Banc d'essai : les pires soupes préparées, en briques ou déshydratées à éviter !

Soupe au potiron, velouté à la courgette, mouliné de légumes du potager… Classiques des menus d’hiver, les bienfaits de ces soupes sont plus que vantés. Mais que doit-on penser des briques “toutes prêtes” ? D’après le magazine 60 millions de consommateurs, toutes les marques ne se valent pas et elles pourraient même vous réserver de bien (mauvaises) surprises.

Avec l'hiver qui s'installe, rien de tel qu'une bonne soupe pour se réchauffer. Cela tombe bien, puisque potages et veloutés sont bourrés de bienfaits santé.

Soupes et potages maison : pourquoi ils sont bons pour la santé !

Pour les personnes qui mangent rarement des légumes, les potages sont une bonne alternative pour s'y mettre : il est tout à fait possible d'associer les légumes en fonction de vos goûts. Saveurs salées ou sucrées-salées, vous n'avez que l'embarras du choix. L'idéal reste quand même d'essayer de consommer des légumes frais et de saison, pour conserver toutes les qualités gustatives et nutritionnelles des aliments.

Les soupes maison apportent beaucoup de vitamines, minéraux et fibres - qui sont nécessaires au bon fonctionnement de notre organisme.

Par ailleurs, la consommation régulière de potages à bases de légumes permettrait de réduire le taux de cholestérol - les fibres limitent l'absorption intestinale du cholestérol -, et d'hydrater notre corps, puisqu'un potage contient l'équivalent de deux verres d'eau. L'occasion cet hiver de faire le plein de vitamines, sans risquer de prendre du poids.

Bon à savoir : il est plus intéressant de privilégier les soupes maison à base de légumes frais ou surgelés. Attention aux soupes déshydratées ou en briques qui contiennent pour certaines beaucoup de sel même si les taux ont baissé considérablement depuis 10 ans. Veillez à bien surveiller le taux de sel sur l'étiquette : au-delà d’1 g par assiette, c’est beaucoup !

Soupes industrielles : que faut-il en penser ?

Si rien ne vaut la soupe maison, sa version industrielle, elle, doit être regardée avec méfiance. Bien qu’elle renvoie une image de boisson “saine”, riche en fibres et en vitamines, la soupe industrielle n’est pas aussi bonne qu’on le pense.

D’après le magazine 60 millions de consommateurs, seuls quelques moulinés de légume s affichent une teneur en fibres correcte, avec un maximum de 3,75 g par portion de 250 ml pour la référence Knorr Mouliné de légumes variés. Et, contre toute attente, les versions déshydratées peuvent convenir. Mais d’après les tests réalisés par le magazine, la grande majorité des soupes ne dépassent pas le gramme de fibres par portion…

Soupes préparées : elles manquent de vitamines A, B6 et E

Pour faire le plein de vitamines, évitez la recette poireaux-pommes de terre.

Les analyses n’ont retrouvé dans les produits de ce type ni bêtacarotène (ou provitamine A), indispensable à la vision ni vitamine B6 - pourtant présente dans la pomme de terre - ni vitamine E, essentielle pour lutter contre le vieillissement cellulaire. Et seule la référence Carrefour contient des traces de vitamine C.

Soupes Knorr et Grandeur Nature : des apports nutritionnels intéressants

Les soupes au potiron et aux légumes variés sortent du lot et se distinguent par leur apport non négligeable en vitamines.

Ainsi, une portion de Potiron pointe de muscade de Knorr ou de mouliné du potager bio de Grandeur Nature couvrent la moitié des apports journaliers recommandés.

Quant à la vitamine B9, particulièrement abondante dans les légumes verts et, de ce fait, recherchée dans les soupes de légumes variés, elle a été retrouvée dans trois références seulement, dont les deux soupes déshydratées (Knorr et Maggi).

Des potages trop salés ?

Les potages industriels sont souvent accusés d’être trop salés. Toutefois, les résultats ne sont pas si mauvais : aucune référence de soupe n’atteint, ni ne dépasse, les 2 g par portion. Les plus mauvaises élèves plafonnent à 1,95 g par portion (Mouliné de légumes variés d’Auchan et Soupe potimarron de La Vie Claire). La soupe 7 légumes de Marcel Bio est également satisfaisante : elle se limite à 1 g par portion.

De bons résultats concernant les pesticides

La plupart des soupes sont exemptes de résidus, en particulier les références bio. Ceci étant, cinq pesticides différents ont été retrouvés sur l’ensemble du panel ; deux références contenant deux résidus dont un perturbateur endocrinien possible ont été, pour cette raison, jugées “très insuffisantes”.

Voici donc grâce à notre diaporama, le classement des pires soupes classées par famille : veloutés poireaux-pommes de terre, moulinés de légumes variés et soupes de potiron.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

60 millions de consommateurs, janvier 2020, dossier : "Potages, la soupe à la grimace".