Sommaire

Choisir des aliments nourrissants


Choisir des aliments nourrissantsSi vous avez faim et que vous vous faites une grosse assiette de salade verte en pensant qu'il s'agit là d'un plat "diététiquement" correct, vous risquez, très vite après ce frugal repas, que votre estomac se remette à gargouiller.

"Les nutriments qui rassasient le mieux sont les protéines et les sucres lents. Alors une salade, pourquoi pas, mais accompagnée d'un ou deux œufs durs et d'une tranche de pain.

Et si vous manquez de temps le midi, pourquoi se priver d'un bon sandwich ? A condition toujours de prendre le temps de le déguster", conseille Dominique Amar-Sotto, diététicienne.

Fractionner ses repas

Fractionner ses repasRépartir sa ration calorique sur plusieurs petits repas, peut être une solution pour celles et ceux qui ont "tout le temps faim".

"On peut prendre par exemple une collation le matin et/ou vers 16 h. Inutile toutefois d'y ajouter systématiquement un fruit car si les fruits contiennent des vitamines et des fibres, ils deviennent, en consommation isolée, des sources de glucides rapides que l'organisme transforme en graisses, .

Mieux vaut emmener avec soi des Cracottes®, des Petits Grillés ou des tranches de pains de mie. Mais attention tout de même aux quantités !", explique Dominique Amar-Sotto, diététicienne. Elles doivent être adaptées au niveau de faim (ou d’appétit).

Savourer les aliments

Savourer les alimentsS'il est important de manger lentement pour que l'organisme sache que l'on est en train de le nourrir, profitons-en pour y prendre plaisir.

"Pour manger, même une collation rapide, prenez le temps de vous asseoir cinq minutes, et profitez-en au maximum, sans faire autre chose. Regardez et humez les aliments avant de les mettre en bouche, puis mastiquez-les lentement en essayant de sentir les goûts et les arômes.

Vous vous sentirez ainsi plus "remplie", dans tous les sens du terme. Vous serez donc mieux rassasié(e)", souligne Dominique Amar-Sotto, diététicienne.

Se laisser tenter

Se laisser tenter "La situation classique que j'observe chez mes patients est la suivante : la personne a envie de chocolat, elle commence par résister, essaie de tromper son envie en mangeant un yaourt et un fruit. Puis un quart d’heure plus tard, elle finit par craquer.

Bilan : elle a consommé une collation plus le chocolat et, en plus, elle se sent coupable", observe Dominique Amar-Sotto, diététicienne.

"Ce que je conseille, dans ce type de situation, c'est de laisser place au plaisir tout de suite mais tranquillement, sans culpabiliser. On s'assoit, on prend un ou deux carrés de chocolat et on les déguste vraiment".

En appliquant cette méthode pour satisfaire ses envies, on finit par s'apercevoir que l'on en a moins et qu'elles sont moins impérieuses.

Soigner son sommeil

Soigner son sommeil"Il arrive que l'on mange pour combattre sa sensation de fatigue. On a l'impression qu'une sucrerie ou un café sucré va nous permettre de repartir. C'est faux", estime Dominique Amar-Sotto, diététicienne.

"L'effet n'aura qu'un temps. Mieux vaut essayer avant tout de traiter son problème de fatigue : en dormant mieux, plus longtemps, en essayant de lutter contre le stress".

Se méfier des coupe-faim même naturels

Se méfier des coupe-faim même naturelsInutile de revenir sur la dangerosité des médicaments coupe-faim. Mais que penser des gommes et algues censée nous rassasier en gonflant dans l'estomac, sans apporter de calories ?

"J'ai prescrit à un moment de la gomme de guar mais j'ai arrêté. D'une part parce que lorsque la personne n'a pas faim mais envie de manger, lui remplir l'estomac ne résout pas le problème : elle garde son envie de manger, et son envie de fromage ou de chocolat. D'autre part, si l'organisme a besoin de 400 calories par exemple, et que la personne, avec la gomme, n'en prend que 200, il restera toujours un déficit de 200 calories que l'organisme cherchera à combler", explique Dominique Amar-Sotto, diététicienne.

