Sommaire

Sueurs froides : un signe d'hypoglycémie

Sueurs froides : un signe d'hypoglycémie© Adobe StockDiabétique ou non, quand le taux de sucre chute brutalement dans le sang, il est fréquent que cela se traduise par des sueurs froides et/ou une transpiration abondante. Pourquoi ? "Parce que l’organisme, pour contrer l’hypoglycémie, se met à sécréter des catécholamines (adrénaline et noradrénaline)", répond le Pr Patrick Vexiau, diabétologue. Ces substances augmentent la transpiration.
Que faire ? Prendre du sucre sans attendre ! Jus de fruit, sirop, morceaux de sucre, peu importe mais se resucrer rapidement ! En cas d'hypoglycémie sévère (avec intervention d'une tierce personne de type secours professionnels), consultez un médecin.
En cas de diabète : Le risque d'être en hypoglycémie est beaucoup plus élevé tout comme celui de présenter des symptômes sévères (perte de connaissance, coma...). Le resucrage est impératif et peut s'accompagner de la prise d'une petite collation (ex : un biscuit sec) si l'hypoglycémie se manifeste à distance d'un repas. Notez que les tablettes de glucose disponibles en pharmacies "n'ont que peu d'intérêt par rapport au sucre et coûtent surtout plus cher", souligne le Pr Vexiau. Le diabète est une pathologie sérieuse qui nécessite un suivi médical régulier. La fréquence de consultation est à déterminer avec votre médecin généraliste ou diabétologue.
A noter : L’hypoglycémie se manifeste généralement à travers plusieurs symptômes. Ainsi, les troubles de la sudation peuvent être associés à des palpitations, une pâleur soudaine ou des vertiges.

Palpitations cardiaques, c'est peut-être une hypoglycémie !

Quand le cœur s’emballe, cela peut être un signe d’hypoglycémie. Pourquoi ? Parce que quand l’organisme manque de sucre, il sécrète de l’adrénaline. Cette hormone, qui ordonne au foie de remettre du glucose en circulation dans le sang (pour normaliser la glycémie), a le désavantage de stimuler le coeur et d’accélérer son rythme.
Que faire ? Prendre du sucre dès que possible afin de ralentir le rythme cardiaque et consulter un médecin. En cas d'hypoglycémie sévère (avec intervention d'une tierce personne de type secours professionnels), consultez un médecin.
En cas de diabète : Le risque d'être en hypoglycémie est beaucoup plus élevé tout comme celui de présenter des symptômes sévères (perte de connaissance, coma...). Le resucrage est impératif et peut s'accompagner de la prise d'une petite collation (ex : un biscuit sec) si l'hypoglycémie se manifeste à distance d'un repas. Le diabète est une pathologie sérieuse qui nécessite un suivi médical régulier. La fréquence de consultation est à déterminer avec votre médecin généraliste ou diabétologue.
A noter : En cas d’hypoglycémie, les palpitations interviennent rarement seules mais plutôt en association avec des suées, une anxiété ou encore une sensation de fatigue.

L'hypoglycémie peut rendre nerveux

L'hypoglycémie peut rendre nerveux© Adobe Stock"Etre en hypoglycémie peut entraîner des tremblements, voire une irritabilité", prévient le Pr Patrick Vexiau, diabétologue. Explication : Quand le taux de sucre sanguin chute, l’organisme sécrète de l’adrénaline pour contrecarrer l’effet hypoglycémiant. Or, cette substance stimule le système nerveux central, donc booste l’organisme ! Par ailleurs, le manque de sucre altère le fonctionnement des cellules des muscles ce qui participe à leurs tremblements.
Que faire ? En cas d’hypoglycémie, il faut se "resucrer" rapidement. En clair, manger 2 ou 3 morceaux de sucre ou boire 1 verre de jus d’orange ! Il peut aussi être bon d'apprendre à gérer son stress pour prévenir et soigner l’hypoglycémie. Les hormones du stress, adrénaline et cortisol, pouvant favoriser la hausse de la glycémie. Enfin, si l'hypoglycémie est sévère (avec intervention d'une tierce personne de type secours professionnels), consultez un médecin.
En cas de diabète : Le risque de présenter ces symptômes est beaucoup plus élevé et ne doit pas être négliger (vous encourez des risques d'aggravation avec perte de connaissance, coma...). Le resucrage est impératif et peut s'accompagner de la prise d'une petite collation (ex : un biscuit sec) si l'hypoglycémie se manifeste à distance d'un repas. Le diabète est une pathologie sérieuse qui nécessite un suivi médical régulier. La fréquence de consultation est à déterminer avec votre médecin généraliste ou diabétologue.

