Sommaire

Obésité : les risques pour la santé

L’obésité est la cinquième cause de mortalité au monde et les chiffres ne cessent d’augmenter. Début mai, l’Organisation mondiale de la santé a lancé un signal d’alerte sur sa propagation en Europe, considérant l’obésité comme une situation “épidémique” sur le vieux continent.

Surpoids et obésité sont liés à une hausse des risques cardiovasculaires

“Le surpoids et l'obésité ont atteint des proportions épidémiques en Europe”, explique l’OMS dans son dernier rapport. La région est à présent la deuxième la plus touchée au monde, après l’Amérique. Selon les données recueillies, près d’un quart des européens sont obèses. Et plus spécifiquement, six adultes sur dix et près d’un enfant sur trois sont atteints de surpoids ou d’obésité. La prévalence est plus élevée chez les hommes (63%) que chez les femmes (54%).

Des chiffres alarmants, sachant que l’obésité est liée à une augmentation de nombreuses pathologies et notamment le diabète de type 2, les maladies cardiovasculaires ou encore les cancers. “L’obésité est considérée comme l’une des causes d’au moins 13 types de cancer et est probablement directement responsable d’au moins 200 000 nouveaux cas de cancer par an dans la région, un chiffre qui devrait encore augmenter dans les prochaines années.”, détaille l’OMS.

Régime minceur : attention à l’effet yoyo

Réussir à perdre du poids est donc important pour préserver sa santé… À condition de maintenir cette perte dans la durée et de ne pas entrer dans le cercle vicieux de l’effet yoyo. En effet, une récente étude américaine a montré que les variations de poids trop importantes et rapides provoquées par une réduction puis une augmentation de l’apport en calories, augmentaient les risques de développer des maladies cardiaques, rénales et du diabète. “Les régimes amaigrissants doivent tenir compte de la santé à long terme, surtout si une perte de poids rapide est envisagée”, a analysé Aline de Souza, auteure principale de l’étude.

Pour vous aider dans votre parcours de perte de poids, la rédaction a décidé de partir à la rencontre de femmes qui ont réussi leur régime. Plus que des astuces pour maigrir, elles nous livrent des témoignages sur leurs nouveaux modes de vie.

Françoise a perdu 13 kg en 1 an

Françoise a plusieurs fois subi l’effet yoyo dans sa vie. “De 14 à 18 ans, j’étais devenue ronde à cette période… Puis quand je me suis mariée et que j’ai eu deux enfants, je n’ai plus rencontré de problèmes de poids.” Néanmoins, la mère de famille explique avoir fait deux dépressions qui lui ont fait perdre jusqu’à 10 kg à chaque fois, poids qu’elle reprenait ensuite “quand tout allait mieux”.

Mais passé la soixantaine, un événement bouleverse son quotidien. “A 64 ans, suite au déménagement de notre fille de 40 ans qui avait toujours vécu à côté de chez nous, j’étais triste et stressée… Alors j’ai compensé par des aliments sucrés.” Françoise a pris une dizaine de kilos en cinq ans. En voyant son corps, le déclic s’est produit. “J’en été arrivée à porter du 44 pour 1,50 m”.

“Attention aux sucres cachés”

“J’ai décidé de dire stop et de consommer tous les aliments qui ne servaient qu’à me reconforter.” Brioches, pâtisseries, jus d’orange… La sexagénaire a tout arrêté. “J’ai perdu plus que ce que j’avais pris, soit 13 kg en 1 an seulement.” A 69 ans, elle tente de maintenir son poids et conseille de faire “attention aux sucres cachés” présents dans de nombreux aliments du quotidien. “Et bougez ! Pour perdre, il faut se dépenser”, ajoute-t-elle.

Iryna s’est délestée de 54 kg en 19 mois

Iryna a démarré un régime à 33 ans, après un lourd traitement par hormonothérapie. A l’époque, elle pesait 129 kg.

“Ce n’est pas un régime, mais un mode de vie”

Cette femme qui n’avait jamais fait de régime de toute sa vie a décidé de prendre les choses en mains en changeant ses habitudes sur le long terme. “Ce n'est pas un régime, mais un mode de vie”, avance-t-elle. “J’ai arrêté de manger après 18 heures, je vais nager deux fois par semaine à la piscine, j’ai arrêté de consommer du pain blanc et je fais un massage complet du corps toutes les semaines.” Avec cette méthode, Iryna a perdu 54 kg en 19 mois. Elle pèse aujourd’hui 75 kg et explique que “ce nouveau mode de vie me convient, je n’y changerai rien”.