Gare au light

Gare au lightCalmer ses envies de sucres avec un soda light, est-ce vraiment une bonne solution ? Pas vraiment, car, outre les soupçons qui commencent à peser sur les produits à l'aspartame, en matière digestive par exemple, ils n'apportent rien à l'organisme.

"Notre corps a besoin de glucides. Le cerveau par exemple, en consomme à lui seul 140 g par jour. Mieux vaut choisir ses sucres et profiter d'une bonne tartine de confiture ou de pâte à tartiner chocolatée au lieu d'accumuler les produits light", insiste Dominique Amar-Sotto, diététicienne.

Faire ses courses après avoir déjeuné

Faire ses courses après avoir déjeunéSinon gare au grignotage dans les rayons ! Rien de pire que d'arpenter les allées d'un supermarché le ventre vide : vous aurez envie de tout acheter, voire de consommer sur place.

Et une fois rentré(e) à la maison, difficile d'organiser des repas variés avec les aliments que vous aurez rapportés. "Si l'on fait les courses en ayant faim, on a également tendance à acheter des produits plus énergétiques", note Dominique Amar-Sotto, diététicienne.

"Il est préférable d'aller au supermarché avec une liste que vous aurez préparée à l'avance et qui vous permettra de planifier vos repas."

Il faut boire


Il faut boire"Souvent, les gens confondent la sensation de faim avec la sensation de soif", remarque Dominique Amar-Sotto, diététicienne. "Avant de prendre une collation, commencez par avaler un grand verre d'eau ou un thé. Attendez un peu et observez si vous avez toujours faim."

Rappelez-vous aussi que la seule boisson indispensable, c'est l'eau ! Les jus de fruits, qui correspondent a minima à une portion de fruit, doivent rester exceptionnels et être évités en dehors des repas.

Tromper ses sens

Tromper ses sens"Si vous avez tendance à manger alors que vous n'avez pas faim, il faut vous interroger sur ce que vous aimeriez faire", souligne Dominique Amar-Sotto, diététicienne.

"Lorsque l'envie de manger pointe : allez vous promener, dessinez, prenez un livre, appelez une copine". Une autre façon de montrer qu'il existe mille façons de se "nourrir" !

"On ne gère pas ses émotions par des prises alimentaires", insiste la nutritionniste.

Prendre le temps de manger

Prendre le temps de manger"Quand on mange lentement, en prenant des petites bouchées et en mastiquant bien, le cerveau a le temps de détecter le remplissage de l'estomac grâce aux récepteurs que celui-ci contient.

Lorsque l'on dévore goulument, le bol alimentaire est encore dans l'œsophage alors que nous finissons notre assiette. Or l'œsophage n'a pas de capteurs qui permettent de prévenir le cerveau.

La sensation de faim n'est pas apaisée et l'organisme réclame encore, alors que nous avons consommé la ration qui normalement aurait dû suffire. C'est là où nous sommes incités à nous resservir", explique Dominique Amar-Sotto, diététicienne.

Faire la différence entre faim et envie de manger

Faire la différence entre faim et envie de manger"Avoir faim, ce n'est pas la même chose qu'avoir envie de manger", souligne Dominique Amar-Sotto, diététicienne. "Trop souvent, on mange parce que l'on s'ennuie, parce que l'on est stressé. Alors que nous n'avons pas physiologiquement besoin de manger."

Or, c'est précisément dans ces moments-là que nous risquons de nous ruer sur le gras et le sucré, aliments de réconfort.

La faim, apparaît à heures régulières et se manifeste par des sensations particulières : le ventre qui gargouille, la sensation de vide gastrique (à ne pas confondre avec le vide psychologique), parfois une douleur au creux de l'estomac, voire des malaises de type hypoglycémique (tremblements, maux de tête…).

> Téléchargez gratuitement le guide mutuelle senior 2022 ! En savoir plus >

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.