Sommaire

Saviez-vous que les taux de cholestérol font un pic le soir du réveillon ? Ce constat amer provient d'une étude danoise, publiée le 29 décembre 2018. Selon les chercheurs, le risque de voir votre taux de mauvais cholestérol augmenter serait six fois plus élevé à Noël. En moyenne, il augmenterait de 20% ! Constat alarmant lorsque l’on sait qu’un cholestérol en excès, surtout lorsqu’il est dense et oxydé, augmente le risque d'infarctus.

En clair, la prise de poids n’est pas le seul désagrément auquel vous vous exposez lors des fêtes de fin d’année.

En réalité, tout est question des produits que vous mettrez au menu. Certains aliments populaires du réveillon sont, sans grande surprise, être les pires ennemis de votre santé, alors que d’autres peuvent limiter les dégâts.

Apéritif : privilégiez les croquants de légumes, le saumon et les rillettes de poissons gras

L’apéritif est "le moment le plus dur", explique au micro d’Europe 1 le médecin nutritionniste Patrick Serog. Selon lui, la plupart vont se laisser par les noix de cajou, de Pécan et autres pistaches, qui contiennent 50 % de matières grasses.

"Quand vous prenez une poignée de cacahuètes, vous vous êtes déjà mis dans le ventre pratiquement deux cuillères à soupe d’huile", avertit le Dr Serog.

De son côté la nutritionniste, Véronique Liesse, interviewée par Medisite, met en garde contre les chips et blinis qui élèvent la glycémie.

"Tout comme les petits toasts, tartines ou crackers, ils élèvent la glycémie, le taux de cholestérol et favorisent le surpoids", explique l’experte.

Véronique Liesse et Patrick Serog s’accordent donc à dire qu’il vaut mieux miser sur des légumes croquants, comme des bâtonnets de concombre ou des petits morceaux de saumon.

"Pour l’apéritif, tournez-vous vers les croquants de légumes, trop souvent oubliés, suggère Véronique Liesse. Pour remplacer le pain et les blinis, notamment. Au lieu de mettre votre saumon ou crevette sur un toast, mettez-le sur une feuille d’endive ou un cracker complet très riche en graines. L’idée est de modifier le support pour rendre l’apéro moins hyperglycémiant. En outre, privilégiez le houmous, les rillettes de poissons ou les olives. Ils vous apporteront du bon gras".

Entrée : cap sur les huitres !

Entrée : cap sur les huitres !

Véronique Liesse et Patrick Serog sont unanimes sur la question du foie gras. Il est à consommer avec modération à cause des graisses saturées qu’il renferme. Quant au saumon fumé, n’oubliez pas qu’il contient des molécules toxiques générées par les techniques de fumage industrielles. Or, quelle est l’entrée le moins nocive dans ce cas ?

Les huitres apportent du fer

Selon le Dr Serog, il est recommandé de miser sur les fruits de mer en guise d’entrée. Ces derniers auront un impact moindre sur la balance. "Hormis les grosses huîtres qui sont un peu grasses, vous pouvez lâcher prise avec les bulots et les crevettes. On peut en manger à volonté mais on est très vite rassasié car ils sont assez riches en protéines", résume le spécialiste.

"Elles [les huitres, ndlr] apportent du fer, presque trois fois plus que la viande rouge, nécessaire à la formation de vos globules rouges, partage de son côté Véronique Liesse. Et surtout, elles cumulent les vitamines et minéraux".

En outre, les huitres regorgent de vitamine A, B, magnésium et zinc… ce qui favorise l’entretien cardiovasculaire.

Plat : la dinde, une viande maigre, riche en vitamines et minéraux

Plat : la dinde, une viande maigre, riche en vitamines et minéraux

Parmi les plats de Noël, ce qui tue, ce sont les viandes en sauce, met en garde Véronique Liesse. Ce ne sont pas les viandes qui posent problème, mais les sauces et crèmes souvent hypercaloriques et la façon dont elles sont préparées.

