer votre santé ? On ne peut que vous encourager ! Pour le démarrer dans les meilleures conditions possibles, Medisite vous livre 10 conseils provenant de personnes adeptes du fasting, sous l’œil avisé de Raphaël Gruman, nutritionniste et auteur de Je me soigne avec les mésonutriments (éd. Leduc.s).

1- Faites-vous suivre par un professionnel

C’est le B.A-BA si vous voulez démarrer le jeûne intermittent dans les meilleures conditions. Il ne faut pas oublier que, s’il est réputé pour être très simple à mener, il n’en reste pas moins un bouleversement pour le corps. En arrêtant de manger 16 heures par jour, on renonce très souvent à un repas. Cela peut être le petit déjeuner, le déjeuner ou encore le dîner. Or, il faut toutefois vous assurer que vous ne manquiez de rien et que les deux autres repas vous apportent tous les nutriments dont vous avez besoin. Pour cela, l’appel à un nutritionniste où à votre médecin sera préférable.

Les troubles du comportement alimentaires (TCA) et les carences sont des risques possibles du fasting si celui-ci n’est pas bien mené.

C’est l’occasion de préciser que la plupart des experts déconseillent le jeûne aux femmes enceintes et aux enfants. Le jeûne intermittent comporte également des contre-indications pour les personnes diabétiques, celles qui souffrent d’hyperthyroïdie, d’insuffisance hépatique et celles qui ont un IMC trop bas (>18).

Jeûne intermittent : le bon moment pour se peser et pour le débuter

2- Pesez-vous avant de commencer

Ça y est, le premier jour de votre jeûne intermittent a sonné. Avant toute chose pensez à vous peser.

Ensuite, passez sur la balance une fois par semaine. Cela vous permettra d’apprécier l’évolution de votre poids. Attention, il est important de surveiller votre IMC. Il s’agit de l’indice de masse corporelle. Un IMC inférieur à 18 est synonyme de maigreur. Vous encourrez alors des risques pour votre santé.

Les pesées ne doivent toutefois pas devenir une obsession. En outre, monter sur la balance après un weekend festif ou un gros repas ne sera pas représentatif. L’idéal est de se peser le matin pour constater un résultat le plus proche de la réalité possible.

3- Choisissez le bon moment pour débuter le jeûne intermittent

Ce choix sera décisif sur le succès du jeûne intermittent. Il est essentiel de le démarrer au bon moment. Un moment où vous êtes décidé et bien dans votre tête. On ne débute pas un jeûne intermittent pour faire plaisir à un conjoint ou pour suivre une copine. Le choix doit être personnel. Et si vous traversez des moments difficiles, une phase stressante, un changement de travail, une dépression… Attendez peut-être de vous sentir mieux avant de commencer un jeûne intermittent. Le démarrer dans de mauvaises conditions peut conduire à l’échec.

Évitez aussi de démarrer le jeûne intermittent pendant votre semaine de vacances ou au mois de décembre. Vous privez des fêtes et dîners pendant que vos proches s’amusent risquent de provoquer de la frustration.

4- Respectez scrupuleusement les horaires pour manger au début

Pour porter ses fruits, un jeûne intermittent ne doit pas être trop figé. L’idée est de l’intégrer à votre vie sociale et familiale. Toutefois, les premières semaines, assurez de respecter scrupuleusement les horaires de jeûne que vous vous êtes fixées. Si vous avez décidé de jeûner le soir, évitez les écarts au début. Au moins le premier mois, il est important de vous tenir à vos règles. Cela vous permettra de ressentir rapidement les bienfaits du jeûne intermittent et surtout de bien être sûre qu’il est fait pour vous.

"Généralement je conseille à mes patients de suivre le jeûne intermittent à raison de 5 jours par semaine et de conserver 2 jours (le week-end notamment) sans jeûne. Cela permet de se faire plaisir, de sortir sans contrainte mais aussi de permettre au corps de ne pas restocker trop vite à la reprise d’une alimentation plus classique", propose Raphaël Gruman.

À terme, ne vous laissez pas submerger. Le jeûne intermittent peut être suivi régulièrement sans pour autant être un frein à votre vie sociale. Vous êtes invité au restaurant un soir ? Régalez-vous sans culpabiliser. Vous jeûnerez mieux le lendemain.

