Comment se débarrasser de son addiction au sucre ?

Certifié par nos experts médicaux MedisiteBiscuits, jus de fruits, sauces, bonbons, plats cuisinés… Si les aliments sucrés sont réconfortants, ils peuvent devenir de véritables drogues au quotidien. Alors, comment les repérer ? Et surtout, comment faire pour s’en débarrasser ? Alexandra Murcier, diététicienne nutritionniste, vous explique comment déceler une dépendance et comment vous en libérer.
Sommaire

Différencier les bons sucres des mauvais sucres

Quand on parle “d'addiction au sucre”, cela se traduit par un besoin de sucres dits “rapides”, c’est-à-dire des glucides simples qui ont une saveur sucrée et sont présents dans l'alimentation sous forme de glucose (fructose contenu dans les fruits, miel, sucre, etc.)

Ils peuvent être naturels (dans les fruits ou le miel, par exemple) ou raffinés, c’est-à-dire transformés (contenus dans le soda, les plats industriels, les pâtisseries...). Si les premiers sont indispensables à l'organisme, les seconds perdent tout intérêt nutritif lors de la transformation industrielle et conduisent, lorsque l’on en consomme trop, à de l’obésité.

Ces sucres rapides sont différents des sucres lents contenus dans les céréales, les légumineuses, le riz ou encore le pain, dont le corps a besoin pour être en forme. Ce sont des glucides complexes, qui eux, n’ont pas de saveur sucrée et n’engendrent donc pas d’addiction au sucre.

Pas plus de 12 cuillerées à café de sucre par jour

Le problème ? Notre alimentation “moderne” contient beaucoup trop de sucres rapides. Pour se donner une idée, l’OMS rappelle qu’une cuillerée à soupe de ketchup, c’est pratiquement une cuillerée à café de sucre, soit autour de 4 g de sucre.

Une canette de soda, c’est environ 10 cuillerées à café de sucre, soit 40 g. À ce rythme, nous sommes presque au maximum de la consommation de sucre recommandé. Il conviendrait aujourd’hui de limiter notre consommation de sucres ajoutés à moins de 10 % de la ration énergétique journalière. Ce qui revient à ne pas dépasser 50 g de sucre, soit l’équivalent de 12 cuillerées à café.

Selon de nouvelles lignes directrices, l’Organisation mondiale de la Santé recommande de ramener l’apport en sucres libres (ou “cachés”, c’est-à-dire ajoutés aux aliments et aux boissons par le fabricant, le cuisinier ou le consommateur lui-même) à moins de 10 % de la ration énergétique totale chez l’adulte et l’enfant.

Il serait encore meilleur pour la santé de réduire l’apport en sucres à moins de 5% de la ration énergétique totale, soit à 25 grammes (6 cuillères à café) environ par jour.

Comment bien choisir sa mutuelle senior ? - Obtenez votre guide Mutuelle Senior 2020 dès maintenant

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.