"C’est surtout la façon de cuisiner qui fera la différence"

Le Dr Serog et Véronique Lisse assurent tous les deux que la dinde est un bon choix (à condition qu’elle n’est pas farcie). La chair est maigre et riche en vitamines et minéraux (phosphore, fer, zinc, vitamine B3, B5, B6 et B12). La dinde est donc très riche en nutriments.

"C’est surtout la façon de cuisiner qui fera la différence, estime Véronique Liesse. Je dis "oui" pour la dinde et le gibier… à condition de préparer une farce nutritionnellement intéressante et de ne pas les tremper dans la crème. Du côté des viandes maigres, j’aurai aussi tendance à privilégier le chapon, sauf si vous mangez la peau qui est riche en acides arachidoniques [un acide gras très inflammatoire, ndlr]".

Par ailleurs, le confit de canard a aussi sa place pendant les fêtes. "Le canard est un aliment santé, poursuit Véronique Liesse. Certes, gras, mais doté de bon gras, qui ne va pas élever le cholestérol, au contraire.

Les fromages de brebis ou de chèvre pour moins stocker

Les fromages de brebis ou de chèvre pour moins stocker

"Il y a des fromages qui sont plus gras que d’autres. On va éviter le Bria savarin, qui est particulièrement gras", prévient Véronique Liesse.

"Au contraire, les fromages au lait cru nous apportent des bonnes bactéries. Les fromages de brebis ou de chèvre contiennent des graisses qu’on va un peu moins stocker. Et le lait cru reste un critère de qualité".

Fromage : l’erreur qui élève la glycémie

"C’est dans les mœurs de déguster le fromage avec le pain, relève Véronique Liesse. Comme dit précédemment, cette mauvaise habitude hausse la glycémie. Vous pouvez donc tout aussi bien choisir de consommer votre fromage avec un peu de salade".

Par ailleurs, il faut garder à l’esprit que les fromages à pâte dure sont aussi ceux qui favorisent la prise de poids. "Ce sont les plus caloriques", alerte la nutritionniste.

Dessert : la bûche glacée au sorbet, le meilleur choix

Dessert : la bûche glacée au sorbet, le meilleur choix

Dessert de Noël incontournable, la bûche s’avère être le met le plus calorique des fêtes de fin d’année. Selon le Dr Serog, Il n’y a pas d’astuce miracle - à part ne pas en prendre. Or, selon Raphaël Gruman, nutritionniste et auteur, il y a bien une bûche qui permet de limiter les dégâts pour votre ligne.

"On s’en sort mieux pour finir le repas"

Oubliez les bûches pâtissières ! "Elles sont préparées avec une crème au beurre et sont particulièrement riches en sucre, prévient Raphaël Gruman. À cela s’ajoute le chocolat qui est rarement du chocolat noir à 70% de cacao donc relativement sucré également".

En revanche, le nutritionniste conseille de miser sur une bûche glacée au sorbet.

"C’est la bûche à privilégier, estime Raphaël Gruman. Les sorbets ne contiennent pas de crème contrairement aux glaces. De plus, la bûche glacée aux sorbets se consomme sans coulis donc on s’en sort mieux pour finir le repas. Enfin, le côté léger de cette bûche permet de terminer sur une note de fraîcheur qui peut être appréciable en fin de repas calorique et gras".

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Sources

Merci à Raphaël Gruman, nutritionniste et auteur de La bible de la Ménopause (éd. Leduc.S)

Merci à Véronique Liesse, diététicienne nutritionniste, auteure de Hormones arrêtez de vous gâcher la vie, éd. Leduc.s et Les erreurs qui vous empêchent de maigrir, éd. Alpen, interviewée en décembre 2019

Le menu de Noël idéal pour allier "le plaisir des fêtes et la ligne", Europe 1, 21 décembre 2020

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.