Jeûne intermittent : ce qu’il faut faire pour éviter la frustration

5- Mangez à votre faim lors des horaires "autorisées"

En dehors des horaires de jeûne, il est important de manger à votre faim. Cela vous permettra de tenir jusqu’au lendemain sans craquage. Et surtout, cela vous évitera de ressentir la frustration, qui peut être fatale au bon déroulé du jeûne intermittent. On rappelle que le jeûne intermittent n’est pas un régime. Il ne doit pas impliquer de restrictions alimentaires. Il s’agit d’un autre mode d’alimentation qui permet de revenir à un rythme plus naturel pour le corps.

6- Faites-vous plaisir avec des repas que vous aimez

Vous avez supprimé un repas, alors assurez-vous que les deux autres soient composés de menus que vous appréciez (à condition de garder une alimentation équilibrée). Vous mangerez peut-être moins qu’avant, mais vous aurez davantage plaisir à manger. Et vous constaterez rapidement que en jeûnant 16 heures par jour, vous aurez tendance à redécouvrir le goût des aliments et à apprécier davantage vos repas.

7- Hydratez-vous

Si on renonce à s’alimenter 16 heures par jour avec le jeûne intermittent, pas question d’oublier de s’hydrater. Les boissons sont permises pendant les heures de jeûne. Attention, il ne s’agit pas de boire n’importe quoi. Misez sur les tisanes, le thé, les jus de citron pressés ou de légumes sans additif… et l’eau bien sûr ! Il est d’ailleurs recommandé de bien s’hydrater pendant les heures de jeûne.

Oubliez les jus de fruits, soda, boissons alcoolisées et toutes autres breuvages achetés dans le commerce durant les heures de jeûne. Pourvues d’additifs et de sucre, ces boissons risquent d’anéantir complètement les efforts de votre jeûne.

8- Évitez les aliments transformés

Ce n’est pas parce que vous réussissez à jeûner 16 heures par jour que vous pouvez vous permettre de mal manger le reste du temps. C’est même fortement décommandé de débuter un jeûne intermittent si vous n’avez pas une alimentation équilibrée.

Une personne qui pratique le jeûne intermittent et qui consomme des pizzas, des sodas et des hamburgers régulièrement court un grand danger. La perte de poids sera là à cause de la carence d’énergie qu’implique le jeûne. Mais la personne donne alors des ‘mauvaises choses’ à son corps : ces mauvais nutriments et graisses nocives favorisent le cancer et les maladies cardiovasculaires. Et il se trouve qu’une personne qui a une mauvaise alimentation et qui pratique le jeûne s’expose à ces dangers encore plus rapidement qu’une personne qui ne jeûne pas !

C’est normal : pendant les heures de carences induites par le jeûne, votre corps puisera dans ses réserves et se nourrira directement de ces mauvaises choses. Si vous mangez mal, le jeûne peut donc être très dangereux et prendre des proportions dramatiques. Dans ce cas de figure, il faut d’abord repenser son alimentation au quotidien avant d’envisager un jeûne intermittent.

Ne vous laissez pas décourager par les autres

9- Ne le faites pas dans un unique but de mincir

La perte de poids ne doit pas être pas la motivation première d’un jeûne intermittent. Il doit être suivi dans une volonté de prendre soin de sa santé de façon générale, et pas uniquement pour être mince. D’ailleurs, la minceur n’est rien d’autre qu’un effet parmi tant d’autres du jeûne. Si la perte de poids est votre première motivation, vous aurez tendance à mener le jeûne intermittent de façon trop stricte.

Cela ressemblera donc à un régime restrictif, ce qui est contre-productif puisque vous risquez de reprendre le poids perdu au moment du ‘craquage’.

10- Ne vous laissez pas décourager par les autres

Vous n’y échapperez pas. Votre jeûne intermittent suscitera sans doute des critiques ou des avis (que vous n’avez pas demandé). Un conseil : ne vous laissez pas décourager par la cousine de votre père qui clame que "pour être en bonne santé il faut manger trois fois par jour", ou encore par votre voisin qui est persuadé que "vous ne tiendrez pas plus de deux jours".

Étonnamment, vous vous rendrez compte que ce sont toujours les personnes qui n’ont pas la moindre connaissance en médecine qui donnent le plus de leçons. Or, ils n’en savent rien. Sachez que chaque patient est différent. Si vous avez des questions ou des doutes, c’est à votre médecin ou à votre nutritionniste qu’il faut en parler.

Si vous êtes bien suivi et si vous menez le jeûne pour de bonnes raisons, vous avez toutes les chances qu’il tienne toutes ses promesses !

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Sources

Merci à Raphaël Gruman, nutritionniste

mots-clés : Perdre du poids
Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.