De la soupe Liebig retirée de la vente en raison d’un manque de stérilité

Alors que la saison des soupes bat son plein, la marque Liebig rappelle une brique de velouté au potiron pour un éventuel manque de stérilité.

De la soupe au potiron Liebig interdite à la vente

Envie de boire une bonne soupe au potiron ? Mieux vaut éviter. La marque Liebig a rappelé des briques de velouté de potiron vendues soit à l'unité (1 litre) ou par lot de deux (2 fois 1 litre), notamment dans les magasins Cora.

Le groupe européen Continental Foods, distributeur de la marque Liebig, serait à l’origine de ce rappel.

Le but ? Protéger le consommateur suite "à un manque de stérilité, un éventuel défaut de packaging, de matière première ou encore de procédé de stérilisation” qui rend ces produits non conformes à la vente.

Pour identifier ces lots, voici quelques informations supplémentaires à prendre en compte :

  • Produit : Velouté de potiron LIEBIG 1L et 2x1L
  • Code à barre : 3036810350278 / 3036811357764
  • Numéro de lot : J225 et J226
  • Date de durabilité minimale : 11/2020
  • Motif : défaut de stérilité

Par mesure de sécurité, ces soupes ne doivent pas être consommées mais être rapportées au point de vente pour remboursement ou échange.

En cas de questions, vous pouvez contacter le numéro Crystal suivant : 09 69 32 06 91.

Manque de stérilité : quelles conséquences sur la santé ?

La France possède l'un des meilleurs systèmes de sécurité sanitaire des aliments. Avec 500 000 exploitations agricoles et 400 000 restaurants et entreprises agroalimentaires, les contrôles mobilisent plus de 4000 inspecteurs et 14 000 vétérinaires habilités par l'État.

Pourtant, il arrive que des accidents isolés, comme un manque de stérilité au sein d’un produit, entraîne de graves intoxications alimentaires d’origine bactérienne. Autrement dit : des bactéries ou des germes se développent au sein de l’aliment infecté et vous rendent malade.

Pour reconnaître ce type d'intoxication, surveillez les signes de votre corps.

Si vous avez des diarrhées, des douleurs abdominales, des nausées des vomissements, ou encore de la fièvre après avoir consommé la soupe mentionnée ci-dessus, consultez votre médecin traitant, en lui indiquant que vous avez mangé ce produit.

En revanche, si vous ne présentez aucun symptôme dans les dix jours suivant son ingestion, il est inutile de vous inquiéter.

Par ailleurs, la sensibilité de la personne qui a ingéré le produit contaminé influe beaucoup sur la gravité de l'intoxication.

Certaines personnes sont plus sensibles aux bactéries pathogènes (celles dont le système immunitaire est affaibli, les femmes enceintes, les nourrissons et les enfants, les personnes âgées...) quand d’autres peuvent au contraire être des porteurs sains (pouvant porter certaines bactéries en elles - dans leurs intestins et matières fécales, leur peau, leurs muqueuses...- sans être malades).

En outre, le type de bactérie concerné et la dose ingérée importent également.

En général, certaines conditions favorisent la prolifération des bactéries (température ambiante ou cuisson à faible température, décongélation puis recongélation...) et d’autres les tuent ou les ralentissent (froid, cuisson à forte température à cœur de l’aliment...).

Ces bactéries sont toutefois présentes plus fréquemment sur certains types d’aliments (en général des aliments crus : lait cru, viande, œufs, fruits de mer, légumes...) ou chez certaines personnes.

Cet article vous a intéressé ?

Recevez encore plus d'infos santé, en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.

Source(s):

Rappel de produit, Cora, 1er novembre 2019.

L'intoxication alimentaire d'origine bactérienne, Ministère de l'agriculture, 4 juillet 2011.