Réveillon de Noël : les plats qui augmentent vos risques d’infarctus

Certifié par nos experts médicaux MedisiteLes taux de cholestérol exploseraient de 20% lors des festivités de fin d’année. Et pour cause, Noël rime souvent avec excès alimentaires. Foie gras, saumon fumé, bûche glacée ou encore chocolat, ils envahissent les tables du réveillon. Voici ceux qu’il vaut mieux éviter…si vous ne voulez pas entamer 2020 avec un infarctus.
Réveillon de Noël : les plats qui augmentent vos risques d’infarctusIstock
Sommaire

Selon une étude danoise, publiée le 29 décembre 2018, les conséquences des fêtes de fin d’année sur la santé ne sont plus à prouver. Le risque de voir son taux de mauvais cholestérol augmenter est six fois plus élevé durant cette période. En moyenne, il augmenterait de 20%, selon des chercheurs.

Constat alarmant lorsque l’on sait qu’un cholestérol en excès, surtout lorsqu’il est dense et oxydé, augmente le risque d'infarctus. Un taux élevé de mauvais cholestérol conduit les artères à s’encrasser. Ce phénomène va provoquer un rétrecissement des artères, et peut ainsi provoquer la crise cardiaque (ou accident vasculaire cérébral).

"Sur 100% de votre cholestérol, vous avez 25% qui provient directement de l’alimentation d’origine animale (viande, œuf, fromage…) et 75 % que vous fabriquez, nous explique Véronique Liesse, diététicienne-nutritionniste et auteure (Les erreurs qui vous empêchent de maigrir éd. Alpen, Hormones arrêtez de vous gâcher la vie, éd. Leduc.s). En fait, c’est à partir des glucides et lipides (sucres et corps gras) que vous le fabriquez. Ce sont tous les aliments hyperglycémiants (à index glycémique élevé, riches en glucides, ndlr) qui font monter le taux de mauvais cholestérol. Donc, fatalement, pendant les fêtes, il explose à cause de vos excès alimentaires".

En effet, qu’il s’agisse du diabète, de l’hypertension ou d’une dyslipidémie (élévation du cholestérol), ces pathologies ont tendance à s’aggraver durant la période de Noël. Heureusement, il est possible de limiter les dégâts. La nutritionniste nous dresse un tour d’horizon des plats de Noël les plus populaires et nous dit lesquels éviter (ou limiter !).

Apéritif : charcuterie, chips, blinis explosent le cholestérol

Les vrais pièges, ça commence par l’apéro, paraît-il. "On a tendance à faire des apéritifs gargantuesques. Avec des aliments qui élèvent la glycémie de façon rapide et excessive,, estime Véronique Liesse. De manière générale, nous avons tous une alimentation hyperglycémiante. Mais l’apéritif l’est particulièrement. Il augmente la glycémie, donc l’insuline et le cholestérol, et favorise la prise de poids".

Charcuterie : hypertendus abstenez-vous !

Non seulement la charcuterie est particulièrement grasse, mais en plus elle s’avère très salée. Or, les personnes qui ingèrent du sodium (sel) en excès s’exposent à l’hypertension, l’infarctus ou à certains cancers. Sachez qu’une part de charcuterie (30 g de saucisson sec) apporte entre 2 et 3 g de sel. "Si vous mangez beaucoup de charcuteries, vous mangez fatalement beaucoup trop de sel, prévient Véronique Liesse. En cas d’hypertension, il faudra impérativement réduire votre consommation".

Et comme si cela ne suffisait pas, 100 g de charcuterie contiendrait 17 g de lipides (dont 5,7 d’acides gras saturés). Résultat : votre cholestérol monte en flèche.

Chips et blinis : ils élèvent la glycémie

Chips, blinis ou encore petits fours en pâte feuilletée… Ce ne sont que des aliments hyperglycémiants. "Tout comme les petits toasts, tartines ou crackers, énoncent la nutritionniste. Ils élèvent la glycémie, le taux de cholestérol et favorisent le surpoids".

À partir d’une certaine quantité, ces apéritifs, qui s’avèrent élever l’insuline, sont pro inflammatoires. "Ils vont avoir un impact néfaste sur la santé, poursuit Véronique Liesse. On évite donc les blinis, mais aussi les pains aux céréales pour leur charge glycémique. Si on peut mettre les mets sur autre chose que du pain, c’est mieux. En outre, les blinis sont ultra transformés".

Enfin, la spécialiste nous conseille de nous méfier de certaines marques de pain qui proposent des versions complètes, comme Harris ou Jacquet. "Elles sont tout aussi molles et hyperglycémiante".

Houmous, rillettes de poisson gras et olive : les produits à privilégier

"Pour l’apéritif, tournez-vous vers les croquants de légumes, trop souvent oubliés, suggèrent Véronique Liesse. Pour remplacer le pain et les blinis notamment. Au lieu de mettre votre saumon ou crevette sur un toast, mettez-le sur une feuille d’endive ou un cracker complet très riche en graines ; L’idée est de modifier le support pour rendre l’apéro moins hyperglycémiant".

En outre, privilégiez le houmous, les rillettes de poissons ou les olives. Ils vous apporteront du bon gras.

Obtenez votre bilan minceur gratuit !

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

mots-clés : Diabète
Source(s):

Merci à Véronique Liesse, diététicienne nutritionniste, auteure de Hormones arrêtez de vous gâcher la vie, éd. Leduc.s et Les erreurs qui vous empêchent de maigrir, éd. Alpen, interviewée en décembre 2019

Amour Food, Martine Fallon, Martine Fallon éditions

Distinguer les bons des mauvais gras, Fédération Française de Cardiologie