Sommaire

Entre Noël et la Saint-Sylvestre, le début de la période hivernale rime avec abondance, ainsi que repas festifs souvent riches en sucres, graisses et alcool. Pour préparer au mieux son foie et son système digestif, quelques conseils de bon sens sont de mise avant les Jours J, pendant et la semaine qui suit les Agapes. Mode d’emploi de survie… alimentaire !

Noël, nouvel an : veiller à son alimentation les jours qui précèdent

En amont de ces temps conviviaux et riches en mets copieux, mieux vaut veiller à ne pas manger trop gras, ni trop sucré, les jours qui précèdent Noël et le Nouvel An, conseille Arnaud Cocaul. La vigilance est notamment de mise sur les boissons sucrées de type sodas, jus de fruits et alcool. Gare aussi aux charcuteries et fritures ! On préférera les légumes verts, en particulier les crucifères (choux, brocolis, épinards…) et les viandes blanches ou les poissons accompagnés de féculents (légumineuses, pâtes ou riz complet…) plutôt que les plats en sauce, les fromages, gâteaux et pâtisseries.

Le nutritionniste conseille enfin de pondérer le sel pour ne pas risquer la rétention d’eau. "Les épices sont une bonne alternative". On peut ainsi parfumer un plat avec quelques brins de persil ou de la ciboulette, de coriandre ou de cerfeuil, riches en vitamines et antioxydants. Mieux vaut enfin limiter les exhausteurs de goût comme l’huile ou le beurre pour privilégier plutôt des cuissons vapeur de type wok ou à haute température très brève, moins grasses et qui préservent davantage vitamines et nutriments.

Le jeûne, une pratique qui n’est pas nécessaire avant les fêtes

La tradition byzantine, orthodoxe et catholique pratiquait, jadis, le jeûne de la nativité. Pour anticiper les écarts à venir, certains s’adonnent encore aujourd’hui à cette privation de nourriture solide allant de 24 heures à quelques jours. Le jeûne est même aujourd’hui très tendance et souvent vanté pour préparer son système digestif et détoxifier son foie avant et/ou après des repas trop copieux. Le Dr Cocaul reste néanmoins prudent sur la pratique. "Elle ne s’adresse pas à tout le monde. On risque par ailleurs d’avoir des compulsions alimentaires et à davantage grignoter des mets sucrés ou gras au sortir d’un jeûne". Mieux vaut ne pas passer d’un excès à l’autre, sachant que l’organisme déteste les déséquilibres.

Repas de fêtes : une bonne hydratation est la clé

Boire suffisamment, au moins 1,5 litre d’eau minérale et/ou pétillante, quotidiennement est la base, plus encore la veille des jours de fête et pendant les repas festifs. Une bonne hydratation permet d’éviter les maux de tête et améliore le transit intestinal en cas de constipation notamment.

L’eau, mais également les potages, bouillons ou tisanes de plantes sont à privilégier, plus particulièrement en hiver et par temps froid. Soupe à l’artichaut, aux choux ou velouté de poireaux pommes de terre… ravivent les papilles et rassasient facilement. Pourquoi ne pas proposer une soupe festive en entrée des repas de Noël ou du Nouvel An ? Faciles et rapides à préparer, à base de châtaigne, potimarron ou Saint-Jacques, elles régaleront les convives !

Respecter les saisons même pour le repas de noël

La préparation des repas festifs commence aussi et surtout à l’heure des courses ! "D’une façon générale, il est recommandé, pour une alimentation saine, de ne pas consommer des produits qui viennent de l’autre bout du monde", précise Arnaud Cocaul. "Le risque est d’ingérer des pesticides et agents de conservation qui vont envahir l’organisme et donner davantage de travail au foie, un organe qui remplit la fonction de centre d’épuration". Même si le choix des fruits et légumes est plutôt restreint en décembre et qu’il y a moins de couleurs dans l’assiette, manger de saison est la clé. Plutôt que des dattes, mangues ou litchis pour le dessert de Noël, on préfèrera des clémentines et oranges riches en vitamines C, accommodées, par exemple, de fruits secs. Même conseil pour les légumes. Poireaux, endives et potimarron ou châtaignes valent mieux que tomates et courgettes insipides.

