Sommaire

L’huile de coco : d’où vient-elle ?

Que penser de l’huile de coco ?© Istock

L’huile de coco vient principalement d’Asie et du Brésil”, révèle la nutritionniste. Concrètement, elle provient de là où la noix de coco pousse naturellement. Un cocotier produit de 50 à 150 fruits par an et il faut 11 à 12 mois pour que le fruit arrive à maturité.

Elle est issue de la pression mécanique de la chair fraîche, ce qui explique qu'elle garde un petit goût subtil qui parfume les plats. On dit alors que c'est une huile de coco vierge.

Par ailleurs, le pressage biologique est plus doux que le pressage industriel et influe positivement sur la qualité de l’huile.

Attention aussi à ne pas la confondre l’huile de coco avec l'huile de coprah, qui est faite à partir de la chair séchée de la noix et qui subit un traitement différent.

Celle-ci est blanchie à travers des filtres à carbone pour éliminer les bactéries et moisissures qui se sont formées lors du séchage. Puis, elle est désodorisée. Du fait de son aspect semi-solide lorsqu'elle est conservée au frais, l'huile de coprah porte également le nom de beurre ou graisse de coprah.

Huile hydrogénée : qu'est-ce que c'est ?

Comme l’huile de coco est le plus souvent hydrogénée, sa teneur en acide gras trans la rend moins favorable pour l'organisme et le processus de raffinage lui fait perdre ses nutriments. Elle est d’ailleurs beaucoup utilisée par l'industrie agroalimentaire pour les pâtisseries industrielles, confiseries, gâteaux, céréales…

Par “hydrogénée”, on entend une huile où l’on a injecté de l’hydrogène afin de la rendre solide à température ambiante. Or, ce processus dénature les acides gras insaturés, en les transformant en acides gras trans, responsables de l’augmentation du mauvais cholestérol et de la baisse du bon cholestérol.

Pour les éviter, n’hésitez pas à bien lire les étiquettes et à bannir la mention “hydrogénée” sur votre huile.

Des bienfaits discutés

Que penser de l’huile de coco ?© Istock

Elle supporterait bien les hautes températures

“L’huile de coco est très à la mode ces derniers temps car elle permet de parfumer la cuisine d’une pointe d’exotisme, tendance très forte actuellement. Son principal avantage est qu’elle supporte bien les hautes températures, comme lors de fritures”, explique la diététicienne.

Son point de fumée, c’est-à-dire la température à partir de laquelle de la fumée est détectée et que des composés toxiques commencent à se former, est de 232°C lorsqu’elle est raffinée. Attention, l’huile de coco non raffinée supporte moins bien la chaleur, son point de fumée étant de 177°C.

Elle améliorerait la tolérance du sucre dans le corps

Mais ce ne serait pas son seul avantage. L’huile de coco également contient des triglycérides à chaîne moyenne, “qui pourraient contribuer à améliorer la tolérance au glucose”, ajoute l’experte. Cela explique pourquoi elle est très fortement utilisée dans le régime cétogène.

Ce mode d’alimentation permet au corps de produire lui-même son énergie sans dépendre d'apports extérieurs de glucose. Un mécanisme métabolique qui se produit naturellement lors d'un jeûne. Produire les mêmes effets, sans pour autant arrêter de manger : voici un autre paradoxe qui fait le succès de cette huile.

Elle aurait un pouvoir antiseptique

Par ailleurs, “l’huile de coco possède une forte teneur en acide laurique, réputé pour ses propriétés antiseptiques et antimicrobiennes.” Ainsi, elle aurait une efficacité sur les poussées du virus de l'herpès.

Elle aiderait à combattre Alzheimer

Selon certains chercheurs, l’huile de coco permettrait de lutter contre la maladie d'Alzheimer. Ce bienfait a beaucoup été discuté à la suite de la publication d'un livre écrit par le docteur Mary Newport, qui a accompagné son mari atteint de cette pathologie.

Après des recherches sur l'huile, elle a formulé l'hypothèse suivante : comme le cerveau des malades d'Alzheimer n'est plus en mesure d'utiliser les sucres contenus dans le sang, les acides gras à chaîne moyenne de l'huile de noix de coco se comporteraient comme un substitut au glucose.

Si elle a réussi à obtenir une stabilisation de l'état de santé de son époux, il est aujourd’hui impossible, voire dangereux de tirer des conclusions hâtives suite à ce cas isolé. Il faudra attendre d'autres études avant de déterminer un éventuel lien entre Alzheimer et l’huile de coco.

L’huile de coco fait-elle mincir ?

Que penser de l’huile de coco ?© Istock

Dans le cadre d'unealimentation équilibrée, on attribue à l'huile de noix de coco la capacité d'augmenter l'activité des cellules - donc la dépense d'énergie - pour assimiler les aliments. Ce principe se nomme la thermogenèse. Chaque aliment en induit une différente.

Cependant, peu d'études viennent confirmer que l'huile de coco aide à mincir.

Selon l’experte, cette vertu accordée à l’huile de coco est une idée reçue : “Non, elle ne fait pas mincir, tout comme aucun aliment ne fait mincir d’ailleurs”, confirme l’experte. Comme toutes les autres huiles, l’huile de coco apporte 9 calories au gramme. Ce qui n’est pas peu !

Son seul avantage réside dans le fait “qu’elle peut permettre d’améliorer la tolérance au glucose. Or, en limitant les variations de la glycémie il est possible de perdre du poids, mais cet effet est indirect et doit se compléter d’une alimentation équilibrée et adaptée aux besoins de l’individu”, rappelle la spécialiste.

Prudence donc, sur les bienfaits minceur de l’huile de coco, qui sont, pour le moment, peu justifiés.

À noter : comme l’huile de coco contient des acides gras saturés, il est dangereux pour la santé d’en consommer en excès. On recommande officiellement de ne pas consommer plus de 10 % des apports énergétiques d'acides gras saturés au quotidien.

Comment la choisir ?

Que penser de l’huile de coco ?© Istock

“Il est conseillé de la choisir vierge, biologique, non hydrogénée et extraite à froid afin qu’elle conserve toutes ses propriétés”, recommande la nutritionniste.

Vous pouvez également la conserver au frais, sous forme solide, ou à température ambiante, sous forme semi-liquide.

Bon à savoir : L'huile de coco fond à une température ambiante d’environ 26°C. À une température inférieure, elle se solidifie.

Est-elle meilleure que l’huile d’olive ?

Non, l’huile de coco n’est pas meilleure que l’huile d’olive : elle est juste différente. Elle supporte ainsi mieux les hautes températures, mais elle n’est pas utilisable en assaisonnement.

“Pour une cuisson à température modérée, je conseille de privilégier l’huile d’olive, beaucoup moins riches en acides gras saturés. N'oubliez pas que l'on manque de recul sur les bienfaits supposés de l’huile de coco et qu'elle est fortement remise en cause vis-à-vis de la déforestation”, avertit l’experte.

> Comparez les mutuelles et augmentez le nombre de séances avec un nutritionniste !

Sources

Remerciements à Alexandra Murcier, diététicienne-nutrionniste. 

Pour en savoir plus : le Guide de l'huile de coco, écrit par Daniel Sincholle et paru le 10 septembre 2015.

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.