Des troubles visuels en cas d'hypoglycémie progressive

Des troubles visuels en cas d'hypoglycémie progressive© Adobe StockLe cerveau a besoin de sucre pour fonctionner à plein régime. Voilà pourquoi quand il en manque, cela occasionne divers désordres. Parmi ceux-ci, des troubles de la vision. "Cela peut même aller jusqu’à l’impression de voir double (on parle de « diplopie »)", indique le Pr Patrick Vexiau, diabétologue.
Que faire ? Il faut ingérer rapidement quelques morceaux de sucre ou boire une boisson sucrée afin de faire remonter la glycémie et d’empêcher le trouble de s’accentuer. En cas d'hypoglycémie sévère (avec intervention d'une tierce personne de type secours professionnels), consultez un médecin.
En cas de diabète : Le risque de présenter des troubles visuels est beaucoup plus élevé et ne doit pas être négliger (vous encourez des risques d'aggravation des symptômes avec perte de connaissance, coma...). Le resucrage est impératif et peut s'accompagner de la prise d'une petite collation (ex : un biscuit sec) si l'hypoglycémie se manifeste à distance d'un repas. Par ailleurs, il peut être nécessaire de mesurer le taux de glucose sanguin 20 minutes après la prise de sucre pour vérifier qu’il est revenu à un niveau satisfaisant.
Le diabète est une pathologie sérieuse qui nécessite un suivi médical régulier. La fréquence de consultation est à déterminer avec votre médecin généraliste ou diabétologue.
A noter : Les troubles de la vision sont généralement associés à un développement lent de l’hypoglycémie, non à une chute brutale du taux de sucre sanguin.

Maux de tête : signe avancé d'une hypoglycémie

Maux de tête : signe avancé d'une hypoglycémie© Adobe StockA un stade plus avancé, une hypoglycémie peut se manifester par des maux de tête. Ces derniers traduisent en fait le manque d’approvisionnement du cerveau en sucre. Ils peuvent s’accentuer si la chute du taux de sucre sanguin n’est pas contré rapidement.
Que faire ? Absorber du sucre ou une boisson sucrée (ex : un verre de soda). Si les maux de tête persistent ou se manifestent régulièrement, parlez-en à un médecin. Même chose si l'hypoglycémie est sévère (avec intervention d'une tierce personne de type secours professionnels).
En cas de diabète : Le risque d'hypoglycémie est beaucoup plus élevé et ne doit pas être négligé (vous encourez des risques d'aggravation des symptômes avec perte de connaissance, coma...). Le resucrage est impératif et peut s'accompagner de la prise d'une petite collation (ex : un biscuit sec) si l'hypoglycémie se manifeste à distance d'un repas. Le diabète est une pathologie sérieuse qui nécessite un suivi médical régulier. La fréquence de consultation est à déterminer avec votre médecin généraliste ou diabétologue.

Une sensation soudaine de faim : gare à l'hypoglycémie !