Éviter les plats industriels pendant les fêtes

À l’heure des recettes, le choix des ingrédients pour les repas de fin d’année compte beaucoup. "Les produits manufacturés contiennent des agents de conservation, des surplus de graisses et de sucres ajoutés, ainsi que des liants ou agents de texture et conservateurs chimiques", met en garde le nutritionniste. Toutes ces substances sont néfastes pour le foie et l’organisme en général. Que ce soit avant les fêtes, mais aussi pendant, mieux vaut toujours privilégier le fait maison et éviter l’industrialisation des produits consommés. "Entre un petit commerce de proximité et les grandes surfaces, le choix est vite fait", précise Arnaud Cocaul. Une bûche du pâtissier ou confectionnée soi-même, sera de meilleure qualité nutritive que celle achetée en grande distribution. "Sans compter que le goût ne sera déjà pas le même et que les convives en mangeront sans doute moins". Le confinement a réinstauré la tendance à cuisiner. Pour ces fêtes de fin d’année, poursuivons sur cette bonne lancée.

Manger lentement et dans des portions raisonnées

La semaine de Noël est arrivée et les réveillons s'enchaînent… attention aux excès ! "Pendant les repas festifs, être pondéré dans le choix alimentaire est la base", recommande Arnaud Cocaul. "Ce n’est pas parce que ce sont les fêtes ou les vacances qu’il faut faire une orgie. Avoir du bon sens et pas être dans un comportement incontrôlable priment". Les extrêmes mettent à mal l’organisme. Mieux vaut pour cela se comporter en gourmet plus qu’en gourmand. Moins, mais mieux ! Et cela commence dès l’apéritif. On peut conseiller de boire un grand verre d’eau avant de passer à table ou de ne pas arriver le ventre vide. Faites-vous ensuite servir de petites portions en goûtant de tout, quitte à vous resservir modérément. Enfin, n’oubliez pas de mâcher lentement et de mastiquer, pour être rassasié plus vite et faciliter le travail de la digestion.

Privilégiez les fruits de mer

"Les huîtres sont nos amies, pour ceux qui les tolèrent bien ! » précise Arnaud Cocaul. Riches en oligo-éléments, vitamines, sels minéraux et protéines, les fruits de mer sont des nutriments précieux pour l’organisme. Saumon fumé, homard ou langoustines… les produits de la mer ont l’avantage de ne pas faire grossir, puisqu’ils contiennent peu de matières grasses, et à condition de ne pas les accompagner de pain et mayonnaise. Un menu rassasiant et festif, néanmoins déconseillé aux femmes enceintes.

Attention à l’accompagnement… et au dessert !

C’est souvent lui qui pose problème. Si le menu type comporte foie gras en entrée et dinde truffée aux marrons en plat principal, mieux vaut l'accompagner de légumes plutôt que de frites ou de pommes de terre. "Rassasiants, riches en vitamines, fibres et en eau, les légumes purgent l’organisme des toxines accumulées", précise Arnaud Cocaul. On préférera les légumes cuits ou en vapeur aux crudités, car l’hiver, il est plus aisé de manger chaud. "Assimiler du froid lorsqu’il y a une différence de température dans les cellules, peut faire décompenser les calories, ce qui n’est pas une bonne chose".

Finissez le repas sur une note fruitée, conseille le nutritionniste, surtout s’il y a eu auparavant un plateau de fromage. "Les convives seront contents et ne sortiront pas de table le ventre trop lourd".

En cas d'écart…

Pour récupérer après un lendemain de fête trop copieux et/ou arrosé, il faut manger plus « light », davantage de légumes avec un mode de cuisson vapeur accompagné de volaille ou poissons maigres, voire de légumineuses. Rien de tel que deux ou trois jours végétariens dans la semaine qui suit, sans consommation de produits gras pour laisser au foie un temps de repos. Conseil ultime propice à une meilleure digestion, s’aérer au maximum en pratiquant une bonne marche et se coucher tôt !

> Comparez les mutuelles et augmentez le nombre de séances avec un nutritionniste !

Sources

Merci au Dr Arnaud Cocaul

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.