Une perte de 11 kg en 1 an pour Béatrice

Béatrice a entamé un régime à l’âge de 52 ans, alors qu’elle pesait 71 kg, “avec l’aide d’une diététicienne qui me recevait toutes les semaines”. C’était la première fois qu’elle suivait un rééquilibrage alimentaire à l’aide d’une professionnelle de santé. Ce régime était accompagné de compléments alimentaires à base de plantes.

“Il faut s’octroyer un ou deux plaisirs par semaine”

Un an après le début du régime, elle pesait 60 kg, et affichait ainsi une perte de 11 kg. “La période de stabilisation est la plus difficile. Le conseil que je peux donner est d’avoir une alimentation équilibrée et de s’octroyer un ou deux plaisirs par semaine (jamais plus de quatre), tout en ayant une activité physique régulière”, confie-t-elle.

Emmanuelle a perdu 15 kg en moins d’1 an

Emmanuelle a commencé le jeûne intermittent à 26 ans car elle souffrait de nombreux troubles digestifs. “J’avais mal au foie très souvent après un simple excès ou après un repas et j’étais régulièrement très malade. Alors j’ai pensé que pratiquer le jeûne intermittent pourrait m’aider. Et si dans la foulée, je pouvais me débarrasser de quelques kilos, j'étais partante aussi.”

“Il faut trouver le mode d’alimentation qui nous convient”

A l'époque, la jeune femme pesait environ 65 kg et n’avait jamais fait de régime de sa vie. Elle a décidé de faire la méthode de jeûne 16/8, qui consiste à s’alimenter 8 heures par jour puis à jeûner pendant 16 heures, afin de laisser l’organisme au repos. “C’est un équilibre qui me convient et selon moi, c’est ça la clé de la réussite : si on veut maigrir durablement, il faut trouver le mode d’alimentation qui nous convient afin de le garder sur le long terme.”

Aujourd’hui, Emmanuelle pèse 49 kg. “J’ai perdu 18 cm de hanche et ma taille s'est énormément affinée. En pantalon, je suis passée du 38 au 34.” Si le jeûne intermittent a été un succès, c’est aussi parce qu’elle continue à se faire plaisir. “L'autre clé pour maigrir a été d'éviter la frustration : si je jeûne la plupart des soirs, je ne refuse jamais une invitation à dîner pour autant. Je mène le jeûne intermittent très régulièrement, donc si pendant un weekend je fais des ‘écarts’, il n’y aura aucun impact sur ma ligne. C’est même bénéfique : il est important pour moi de me faire plaisir et de profiter de la vie... Une fois les écarts passés, c'est mon corps lui-même qui réclame le jeûne. J’ai enfin trouvé mon équilibre”.

- 46 kg en 2 ans pour Margaux

Margaux a commencé son rééquilibrage alimentaire à 29 ans, alors qu’elle pesait 116 kilos. “J’avais déjà tenté plusieurs régimes auparavant, notamment le programme Dukan grâce auquel j’avais perdu 15 kg, mais je les avais très vite repris.” Le régime Dukan est en effet décrié par de nombreux spécialistes aujourd’hui, non seulement parce qu’il provoque un effet yoyo mais aussi parce que sur le long terme, il peut être très néfaste pour la santé.

“Il faut attendre le déclic”

Après plusieurs mois de réflexion, la jeune femme décide de s’inscrire au programme Weight Watchers ( WW), une méthode d’amaigrissement basée sur un système de points. “Le conseil est d’attendre le déclic. Ma volonté a été ma fille. Je voulais devenir une belle maman aux yeux de ma fille. Une maman tonique auprès de ma fille.” Neuf mois après le début du régime, la mère de famille avait déjà perdu 46 kilos. Une perte de poids certes très rapide, mais qu’elle arrive à maintenir aujourd’hui. “Je suis stable depuis 2 ans et demi maintenant.

> Comparez les mutuelles et augmentez le nombre de séances avec un nutritionniste !

Sources

Merci à ces cinq femmes pour leur témoignage. 

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.