Une sensation soudaine de faim : gare à l'hypoglycémie !© Adobe StockParmi les symptômes caractéristiques de l’hypoglycémie : une sensation soudaine et impérieuse de faim ! Signe d’un manque d’énergie de l’organisme, elle peut parfois être douloureuse quand elle s’associe à des crampes d’estomac.
Que faire ? Manger… surtout sucré !Il suffit de prendre 2 ou 3 morceaux de sucre pour normaliser le taux de sucre dans le sang. Si le trouble persiste, parlez-en à un médecin. Même chose en cas d'hypoglycémie sévère (avec intervention d'une tierce personne de type secours professionnels).
En cas de diabète : Le risque d'hypoglycémie est beaucoup plus élevé et ne doit pas être négligé (vous encourez des risques d'aggravation des symptômes avec perte de connaissance, coma...). Le resucrage est impératif et peut s'accompagner de la prise d'une petite collation (ex : un biscuit sec) si l'hypoglycémie se manifeste à distance d'un repas. Le diabète est une pathologie sérieuse qui nécessite un suivi médical régulier. La fréquence de consultation est à déterminer avec votre médecin généraliste ou diabétologue.

Quand l'hypoglycémie perturbe le comportement

Quand l'hypoglycémie perturbe le comportement© Adobe Stock"Une de mes patientes conduisait sur l’autoroute lorsqu’un autre conducteur a remarqué qu’elle faisait des zizags. Un policier l’a arrêtée pensant qu’elle était ivre", racontent les Drs Alan Rubin, endocrinologue, et Marc Levy, diabétologue (Le diabète pour les Nuls). Cette femme était en fait en hypoglycémie. Comme le cerveau manque de sucre "les individus ne parviennent pas à penser clairement" expliquent les spécialistes.
Que faire ? Ne pas paniquer et ingérer rapidement 2 ou 3 morceaux de sucre. En cas d'hypoglycémie sévère (avec intervention d'une tierce personne de type secours professionnels), consultez un médecin.
En cas de diabète : Mieux vaut mesurer sa glycémie avant de prendre le volant. D'autant que le risque de présenter des troubles du comportements est beaucoup plus élevé que chez les personnes non diabétiques. Le resucrage est impératif et peut s'accompagner de la prise d'une petite collation (ex : un biscuit sec) si l'hypoglycémie se manifeste à distance d'un repas. Le diabète est une pathologie sérieuse qui nécessite un suivi médical régulier. La fréquence de consultation est à déterminer avec votre médecin généraliste ou diabétologue.

Hypoglycémie : des risques de coma

Hypoglycémie : des risques de coma© Adobe StockUne hypoglycémie ne doit jamais être prise à la légère ! "Si on ne fait rien et qu’elle s’aggrave, il peut y avoir une perte de connaissance, pouvant aller jusqu’au coma (on parle de « coma hypoglycémique »)", prévient le Pr Patrick Vexiau, diabétologue.
Que faire ? "Si la personne perd connaissance ou qu’il y a un trouble de la conscience, il ne faut surtout pas la forcer à boire sucré. Le liquide peut entrer dans les bronches et entraîner des complications respiratoires", alerte le spécialiste. Son conseil : appeler d’urgence un médecin (si la personne est peu consciente) ou le Samu (si la personne n’est plus consciente) pour faire un resucrage par voie injectable. Une fois réveillée, il faut lui donner à manger pour éviter la rechute quelques heures plus tard.
A noter : Cette complication touche surtout les personnes diabétiques car ils font des hypoglycémies sévères (prise de traitements hypoglycémiants pour contrer le diabète, injection d’insuline qui a pour but de diminuer la glycémie). Le diabète est une pathologie sérieuse qui nécessite un suivi médical régulier. La fréquence de consultation est à déterminer avec votre médecin généraliste ou diabétologue.

Malaise, étourdissements : votre cerveau manque de sucre !

Malaise, étourdissements : votre cerveau manque de sucre !© Adobe StockUne sensation de malaise, de faiblesse dans les jambes, d’étourdissement… Vous faites peut-être une hypoglycémie ! Car quand le cerveau manque de sucre (son principal carburant !), il fonctionne mal. L’organisme subit alors une chute de tonus.
Que faire ? Pour un coup de fouet rapide, il faut prendre du sucre sans attendre ! Une boisson sucrée ou quelques morceaux de sucre devrait faire l’affaire. Par ailleurs, si vous faites fréquemment des hypoglycémies, il faut rééquilibrer vos repas : ne pas en sauter, manger un en-cas si le repas est tardif… Enfin, en cas d'hypoglycémie sévère (avec intervention d'une tierce personne de type secours professionnels), consultez un médecin.
En cas de diabète : Le risque de présenter ces symptômes est beaucoup plus élevé et ne doit pas être négligé (vous encourez des risques d'aggravation avec perte de connaissance, coma...). Le resucrage est impératif et peut s'accompagner de la prise d'une petite collation (ex : un biscuit sec) si l'hypoglycémie se manifeste à distance d'un repas. Le diabète est une pathologie sérieuse qui nécessite un suivi médical régulier. La fréquence de consultation est à déterminer avec votre médecin généraliste ou diabétologue.
A noter : Quand les malaises interviennent 2 à 4 heures après une prise alimentaire de sucre, on parle d’hypoglycémie "réactionnelle". Plus le repas est riche en sucre, plus les symptômes sont prononcés. Ils peuvent être accompagnés d’une pâleur au visage.

Hypoglycémie nocturne : des symptômes méconnus

Hypoglycémie nocturne : des symptômes méconnus© Adobe StockOn n’y pense pas toujours mais une hypoglycémie peut se manifester la nuit. Même si ces hypoglycémies "nocturnes" sont très souvent asymptomatiques, elles peuvent parfois se traduire par des sueurs, une insomnie, de la fatigue, de l’irritabilité ou une sensation de confusion au réveil.
Que faire ? Si vous présentez régulièrement un ou plusieurs de ces symptômes, mieux vaut en parler à un médecin. Lui seul pourra vous indiquer la marche à suivre. En cas d'hypoglycémie sévère (avec intervention d'une tierce personne de type secours professionnels), consultez un médecin.
En cas de diabète : Le risque de présenter ces symptômes est beaucoup plus élevé et ne doit pas être négliger (vous encourez des risques d'aggravation avec perte de connaissance, coma...). Le resucrage est impératif. Le diabète est une pathologie sérieuse qui nécessite un suivi médical régulier. La fréquence de consultation est à déterminer avec votre médecin généraliste ou diabétologue.

Hypoglycémie : des risques mortels ?

Hypoglycémie : des risques mortels ?© Adobe StockMême si "le risque qu'une hypoglycémie tue est exceptionnel" comme le rappelle le Pr Patrick Vexiau, diabétologue, il n'est pas nul. "Il y a un danger sérieux lié aux circonstances de survenue de l'hypoglycémie. Par exemple, si la personne fait une crise alors qu'elle se trouve sur un échaffaudage ou qu'elle pratique l'alpinisme", prévient le spécialiste. Par ailleurs, "il y a un risque mortel quand l'hypoglycémie est favorisée par une prise d'alcool importante (l'alcool étant hypoglycémiant)", indique le Pr Vexiau.
Conclusion : ne négligez jamais les symptômes d'une hypoglycémie surtout si vous êtes diabétique.

> Un expert santé à votre écoute !

Sources

- Le diabète pour les Nuls, Drs Alan Rubin et Marc Levy, First Editions, 2009
- J'ai mal, j'ai quoi, Dr Jean-Louis Peytavin, Prat Editions, 2005

Vidéo : Le diabète (diabète de type 1 - diabète de type 2)

Notre Newsletter

Recevez encore plus d'infos santé en vous abonnant à la quotidienne de Medisite.

Votre adresse mail est collectée par Medisite.fr pour vous permettre de recevoir nos actualités. En savoir plus.